Funk-A-Tron 5000 est formé de Christian St-Louis, Robert Tyler St-Jean, Benjamin Gravelle et Jean-François Tremblay.

Funk-A-Tron 5000: une musique bien brassée [VIDÉO]

Je dois être honnête, la première fois que j’ai entendu le nom de Funk-A-Tron 5000, j’ai eu l'image d'une machine à boules en tête. Mais, à bien y penser, la musique de ce groupe gatinois est aussi énergique et magnétique qu’un pinball qui s’emballe !

Définir la musique de Funk-A-Tron n’est quand même pas si simple. C’est du funk avec une teinte de jazz et de hip-hop et rien d’autre que le plaisir et la fête ne nous vient en tête en entendant les premiers accords d’un de leur spectacle.

Car, c’est véritablement sur scène que se décline le quatuor composé de Robert Tyler St-Jean à la guitare et aux voix, de Benjamin Gravelle à la batterie, de Christian St-Louis à la basse et de Jean-François Tremblay aux claviers.

L’histoire de ce groupe n’est pas banale non plus. C’est par hasard que ces quatre musiciens de grand talent se sont retrouvés sur la même scène.

« Tout a commencé par une mauvaise nouvelle, de confier Tremblay. J’étais engagé pour un spectacle et le musicien que je devais accompagner ne s’est pas pointé. Le hasard a fait que Tyler et ses chums étaient sur place et ils ont groover avec moi. Ça tout de suite bien marché. Un peu plus tard, j’ai décidé d’inviter Tyler et Benjamin à venir jouer avec moi et après deux mois de pratique et une vingtaine de tounes plus tard, nous avions un bon show à présenter. »

Le hasard fait bien les choses, surtout en musique. « Quand Jean-François m’a proposé ce nouveau projet, j’ai tout de suite accepté, d’ajouter Tyler. J’ai toujours voulu jouer dans un band de funk et l’occasion était trop belle pour la laisser passer. »

Pour Funk-A-Tron, rien n’est plus valorisant que la scène et le plaisir de s’y retrouver entre copains.

« Je pense qu’on s’est forgé une belle réputation de band de party, explique le claviériste. On dégage une belle énergie sur scène et les gens embarquent rapidement dans notre folie. Faut dire que notre style musical aide beaucoup à faire lever le party. »

Une bière, un album

La scène est, bien sûr, l’endroit idéal pour faire vivre leur musique. Mais le groupe a d’autres ambitions et bientôt, le fruit de leur travail sera immortalisé avec l’enregistrement d’un premier album.

« Sur scène, nous ne jouons que des pièces originales, d’expliquer Benjamin. Cet été, grâce à une collaboration avec la Brasserie du Bas-Canada, notre premier album sera disponible. En ce moment, nous en sommes à l’étape du mixage. »

Ce partenariat avec la micro-brasserie gatinoise arrive à point pour le groupe qui se cherchait une façon de faire connaître sa musique au plus grand nombre.

« L’industrie de la musique a beaucoup changé au cours des dernières décennies, ce qui a amené son lot de musique émergente et de groupe indies, ajoute Jean-François Tremblay. On doit constamment se réinventer et le partenariat que nous avons avec la Brasserie du Bas-Canada est un bon exemple. Cette entreprise a cru en nous, a brassé une bière à notre nom et pour chaque litre vendu, nous avions droit à notre part pour le financement de l’album. »

Le band monte en popularité après chaque représentation. Il faut aussi mentionner que le caractère attachant des garçons aide beaucoup à garnir les rangs des fans du groupe.

Quand on leur demande ce que nous devrions faire pour accorder une plus grande place à la musique d’ici, les idées ne manquent pas.

« L’arrivée de scènes comme celle du Minotaure et du Petit Chicago est une excellente nouvelle pour les artistes de la région, lance tout de go Tremblay. Mais je crois qu’il y aurait une place pour un label régional. Les artistes émergents sont nombreux en Outaouais et cela aiderait grandement au rayonnement de notre musique. »

« La Ville de Gatineau a aussi un rôle à jouer dans ce dossier, ajoute le bassiste Christian St-Louis. On lance le défi… comme ça ! »

Les projets sont nombreux pour le groupe. Le lancement du premier album s’ajoute à un agenda bien garni pour le quatuor. Leur prochain rendez-vous aura lieu au Festival de jazz d’Ottawa, le 21 juin.

« On a la chance de jouer sur de belles scènes, un peu partout dans la région. Mais une petite tournée européenne serait la cerise sur le sundae, comme on dit », de conclure avec humour le guitariste Tyler St-Jean.

***

L’artiste du mois : Funk-A-Tron 5000

Description : Groupe funk-jazz-hip hop originaire de Gatineau

Membres : Robert Tyler St-Jean (guitare et voix), Benjamin Gravelle (batterie), Christian St-Louis (basse) et Jean-François Tremblay (claviers).

Prochains spectacles : 21 juin au Festival de jazz d’Ottawa et 26 juin au 4 Jeudis

+

ÉVÉNEMENTS À SURVEILLER

14 et 15 juin : Rivfest aux Brasseurs de Montebello (Montebello)

14 juin : Kellylee Evans à la Grange de Gatineau à 20 h (Cantley)

15 juin : Rang 6 au Bar de l’Encan à 21 h (Masson-Angers)

29 juin : Mentallica au bar Chez Putters à 20 h 30 (Aylmer)

29 juin : The Hellraisers au Fatboys Smokehouse à 21h (Ottawa)