Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’Anishinabée Page Chartrand, l’Inuk Émilie Stanton-Bursey et le Métis Christian Pilon, sont les trois animateurs de la web série <em>Pagayons ensemble</em>.
L’Anishinabée Page Chartrand, l’Inuk Émilie Stanton-Bursey et le Métis Christian Pilon, sont les trois animateurs de la web série <em>Pagayons ensemble</em>.

Pagayons ensemble célèbre la diversité culturelle autochtone

Claudia Blais-Thompson
Claudia Blais-Thompson
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Une nouvelle web série débarque juste à temps pour le Mois national de l’histoire autochtone. À travers trois épisodes, Pagayons ensemble met en lumière neuf personnalités autochtones et francophones pour célébrer la diversité culturelle de leurs origines.

Présenté comme le premier grand projet virtuel collaboratif, Pagayons ensemble est né de la volonté des 12 conseils scolaires franco-ontariens d’offrir du contenu provincial, francophone et autochtone pour un public jeunesse. « Tout le monde, partout en province, y a mis le paquet », lance le co-initiateur de ce projet, Félix Saint-Denis.

Véritable voyage culturel et spirituel, les trois animateurs, l’Anishinabée Page Chartrand, l’Inuk Émilie Stanton-Bursey et le Métis Christian Pilon, s’entretiennent avec neuf invités autochtones « qui font une différence dans leur communauté. »

« Ce sont des gens vraiment actifs, insiste M. Saint-Denis. Ce ne sont pas juste des gens qui nous parlent de leur fierté, de leur spiritualité ou de leur culture personnelles, ce qui serait déjà très beau. Ce sont tous et toutes des agents de changement. Ce sont des passeurs culturels et spirituels. Ils ont tous des façons différentes de le faire. »

Le groupe Twin Flames.

Dans le premier épisode, le groupe originaire d’Ottawa, Twin Flames, fait une apparition où le duo musical interprète une chanson en plein coeur du Nunavik. Dans le même épisode, la jeune Franco-Algonquine, Makhena Rankin Guérin, transmet sa passion pour la danse traditionnelle de cerceaux. « C’est hallucinant », raconte M. Saint-Denis.

Les cours d’eau servent non seulement de décor, mais agissent aussi comme un rassembleur qui unit chacun des participants. Pagayons ensemble fait également découvrir différentes régions de l’Ontario et même du Grand Nord. La production n’a pas voulu mettre l’accent sur l’Histoire, mais s’est plutôt intéressée aux réalités contemporaines des peuples autochtones francophones de l’Ontario tout en abordant la fierté de cette double identité culturelle.

Makhena Rankin Guérin transmet sa passion pour la danse traditionnelle des cerceaux dans <em>Pagayons ensemble</em>.

« Plusieurs de nos invités sont à la fois extrêmement fiers d’être, supposons Anishinabée, et en même temps d’être franco-ontarien, ajoute M. Saint-Denis. C’est vraiment un amalgame des deux identités. C’est un et l’autre et un avec l’autre. »

Pour les tout-petits

Pagayons ensemble propose également un volet éducatif guidé par des intervenants qui partagent une partie de leur histoire. Une série de quatre contes, de chants traditionnels et de productions artistiques spécialement développés pour les tout-petits sera disponible sur le web à compter du 7 juin, tout comme les trois épisodes de la web série. https://www.pagayonsensemble.ca/