Panorama: vu, lu, entendu cette semaine

EXPOSITION

Marcelle Ferron — Méfie-toi du blanc, au Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul  ***1/2

Il était temps qu’un musée consacre une exposition solo à l’œuvre de Marcelle Ferron. Le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul s’en est acquitté avec sensibilité et simplicité avec Méfie-toi du blanc, qui rassemble une cinquantaine de tableaux de l’artiste. En suivant l’accrochage intuitif, organique, non chronologique, on goûte au souffle, aux surprenants agencements de couleurs et aux gestes expressifs de l’artiste — dont certains cadres de bois portent les marques de peinture. On navigue dans ses constructions abstraites avec ravissement et étonnement. Seul bémol, on aurait aimé avoir accès, en plus de la vidéo d’archives accessible à un seul visiteur à la fois, à un peu plus de mots pour mieux connaître la plus jeune signataire du Refus global, qui nous paraît toujours aussi insaisissable. Les images fulgurantes, les roses, les noirs profonds et les turquoises, eux, nous resteront en tête, comme de grands paysages à arpenter encore et encore. L’exposition est présentée jusqu’au 10 juin.  Josianne Desloges

SÉRIE TÉLÉ

The Crown, saison 2, drame historique de Peter Morgan ****

On a pu apercevoir la semaine dernière, lors du mariage du prince Harry et de Meghan Markle, le vieillissant couple royal, formé par la reine Élisabeth II et le prince Philip. Qui aurait cru que derrière ce vieil homme souriant, passablement affaibli, se cache un redoutable caractériel qui a eu toutes les misères du monde à se fondre dans son rôle de second auprès de sa femme? Son personnage, joué par Matt Smith, est certainement l’un des plus fascinants de la série The Crown, la plus dispendieuse produite par Netflix à ce jour. Et la deuxième saison n’a pas perdu de souffle, explorant différents épisodes de l’histoire monarchique des années 50 et 60. Claire Foy, dans le rôle d’Élisabeth, a démontré plus de profondeur, autant dans la retenue hyper contrôlée de ses émotions que dans une affirmation toute nouvelle de son caractère. Fini, la reine placide qui veut rester invisible: piquée au vif par la popularité de Jackie Kennedy, elle ira jusqu’à faire un coup d’éclat au Ghana. On la verra aussi asséner des répliques assassines au premier ministre de l’époque, qui l’abandonne alors qu’elle est enceinte de son quatrième enfant. On a aussi aimé l’intrigue autour de la princesse Margaret, qui trouve finalement l’amour. Et cet épisode où le jeune prince Charles est confronté à la dureté de son père qui l’envoie dans une petite école perdue des Highlands. Hâte de voir comment se passera le changement des acteurs principaux dans la prochaine saison…  Isabelle Houde

Nos cotes:  ***** Exceptionnel;  ****Excellent;  *** Bon;  ** Passable;  * À éviter