What We Live For, d'American Authors ***1/2

CRITIQUE / Leur tube Best Day Of My Life (extrait de Oh, What A Life, leur premier disque) laissait déjà entendre leur joyeux mélange de rock-pop.
Banjos, guitares, choeurs et mains rythmant des airs voguant entre années 80 et aujourd'hui sont de retour.
Le quatuor récidive avec une deuxième galette qui, sans sortir des sentiers battus sur leur précédente, n'en donne pas moins envie de prendre la route fenêtres baissées et une main surfant sur le vent (comme la pièce titre le suggère).
No Love se branche sur Ibiza par ses touches électro; Pocket Full Of Gold a un petit air d'aréna. Le banjo prend un accent nippon sur Nothing Better; les choeurs puisent à une source africaine sur l'irrésistible Pride.
Désirs de liberté, volonté de ne jamais succomber à la tentation de vendre son âme ou à la facilité témoignent de ce pour quoi ils vivent.
À défaut d'être original, What We Live For s'avère contagieux.