Patrice Michaud a enfilé les chansons qui ont parsemé son parcours artistique de 10 ans.

Vague de chaleur humaine au FMG

CRITIQUE / Humidex élevé, émotion à fleur de peau et paillettes, la dernière soirée du 31e Festival de montgolfières s’est terminée dans une grande vague de chaleur… humaine avec les mélodies de Vincent Vallières et l’énergie de Patrice Michaud.

C’est peu après 18h que Vallières est monté sur scène, accompagné de ses trois musiciens, pour lancer la soirée avec Je pars à pied. Il a enchaîné avec Bord en bord, Bad Luck et L’amour c’est pas pour les peureux – en duo avec sa bassiste Amélie Mandeville.

Le gaucher a ensuite accroché sa guitare acoustique à son cou pour Le Monde tourne fort. Le rythme s’est par la suite accéléré et les guitares électriques ont repris le dessus pour O.K. on part au même moment où Patrice Michaud est venu faire un petit tour sur la scène. Et le rock a gardé sa place avec L’Avenir est plus proche qu’avant.

La douce et mélodique Lili a remis une petite dose d’émotion dans le tour de chant de Vallières juste avant l’interprétation de Février et de Bord de l’eau, question de mettre un peu de fraîcheur dans cette chaude soirée.

Entre partout et nulle part, En attendant le soleil, Stone, Café Lézard, Le Temps passe et en rappel, À Hauteur d’homme et l’incontournable On va s’aimer encore ont mis fin au passage de Vallières au FMG.

Michaud et ses Majestiques
Patrice Michaud a pris place sur la scène dans une intro digne des grands talk-shows et sans plus de préambule, il a lancé les premiers riffs de Kamikaze.

L’auteur-compositeur originaire de Cap-Chat a ensuite enfilé les chansons qui ont parsemé son parcours artistique de 10 ans.

Michaud a pris le temps de nous raconter la première fois où il a dansé un slow, c’était pendant son secondaire 1. Pour bien terminer son histoire, il est allé rejoindre la foule pour une danse langoureuse avec une festivalière, sur une traduction libre de Stop, de Sam Brown.

Le feu de chaque jour et Apocalypse Wow ont précédé le moment fort du spectacle, ce moment où les paillettes et les invités ont pris la scène d’assaut.

Avec ses Majestiques, Michaud a fait un bond dans le temps, à l’époque des groupes au Québec, pour interpréter Julie Revient. Julie s’en va!

Allez, vive les vestons à paillettes et on invite les amis. Michaud a fait revenir Vallières sur scène pour reprendre Je pars à pied avec un petit twist des années 60! Ensuite ce fut la visite surprise de Yann Perreault avec Beau comme on s’aime. On a aussi eu droit à Les Cactus de Jacques Dutronc alors que Michaud, Vallières et Perreault se sont déchaînés sur la scène Casino Lac-Leamy.

Quand les invités sont partis, Michaud a rapaillé ses Majestiques jusqu’à la fin du show avec Je cours après Marie qui a préparé la finale de ce 31e Festival de montgolfières de Gatineau avec Mécaniques générales, la délicieuse Saison des pluies, l’énergique Crash du Concorde et un petit cadeau, un mash-up de chansons des Baronets. J’avoue que j'en aurais pris toute la soirée, de ces Majestiques et de leur enrobage sixties.

Scène Hydro-Québec
Pour ceux et celles qui sont arrivés plus tôt sur le site du parc de la Baie, ils ont pu apprécier le spectacle de Ludovick Bourgeois qui en a donné pour plus de 80 minutes à ses nombreux fans entassés sur la petite colline devant la scène Hydro-Québec.

Mentionnons l’exceptionnelle qualité des artistes qui se sont produits, cette année, sur la scène «secondaire» du FMG. De Jonas à Rémi Chassé en passant par Disco Fever Experience et Roxanne Bruneau, on y a passé encore une fois de très beaux moments.

Des adieux
Lundi soir, Jean Bruyère en était à sa dernière année à l’animation du FMG, et ce, après 27 ans de collaboration. Au fil de ces années, aux dires du porte-parole Patrice Bélanger, M. Bruyère a été sur la grande scène pendant 1212 heures. Il a assisté à l’envolée de 2145 montgolfières, en plus de côtoyer 3500 artistes et plus de 5,6 millions de festivaliers.

Les adieux de l’animateur au festival ont été faits juste avant le dernier spectacle de l’événement. En parlant de «vétérans», l’aérostier Donald Bellini en était, cette année, à sa 31e présence au FMG. Le pilote de montgolfières originaire des Cantons de l’Est a participé à toutes les éditions, même celle qui a suivi une importante opération chirurgicale.

Soulignons que France Castel a fêté ses 74 ans au parc de la Baie, samedi, lors du spectacle hommage à Gerry Boulet.