François, André, Tyler, Maxim et Charles forment le groupe gatinois Eldorado.

Eldorado: du rock de garage qui sent bon [VIDÉO]

C’est un rock un peu « stoner » que nous propose Eldorado. Une musique pas toujours accessible à toutes les oreilles, mais il est clair qu’une fois accroché, on ne s’en débarrasse pas facilement.

Originaire de Gatineau, le groupe arpente les scènes de la région de la capitale depuis plus d’une décennie. Fondé par Charles Lord, Maxim Bérubé et Tyler St-Jean au cours de leur passage à l’école secondaire, Eldorado a pris son nom quand André Bélanger s’est joint au trio. François Paradis, l’actuel batteur du band, s’est quant à lui décidé en 2013.

« Notre musique n’est pas toujours facile d’accès, admet Maxim Bérubé, le chanteur du groupe. Mais, on ne se donne pas de limite à ce qu’on a envie de jouer ». Le rock d’Eldorado n’a rien d’indigeste, bien au contraire. On adore cette musique sans compromis et issue d’essais et erreurs qui fait foi d’une liberté de création des musiciens.

« Tant qu’à ne pas vivre de notre art, aussi bien faire la musique qui nous fait tripper, ajoute le chanteur. Et quand on croit que nous allons trop loin, on passe au vote. Ça tombe bien, on est cinq donc, il y a toujours une majorité. »

Band de guitare

Eldorado, c’est un « band de guitare ». Le quintette construit ses chansons « comme une boîte à surprises ». Lors de leur répétition hebdomadaire, ils « strumment » leurs six cordes sans trop se demander si l’accord est le bon, « On joue fort, parfois même trop fort, continue Maxim. On s’imagine écouter notre musique en roulant sur une autoroute, dans le désert, au volant d’un muscle car. C’est lourd, puissant et intense. »

La musique d’Eldorado se colle au cheminement musical des musiciens qui, avouons-le, est très éclectique. Tyler St-Jean, par exemple, évolue en orbite de son groupe d’origine. On le voit sur scène avec Funk-a-tron 5000 et Chuppacabra, tout comme André Bélanger qui gratte son électrique aussi avec Chuppacabra.

Pour ce qui est des enregistrements, après la sortie de Gin Vinyle en 2012, les efforts du groupe se portent sur un projet acoustique (Saxton) après avoir terminé l’enregistrement d’un deuxième album, Vodka Cassette. Cette nouvelle galette enregistrée au studio Breakglass de Montréal avec Ryan Battistuzzi et qui compte 12 pièces, dont deux en anglais, pourrait bien sortir du four au printemps.

« L’album va être pas mal éclectique, explique Max. On va toucher à pas mal tous les styles de rock, en passant du stoner rock au Southern rock avec quelques détours vers le British metal à la Maiden ou Sabbath. On se tient loin du single. On fait plus dans les longues intros et transitions pour guider les gens dans les changements de style. Un album qui va falloir écouter dans l’ordre. »

Quand on demande au groupe ce qui serait important de faire pour assurer une meilleure visibilité à la musique d’ici, les cinq gars d’Eldorado n’hésitent pas à vanter le talent des musiciens de l’Outaouais.

« Ya beaucoup de talent ici ! Un talent qui résonne à la grandeur du Québec. T’as qu’à ouvrir la radio pour entendre Laurence Nerbonne ou Pierre Lapointe. La région à de belles salles de spectacles et du monde super motivé. Mais ça ne sera jamais Montréal. Si tu veux passer à un autre niveau, c’est pas mal la seule option, lance spontanément Maxim. Mais, tu peux aussi faire ta musique pour le fun, avec tes vieux chums, comme une ligue de garage en sachant très bien que tu ne joueras jamais la Ligue nationale. »

Au fil de la dernière décennie, Eldorado a pavé sa route de belles rencontres et de beaux succès. On a vu les Gatinois partager la scène avec des groupes comme Gazoline, Galaxie, We Are Wolves, Jonas, Caravane, Machine Géante et même Dwezil Zappa, au Festival d’été de Québec. En 2015, Eldorado a aussi remporté le concours québécois L’Omnium du rock.

Comme ils le disent eux-mêmes, ils ne sont pas des virtuoses, mais le groupe travaille bien ensemble. « Il y a une belle camaraderie, une atmosphère familiale dans laquelle on se sent bien », de conclure Maxim.

Eldorado, c’est comme une dose de rock de garage, mais qui sent bon !

+

ELDORADO EN RAFALE

Description : Groupe de stoner rock originaire de Gatineau

Membres : André Bélanger (guitare), Tyler St-Jean (guitare), Maxim Bérubé (voix), Charles Lord (basse) et François Paradis (batterie)

Prochain spectacle : pas de date

Infos : Facebook

+

LE REGISTRE PROPOSE...

16 mars : Ben & Anita, La Grange de la Gatineau, Gatineau (20 h)

21 mars : Bonhomme Sept Heures à l’Espace René-Provost, Gatineau (20 h)

21-21-23 mars : Fête INDÉO à la Christ Church, Aylmer (19 h)

30 mars : Blues-Z au pub Windsor, Buckingham (21 h)

9 avril : Steve Stacey et The Hellraisers au bar Robo, Ottawa (20 h)

11 avril : The Agonist et Aarsen au Minotaure, Vieux-Hull (19 h)