Marcus Carbonneau s’est éteint mardi à l’âge de 71 ans.

Pilier de la culture francophone, Marcus Carbonneau s’est éteint

Orléans a perdu un « pilier de la francophonie et de la culture » mardi, alors que Marcus Carbonneau s’est éteint à l’âge de 71 ans.

Ancien enseignant à l’école secondaire Garneau, Marcus Carbonneau fut l’un des cofondateurs du Théâtre du Village d’Orléans ainsi qu’un « bâtisseur » du Mouvement d’implication francophone d’Orléans (MIFO).

Le Théâtre du Village d’Orléans a connu ses balbutiements au printemps 1984. M. Carbonneau avait alors fédéré trente-cinq comédiens de tous les âges pour monter Les murs de nos villages, du théâtre Le Cabano — aujourd’hui appelé Vox Théâtre. La distribution, composée de comédiens de tous les horizons, comptait des élèves, des résidents du coin, des professionnels — et celle qui allait devenir son amie et sa complice dans la mise sur pied de la troupe communautaire, Pierrette Boisvert.

« Marcus, il n’y avait rien à son épreuve. Plus il pouvait mettre de gens sur la scène, mieux c’était pour lui, s’est souvenue Mme Boisvert, présidente de la troupe depuis sa création en 1985. C’était un rassembleur. Marcus était très volubile et il aimait les gens. Alors il les emmenait dans cette folie, parfois presque malgré eux ! C’était un passionné. Des gens passionnés, c’est ça que ça fait. »

Le Théâtre du Village d’Orléans aura 35 ans l’an prochain. En 34 ans, Mme Boisvert estime qu’il a produit « au moins 70 » pièces, « si ce n’est pas plus ». En plus d’avoir initié nombre de citoyens au théâtre dans un secteur où il n’y avait aucune autre troupe communautaire francophone — c’est toujours le cas —, il a été un tremplin pour de jeunes loups en début de carrière. Pour ne nommer qu’eux, l’actuelle directrice du Théâtre de l’Île Sylvie Dufour et le comédien, dramaturge et metteur en scène André Perrier y ont fait leurs classes.

Du côté du MIFO, un drapeau a été mis en berne mardi pour souligner la « grande importance » qu’il a eue pour l’organisme, a indiqué sa directrice des communications Joëlle Drouin.

Dès sa création, la troupe emménageait au Centre culturel d’Orléans, qui en 1985, venait tout juste d’être construit pour le jeune MIFO. M. Carbonneau a siégé à son conseil d’administration, entre le travail et les répétitions.

Il a aussi été membre du conseil d’administration de Théâtre Action, organisme voué au développement et au rayonnement du milieu théâtral franco-ontarien.

Marcus Carbonneau est longtemps resté directeur artistique du Théâtre du Village d’Orléans. Dans les dernières années, il vivait à l’extérieur de la région, mais il a toujours continué les allers-retours pour revenir s’impliquer auprès de « sa » troupe.

Son départ laisse dans le deuil sa femme, son fils et ses deux petits-enfants, ainsi que les communautés francophones et théâtrales de la région.

« Il était aimé de la communauté, ajoute Mme Boisvert. C’était un homme passionné, et c’était un homme passionnant. Et évidemment, c’était un mordu de théâtre. Il en vivait, il en mangeait, il en écrivait... C’est une grande perte pour la communauté théâtrale des environs. »