« Cowansville sera le rodage de ma finale ! Ce sera différent », promet Philippe Bond.

Philippe Bond en répétition pour le Centre Bell!

Le 2 février prochain, Philippe Bond tirera un trait sur son spectacle Philippe Bond 2, qu’il promène depuis quatre ans. Mais avant sa grande finale au Centre Bell, l’humoriste fera un tout dernier arrêt à Cowansville. Avec plein de petits extras en prime.

« Cowansville sera le rodage de ma finale ! Ce sera différent », lance-t-il en promettant aux gens de la région 30 à 35 minutes de nouveau matériel destiné au spectacle du Centre Bell.

Crise de la trentaine, premiers emplois, feuilleton de sa vie... Bond parle du quotidien avec une aisance maintes fois saluée. L’expérience, disons, n’est pas étrangère à cette assurance : après avoir présenté son premier spectacle solo 245 fois, il mettra un terme à Philippe Bond 2 après 319 représentations. Pas mal pour un marché comme le Québec.

« Je ne suis pas seul dans cette situation. D’autres humoristes font trois ou quatre ans de tournée comme moi », dit-il, en faisant remarquer qu’il aurait pu continuer un moment. « J’ai fait 35 fois le Dix30, par exemple, et c’était encore plein. J’ai autant de plaisir sur scène qu’au début, en 2014. J’improvise, j’ajoute des affaires... », dit-il avec l’entrain d’un débutant.

Un ajustement nécessaire, car en quatre ans, la vie change. L’éternel célibataire a notamment trouvé l’amour, ce qui l’a incité à retirer un numéro devenu désuet. « Je suis un raconteur d’anecdotes. Les gens s’en rendent compte quand ça ne reflète plus ma vie. »

Il rappelle à quel point sa famille — particulièrement son paternel — et son entourage sont une source intarissable de gags. « Ce que je raconte est vrai. Tout part d’une vérité », assure-t-il.

Mais toute bonne chose a une fin, surtout quand le troisième spectacle commence à s’imposer de lui-même. Avec son fidèle script-éditeur, Sylvain Larocque, l’écriture va bon train depuis deux ou trois mois. Il a déjà une date pour un retour en selle : le 1er février 2019.

Il continue donc, presque compulsivement, à observer, à remarquer, à noter ce qu’il voit et ce qu’il vit... ou ce que les autres vivent. « J’ai toujours mon téléphone pas loin. Je prends tout le temps des petites notes pour avoir de nouvelles anecdotes à raconter ! », dit-il.

Pour Philippe Bond, vivre de son humour, sans trop de compromis, ressemble à la vie rêvée. « Il y a trois ans, j’ai arrêté la radio et la télévision. Je m’étais toujours dit qu’un jour, je ferais juste des spectacles. J’ai tiré de tous bords tous côtés au début, maintenant, je fais surtout de la scène. »

Une dernière mémorable
Ces temps-ci, toute son attention est concentrée sur cette fin de tournée peu banale. « On avait fait le Centre Bell lors de ma première tournée. Il y avait 6500 personnes dans le théâtre. C’était incroyable pour un gars qui a joué au hockey toute sa vie ! Quand ma gérante m’a offert de clore cette tournée de la même façon, j’ai dit oui. Cette fois, le show sera plus long — j’ai eu la permission ! — et j’ai invité des amis humoristes. Je sais qu’ils vont triper autant que moi », dit-il en glissant au passage les noms d’Alexandre Barrette et de Ben et Jarrod. « Les autres, je ne peux pas les nommer ! »

Nerveux, nostalgique ? « Je ne suis pas nerveux ; je vais l’avoir fait 318 fois ! Honnêtement, ce sera plus tripant que stressant. Mes parents, ma famille, mes amis vont être là, ça va être un gros party. Mon neveu de 17 ans, Alexis, va même faire ma première partie. Il va venir mixer avec un DJ. Juste ça, ça vaut de l’or. Mais oui, je vais être un peu nostalgique, parce que je n’étais pas tanné de faire ce show. C’est juste qu’à un moment donné, il faut que ça s’arrête. »

Il s’offrira d’ailleurs une vraie pause en 2018, une chose qu’il ne s’est pas permise depuis des années. « Je vais prendre trois mois de congé cet été, sans animation de gala, sans rien ! Je vais partir, voyager. J’ai envie de prendre du temps pour moi. »

Envie d’y aller ?

Quand : samedi 27 janvier à 20 h

Où : à l’auditorium de l’école secondaire Massey-Vanier de Cowansville

Billets : www.evenko.ca