Mystery sera sur la scène du Centre Shenkman samedi soir.

Mystery, les pros du prog

Nombre d'observateurs considèrent le groupe de rock prog' Mystery comme l'un des secrets les mieux gardés du Québec, car malgré la réputation des plus enviables dont elle jouit en Europe, la formation doit se contenter d'un relatif anonymat  dans sa province natale. Mystery sera de passage au Centre des arts Shenkman, ce 23 septembre, pour y faire résonner l'album Beneath the Veil of Winter's Face, retraçant l'ascension et la chute d'un chanteur du rock qui rêve de devenir une superstar.
Paru en 2007, cet album-concept qui marquait le « nouveau départ » de Mystery « après une longue pause » sera joué dans son intégralité, afin de souligner son 10e anniversaire. Mais, pour la toute première fois, les fans de la région   pourront apprécier Mystery dans sa nouvelle mouture, qui s'appuie sur un Gatinois, Jean Pageau, derrière le micro.
Le groupe montréalais fait rarement plus qu'une dizaine de spectacles par an au Québec, préférant se concentrer sur son circuit européen, où l'engouement pour le rock progressif en général - et Mystery en particulier - n'a fait que s'accentuer dans la dernière décennie, esquisse le guitariste, membre fondateur et principal compositeur de la formation, Michel St-Père. Mais le revival de la scène  prog' dans le monde s'est fait à l'insu du Québec,  où « c'est resté sous le radar », note-t-il.
« Deuxième maison »
Faute de soutien des diffuseurs scéniques et radiophoniques au Québec, « on a un peu jeté l'éponge », convient le guitariste, dont la bande s'apprête pourtant à faire paraître, le 13 octobre prochain, son 10e album, Second Home - un double live qui se déclinera aussi en DVD) Mystery. Celui-ci a été enregistré au printemps 2016, lors d'un concert donné aux Pays-Bas durant le festival ProgDreams organisé à Zoetermeer, sur la scène du Boerderij Cultuurpodium, lieu que le groupe considère désormais comme sa « deuxième maison ».
Preuve de l'incontestable popularité de Mystery : un spectacle en Hollande est susceptible d'attirer une délégation de fans qui prendront l'avion depuis la Norvège voisine, illustre Michel St-Père. Le groupe est capable d'écouler en à peine quelques mois 10 000 exemplaires physiques d'un nouveau disque - et ce chiffre ne tient pas compte des ventes en ligne, précise Michel St-Père. Pas mal pour un groupe autoproduit.
C'est à Ottawa, au Théâtre Centrepointe, en février 2013, lorsque Mystery est venu jouer en première partie de Saga (le groupe phare de la scène prog au Canada), que Jean Pageau a découvert Mystery sur scène. Lui-même faisait partie d'un groupe hommage à Saga. Moins d'un an plus tard, il devenait membre en règle de la bande.
« Ce qui est le fun, avec Jean, c'est qu'il reproduit très bien toutes nos pièces » quel que soit le chanteur qui les a initialement défendues. Jean Pageau est en effet le quatrième à poser sa voix sur les compositions de Michel St-Père, après Raymond Savoie (au début de la formation, en 1988, jusqu'en 1991), Gary Savoie (1991-1999) et Benoît David (1999-2013). C'est ce dernier qui, en 2011, avait rejoint le mythique groupe Yes, le temps d'enregistrer deux albums.
« Jean a apporté beaucoup d'émotion à l'album Illusion Rain (paru en 2015) et c'est un excellent frontman, qui sait prendre toute la place. » Du coup, « on lui en laisse de plus en plus », lance Michel St-Père, ravi de pouvoir profiter du fait que le nouveau chanteur de Mystery est aussi capable de manier avec doigté tant les flûtes que les claviers. « Ces deux mains additionnelles  nous permettent d'éviter  d'avoir recours à des pistes préenregistrées, et on adore ça ; on préfère que la musique provienne de vrais instruments ».
Le sextuor  livrera en 2019 son 7e album studio (sa discographie complète comprend deux compilations et deux live, incluant Second Home). « J'ai commencé l'écriture : on en est à la moitié. On rentre en studio cet hiver pour préparer ce nouvel album », soutient Michel St-Père, aux yeux de qui la parution de Second Home, en octobre, n'est finalement rien de plus qu'« une collation pour les Mysterons ». Car, preuve ultime que la bande officie bien dans les ligues majeures : ses fans se sont trouvé un sobriquet bien à eux : les Mysterons.
POUR Y ALLER :
Centre des arts Shenkman
Le 23 septembre, à 19 h 30
613-580-2700 ; www.shenkman.ca