Anima **** Electro-rock, Thom Yorke

Panorama: lu, vu, entendu cette semaine

Musique

Anima **** Electro-rock, Thom Yorke (photo principale)

Il y a assurément une vie musicale en dehors de Radiohead pour Thom Yorke. Le chanteur du célèbre groupe anglais vient à peine de produire un double album pour la trame sonore de Suspiria qu’il revient avec un nouvel effort. Anima se situe dans la veine de ses deux essais solos précédents, The Eraser (2006) et Tomorrow’s Modern Boxes, mélange de musique électronique hypnotique et de rock expérimental, mais le musicien élargit la palette, notamment avec des arrangements orchestraux grandioses. La présence de Nigel Godrich derrière la console (le «sixième» Radiohead) assure un lien musical conséquent entre les deux univers, tout comme la pièce Dawn Chorus, dans un registre bas, un supposé titre de Radiohead joué pendant un test de son en 2008. C’est donc semblable et très différent. Mais Yorke n’est pas à un paradoxe près, comme on l’entend dans The Axe, qui s’inquiète des dérives technologiques alors que sa musique fait usage… de machines. Yorke se produira à Laval le 26 septembre. Éric Moreault

***

Une clairière *** Electro-pop, Jérôme Minière

Musique

Une clairière *** Electro-pop, Jérôme Minière

Voilà un projet qui s’est concrétisé entre deux continents, entre Montreuil et Montréal. Alors qu’il avait complété son album Dans la forêt numérique, Jérôme Minière a été contacté par l’artiste français Chevalrex (alias Rémy Poncet)… Ainsi est venue cette collaboration, qui a offert un second chapitre à l’aventure de ladite forêt musicale. Dans un environnement sonore fort bien soigné, nourri de boucles souvent contemplatives, la poésie de l’auteur-compositeur-interprète se déploie. Et de belle manière. Mais comme souvent dans l’œuvre de Jérôme Minière, on a un peu la délicate impression d’entrer dans ses pièces sur le bout des pieds… On adhère ou pas.  Geneviève Bouchard

***

Le Tigre *** Conte, Joël Dicker

LIVRE

Le Tigre *** Conte, Joël Dicker

Avant de voir son talent éclore à travers ses romans (dont La vérité sur l’affaire Harry Quebert et Le livre des Baltimore), Joël Dicker s’est fait la main sur un conte, écrit en 2004, à l’âge de 19 ans, à l’occasion d’un concours littéraire. C’est ce texte inédit, Le Tigre, qui lui donna le goût de pousser plus loin sa passion. Cet ouvrage d’une soixantaine de pages, agrémenté par les dessins de l’artiste espagnol David de las Heras, campe son action dans la Sibérie du début du 20e siècle, alors qu’un terrifiant félin sème la mort parmi la population. Un jeune homme, Ivan, attiré par l’alléchante récompense promise par le tsar, se lance sur les traces de la bête, élaborant un plan machiavélique et sanguinolent. En cette belle saison, le genre d’histoire à lire à voix haute, autour du feu de camp, aux enfants (et aux plus grands) qui aiment se faire des peurs…  Normand Provencher

***

Quiet River of Dust Vol. 2 : That Side of the River **** Indie-folk, Richard Reed Parry

Musique

Quiet River of Dust Vol. 2 : That Side of the River **** Indie-folk, Richard Reed Parry

Alors qu’il offre ces jours-ci une série de concerts dits immersifs à la Satosphère de Montréal, le multi-instrumentiste Richard Reed Parry a lancé le très à-propos deuxième volume de l’aventure musicale Quiet River of Dust. Avec ces pièces enregistrées au fil de ses pérégrinations autour du monde, le musicien, qu’on a d’abord connu au sein de la formation Arcade Fire, réussit à créer une sorte de lieu dans lequel l’auditeur peut s’évader dans une expérience sonore quasi méditative. Un peu hors du temps, bien garnies de boucles potentiellement hypnotiques, les pièces se déploient avec une douceur qui happe, enveloppe et captive. L’auteur-compositeur-interprète place la genèse de cette création au Japon, où il s’était attardé il y a une décennie après une tournée d’Arcade Fire. Il aura l’occasion de boucler la boucle en livrant ses compositions sur scène à Tokyo et Osaka en novembre prochain. Geneviève Bouchard