Panorama: vu, lu, entendu cette semaine

LIVRE

Le chemin montant, recueil de poésie de Gilles Vigneault ****

Si c’est à son tour de se faire parler d’amour — il célèbre son 90e anniversaire de naissance ce samedi —, c’est plutôt Gilles Vigneault qui est arrivé avec des cadeaux ces derniers jours en proposant un album de réinterprétations de ses chansons et ce recueil de poèmes inédits. Petite plaquette de 115 pages à savourer dans l’ordre ou le désordre, Le chemin montant met en exergue la beauté de la plume du poète de Natashquan... Et prouve de nouveau de belle manière à quel point la richesse et la simplicité peuvent marcher main dans la main. Dans cette collection de courts textes (certains ne font que quelques lignes), on retrouve beaucoup de thèmes chers à Vigneault: la nature et l’environnement, le rapport à l’écriture et aux arts, l’enfance, le temps qui passe, le souvenir. Ici, un clin d’œil au cerf-volant, là, des références nautiques et une section complète, saupoudrée d’humour, dans laquelle il confie des dialogues à des arbres. On reconnaît la cohérence de l’univers de ce créateur marquant de notre patrimoine. Et on ne l’apprécie que davantage. Geneviève Bouchard

LIVRE

Mon cinéma, recueil de Marc-André Lussier ***1/2

Mon cinéma — 350 films à voir ou à revoir est une nouvelle mouture, revue et augmentée, du Meilleur de mon cinéma que signe Marc-André Lussier. Le critique de La Presse est un cinéphile érudit et passionné, qui dresse, depuis 1983, avec bonheur, mais aussi une certaine angoisse, sa liste des 10 meilleurs longs métrages de l’année. Toujours l’esprit ouvert, sans snobisme, autant aux films d’auteur qu’au cinéma populaire bien fait. Je ne suis pas toujours d’accord (il n’y a pas plus subjectif comme exercice), mais nul ne peut disputer que ses choix, ni son éclectisme, sont un fidèle reflet de la crème du cinéma mondial, avec une belle place aux productions québécoises. Reste que le principal atout de ce livre n’est pas nécessairement celui qu’on pense. Il réside aussi dans ses gros plans, de courts textes sur des têtes d’affiche, d’ici et d’ailleurs, qui nous offrent un contexte et une perspective, véritable plongée dans le 7e art contemporain. Pour reprendre les mots de René Homier-Roy, qui signe la préface, Marc-André Lussieur nous rappelle «des souvenirs inoubliables que la mémoire, cette oublieuse, n’a quelques fois pas retenus».  Éric Moreault

MUSIQUE

Anthem of the Peaceful Army, album rock de Greta Van Fleet

L’année dernière, les débuts de la formation américaine Greta Van Fleet ont pris des allures de tornade. Étiqueté comme la version milléniale de Led Zeppelin — un atout pour les amateurs et un irritant pour leurs détracteurs —, le quatuor tout juste sorti de l’adolescence est passé du garage des parents des frères Josh, Jake et Sam Kiszka à une tournée internationale. Leur passage l’été dernier sur les plaines d’Abraham, dans l’orage, juste avant les Foo Fighters, n’est d’ailleurs pas passé inaperçu. Les voilà de retour avec un nouvel album qui devrait polariser autant que le premier. Les uns verront du génie dans ces musiciens âgés entre 19 et 22 ans faire revivre un son bien ancré dans les années 70. Les autres crieront au pillage devant ces looks de hippies et ce chanteur aux miaulements aigus qui trahissent une indéniable parenté avec le timbre de Robert Plant. Coupons ici la poire en deux. Non, on ne croule pas sous l’originalité dans la cour de Greta Van Fleet. Mais outre ces parenthèses un brin ringardes flirtant avec le country-folk, la dose de rock proposée par les Américains s’avère plutôt sympa. Geneviève Bouchard

LIVRE

C’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison!, recueil de Jean-Pierre Boyer ***1/2

Amateurs d’aphorismes, de citations et de proverbes en tous genres, ce livre est pour vous. Un pavé de 780 pages qui offre, classé par thèmes, plus de 12 000 courtes réflexions de grands esprits comme Platon, Aristote, Tolstoï, Lincoln et autres Baudelaire. Très utile pour quiconque cherche à aiguiser son sens critique ou… à briller dans les soirées mondaines. «Une banque vous prête un parapluie quand il fait beau et vous le reprend quand il pleut.» L’image vous fait sourire? C’est de George Bernard Shaw. Normand Provencher

LIVRE

Saint-Jambe, roman d'Alice Guéricolas-Gagné ****

On pourrait qualifier ce premier roman d’Alice Guéricolas-Gagné de fiction documentaire utopique. La jeune auteure-ethnologue nous livre une singulière introduction à la mythologie Saint-Jambienne à travers de courts récits qui brossent peu à peu le portrait d’un quartier Saint-Jean-Baptiste fantasmé. Elle y raconte le Siège de Saint-Jambe, la vie en autarcie, les montagnes russes où s’étourdissent les jeunes fous, les fouilles archéologiques gréco-romaines, les enlèvements des poètes aériens… L’écriture est d’une inventivité baroque redoutable et porte des idées à la liberté vertigineuse. Ses références aux écrits d’Hubert Aquin, de Réjean Ducharme, de François Blais (son mentor tout désigné), de Julio Cortazar, de Nicolas Dickner sont soulignées avec enthousiasme et habilement intégrées dans la trame foisonnante. L’auteure a été coiffée fort à propos du Prix Robert-Cliche et on a bien hâte de voir où la mèneront ses écrits. Josianne Desloges

Nos cotes:  ***** Exceptionnel;  ****Excellent;  *** Bon;  ** Passable;  * À éviter