L'orchestre symphonique de Gatineau répète en vue du spectacle de Noël sous la direction du maestro Yves Léveillé.

Pour jouer au pays de la neige et du froid

Il neige et il fait froid ? Voilà qui fait grandement plaisir au directeur artistique et maestro de l'Orchestre symphonique de Gatineau, Yves Léveillé. « Ça va mettre les gens dans l'ambiance des Fêtes et leur donner encore plus envie de venir à notre concert de Noël ! » lance le principal intéressé en éclatant de rire.
Vrai que l'an dernier, il faisait assez chaud pour manger un cornet de crème glacée le 24 décembre... Ce qui n'a pas empêché la première incursion de l'OSG dans l'univers du conte (Casse-Noisette avait alors été narré par le comédien Marcel Sabourin) d'être fort bien reçu du public.
« La réaction des gens a été chaleureuse et je me suis dit qu'on pouvait donc se permettre de récidiver », mentionne Yves Léveillé
Cette fois, il a donc concocté un programme autour de l'hiver, des vastes paysages blancs, voire de la tempête de neige. Une soirée qui s'articulera surtout autour du court métrage d'animation The Snowman, le conte d'hiver onirique du compositeur Howard Blake (voir encadré, ci-bas)
Pour interpréter « la » chanson de The Snowman, Walking In The Air, Yves Léveillé a invité le jeune Soren McMillan, qui étudie le chant chez Sonart et qu'il a découvert par le biais de YouTube.
« Je tenais à ce que ce soit un jeune garçon qui chante cette pièce, pour justement rester en lien avec l'esprit du film. »
Après La Traviata, diriger les musiciens pendant que le film sera projeté sur grand écran est le nouveau défi qu'il s'est donné.
« Encore là, tout est question de suivre l'action. Si je prends ne serait-ce qu'une seconde de retard dans ma battue, je risque de manquer quelques punchs dans le film ! »
De la Finlande à la Russie
En guise d'ouverture, Yves Léveillé et ses musiciens voyageront aux confins de Finlandia, de Sibelius. 
« Cette pièce-là, qui évoque les paysages somptueux de la Finlande, a initialement été composée pour célébrer la liberté de presse en Finlande, alors réprimée par les Russes. Je trouve ça intéressant, dans un contexte où récemment, des journalistes de chez nous ont appris qu'ils avaient été surveillés par la police... » soutient le maestro.
D'abord intitulée Éveil de la Finlande, cette pièceest en effet le sixième « tableau » de Musique pour la célébration de la presse, composée en 1899 en lien avec les manifestations pour défendre la presse finlandaise de la censure du régime russe, à l'époque. Finlandia est, depuis, devenu l'hymne officieux du pays.
La soirée se conclura en véritable  crescendo sur les airs de Winter Dreams, la première (et exigeante) symphonie de Tchaïkovski.
« On va vraiment se promener dans l'imaginaire, avec ce programme », fait valoir M. Léveillé.
Le plaisir de raconter
Patrice Bélanger
«Je vais essayer de raconter cette histoire-là comme si je la lisais à mes deux garçons, collés les uns contre les autres sur le divan de notre salon... sauf que je vais avoir environ 800 enfants, petits et grands, en train de m'écouter!»
Dire que Patrice Bélanger se réjouit à l'idée de partager la scène avec les musiciens de l'Orchestre symphonique de Gatineau pour narrer - en français - l'histoire du court métrage d'animation britanniqueThe Snowman à ses fils, son amoureuse et les quelque 800 spectacteurs qui seront sur place, à la salle Odyssée, ce samedi, relève de l'euphémisme. 
À l'autre bout du fil, le volubile et sympathique animateur et comédien de 38 ans explique du même souffle (ou presque!): qu'il est «un grand fan des films de Charlie Chaplin qui, à l'époque, était justement projeté pendant que des musiciens en interprétaient en direct la trame sonore»; qu'il trouve «assez intimidant» ce qu'il va faire avec l'OSG et que «le coeur [lui] débat» à l'approche des deux répétitions (qui ont eu lieu vendredi) et de la générale de ce samedi.
«Je lis et relis le texte sans trop placer ma voix encore. J'ai des intentions, à force de visionner le film de mon côté, mais je sais que je dois attendre de placer tout ça avec le maestro et l'orchestre. Mon but, ce n'est pas de rivaliser avec les musiciens, ni avec le visuel, mais bien de les accompagner de mon mieux», soutient celui qui jongle avec l'idée de se munir d'un miroir pour voir les images défilées... sur l'écran géant qui sera positionné derrière lui.
Le fier natif de l'Outaouais prend d'ailleurs plaisir à rappeler que sa passion pour le métier s'est petit à petit concrétisée rangée B, au balcon de la salle Odyssée.
«J'étais en secondaire 2 quand la Maison de la culture a ouvert ses portes, il y a 25 ans. Dès l'année suivante, j'avais mon abonnement pour la saison de théâtre. C'est là, dans mon siège au balcon, que j'ai commencé à croire que mon rêve de monter sur scène était possible.»
Inutile de mentionner que Patrice Bélanger trépigne d'impatience à l'idée de pouvoir dévoiler les noms des autres artistes qui prendront part à sa carte blanche du 8 mars prochain. Ce moment «unique, qui n'existera que ce soir-là», comme il le mousse avec ferveur, sera en quelque sorte le point d'orgue des festivités entourant le 25e anniversaire de la MCG. 
Alex Nevsky, Brigitte Boisjoli, Bruno Pelletier, Alain Barbeau et Geneviève RB figurent parmi les invités dont l'identité est déjà connue.
Un bonhomme de neige en souvenir
The Snowman a d'abord et avant tout été un album jeunesse du Britannique Raymond Briggs. Ce livre publié en 1978 avait comme particularité d'être sans texte. L'histoire relate comment, sur le coup de minuit, le bonhomme de neige réalisé par un petit garçon au cours de la journée, s'anime. Ensemble, le gamin et sa création s'amusent avec tout ce qui leur tombe sous la main, sans réveiller les parents. Ils profiteront aussi de la nuit pour survoler village, océan et plus encore. Jusqu'au matin suivant, où le soleil, en se levant, fera fondre le bonhomme de neige, mais pas les précieux souvenirs de l'enfant, une fois rentré à la maison. 
En 1982, le livre a été adapté en court métrage d'animation de quelque 25 minutes, qui a notamment été en lice pour un Oscar.
Pour y aller
Quand? Ce samedi, 20 h
Où? Maison de la culture de Gatineau
Renseignements? 819-243-2525 ; salleodyssee.ca