Les représentations du spectacle ont lieu du mardi au samedi inclusivement à la Cité de l’énergie.

Nezha, l'enfant pirate: le vent dans les voiles

SHAWINIGAN — Le spectacle Nezha, l’enfant pirate, présenté par le Cirque Éloize à la Cité de l’énergie de Shawinigan, est à mi-chemin de sa deuxième édition et, déjà, le président et chef de création du Cirque Éloize, Jeannot Painchaud, parle d’un succès artistique et commercial.

Étant à sa deuxième année de représentations sur les cinq prévues par l’entente entre le Cirque et la Cité de l’énergie, Nezha se présente aux gens sous une forme des plus rodées qui, au dire du président et chef de création, ne déçoit quasiment personne. «Nous sommes extrêmement heureux des résultats du spectacle jusqu’à maintenant. L’an dernier, nous nous étions affairés à créer les différents éléments techniques du spectacle alors que cette année, nous avons pu nous concentrer sur le raffinement de notre spectacle qui contient 13 nouveaux artistes. Nous avons donc pu ajouter une panoplie de numéros spectaculaires et ça a été un vrai charme.» Il souligne également qu’en plus des bons commentaires reçus, les chiffres démontrent que cette saison se déroule à merveille pour le Cirque Éloize. La confiance est au rendez-vous en ce qui a trait au reste de l’été.

Marier l’art et le lieu

À travers l’histoire de Nezha, le feu, l’eau, l’air et la terre s’affrontent pour tenter de dominer l’univers dans lequel évolue le personnage principal. C’est un aspect qui permet à la troupe de se servir habilement des éléments naturels présents à la Cité de l’énergie. C’est pour cette raison qu’aux yeux de Jeannot Painchaud, Shawinigan est un endroit de choix pour une telle production.

Pour le Cirque Éloize, il s’agit de la toute première fois qu’un spectacle s’établit à un seul et même endroit pour une aussi longue période de temps.

L’union fait la force

Pour le metteur en scène, l’équipe d’organisation de ce spectacle est sans faille. Tous les artisans de Nezha, l’enfant pirate, travailleraient ainsi dans le même sens à la réussite de cette production. Il souligne que toute l’équipe se connaît et n’hésite pas à s’épauler pour le bon déroulement du spectacle. Les artistes sont souvent appelés à se rendre à l’arrière-scène pour aider les techniciens et ils le font, semble-t-il, avec la plus grande générosité. Il en va de même pour l’équipe de conception et l’équipe technique qui ne comptent plus les heures investies dans cette production.

En outre, le public qui assiste à Nezha, l’enfant pirate se voit offrir un spectacle ayant pour mission de mettre en lumière le talent des acrobates de façon honnête, c’est-à-dire, sans artifice.

les éléments se déchaînent

Les éléments de la nature ne sont pas uniquement à l’honneur dans l’histoire du spectacle. L’amphithéâtre de la Cité de l’énergie garantissant une expérience plein air à son public, la température apporte son lot de complications aux acrobates performant à la Cité de l’énergie. Il n’est pas rare que ceux-ci soient forcés de composer avec de la pluie, de la chaleur très lourde ou encore plusieurs autres facteurs météorologiques extrêmement défavorables à leurs prouesses. Cependant, pour le metteur en scène, l’abandon ne fait pas partie de la philosophie de son équipe qui n’a pas peur de s’adapter aux différentes conditions. Elles contribuent même à créer des moments uniques.

«Chaque soir, les artistes affrontent Dame nature. Je me souviendrai d’un soir où une pluie incessante s’abattait sur la scène. Lors d’une des danses du spectacle, au lieu d’abandonner, Natasha Patterson, qui interprète Nezha, et son partenaire de scène ont choisi de jouer corps et âme malgré la quantité d’eau qui leur tombait dessus. En résultante, le public et moi-même avons eu droit à un des plus beaux moments de toutes les représentations. La foule a ressenti une certaine compassion en plus d’être impressionnée par les acrobaties et le jeu», a-t-il raconté. L’expérience Nezha promet donc d’être mémorable, et ce, malgré tous les facteurs naturels qui peuvent survenir.

La poursuite de la quête

Le terrain de jeu du cirque ayant pour seules limites celle de notre planète, le président et chef de création du Cirque Éloize n’exclut pas la possibilité de voir Nezha, l’enfant pirate être présenté ailleurs qu’à Shawinigan. «Le succès d’un spectacle attire beaucoup l’intérêt et étant naturellement en recherche de développement, nous ne fermons jamais la porte à ces collaborations. Les gens que l’ont fait venir ici pour voir notre savoir-faire sont tous éblouis. Par exemple, nous avons fait venir des Chinois et des Coréens qui ont été séduits par l’univers de Nezha.» Ce genre de rencontre donne d’ailleurs la chance aux pays étrangers de découvrir la culture du Québec pendant leur séjour en région. «Voir toute une délégation coréenne déguster une poutine à la cantine après un de nos spectacles, c’était aussi très beau à voir», lance-t-il avec une touche d’humour.

Par ailleurs, Nezha n’est pas le seul spectacle à connaître du succès en ce moment au Cirque Éloize. Outre Nezha, l’enfant pirate, le Cirque présente au Québec et partout à travers le monde les spectacles, Hotel, qui est présentement en tournée mondiale, Serge Fiori, seul ensemble ainsi que Saloon, qui voyage aussi à travers le monde. Ce dernier, à l’image de Nezha, l’enfant pirate, a fait son nid en Mauricie il y a de cela quelques années. Avant de faire le tour du monde, ce spectacle avait été de passage à Saint-Tite, en 2013 et 2014, dans le cadre de deux éditions du Festival western de l’endroit. Aujourd’hui, les artisans de Saloon ont donné quelque 400 représentations dans plus de 15 pays. Récemment c’est la France, la Pologne et les Îles-de-la-Madeleine qui ont reçu la visite de ce spectacle qui mettra le cap sur le Japon dès l’automne prochain.

Le spectacle Nezha, l’enfant pirate sera présenté jusqu’au 17 août prochain à la Cité de l’énergie.

Reste à voir si Nehza pourra suivre la trace des cow-boys de Saloon et des voyageurs d’Hotel en étant présenté partout sur le globe.

Pour ceux et celles qui n’auraient pas encore eu l’occasion de contempler ses prouesses, Nezha et ses protagonistes continueront de faire tourner les têtes à la Cité de l’énergie à Shawinigan jusqu’au 17 août prochain.