Robert Plant est la tête d’affiche du CityFolk, qui commencera le 12 septembre.

Un CityFolk fou, avec Robert Plant en prime

Robert Plant – oui, LE Robert Plant, voix de Led Zeppelin – foulera la scène du parc Lansdowne, cet automne. Il est attendu le 15 septembre prochain, en compagnie de ses Sensational Space Shifters.

Plant à Ottawa ! Cette prise de taille, on la doit au Ottawa CityFolk, qui dévoile le nom de ses invités ce mardi matin. Et ce n’est là qu’un des bons coups du festival, qui, pour sa 26e édition, propose une programmation d’une qualité franchement spectaculaire, même si les autres invités sont loin de la notoriété de la tête d’affiche.

Le CityFolk commencera en douceur, le 12 septembre, en compagnie de The Strumbellas, Lucinda Williams, Larkin Poe, Orville Peck et Dwayne Gretzky, un groupe de covers torontois qui reprend – à la note près – des classiques de tous genres confondus.

Les choses s’animeront très vite avec, dès le lendemain, des prestations de Our Lady Peace, +LIVE+ et Bush, qui partageront la scène dans une sorte de plateau triple inspiré du Summersault (le festival itinérant fondé par Our Lady Peace, et au sein duquel OLP a tourné entre 1998 et 2000... au côté des Foo Fighters et de The Smashing Pumpkins, entre autres). 

Le 13, toujours, on attend aussi Rich Aucoin, Donovan Woods and The Opposition, le DJ Human Kebab (le Torontois Jason Parsons) et le duo rock Dear Rouge, « Junoïsé » en 2016.

Leon Bridges

Les plaisirs mélomanes se prolongeront le 14 dans les sonorités soul et gospel de Leon Bridges, dans les volutes électro-R&B de RHYE (un collectif californien guidé par le Torontois Mike Milosh) et dans l’intensité sourde de l’Ontarien LeE HARVeY OsMOND. 

Ce 14 septembre sera une journée de rêve : la programmation du jour est complétée par le chanteur belge Tamino, dont les grâces mélodiques rivalisent avec celles d’Eleni Mandell, une Américaine à qui il arrive de chanter en français. À ces groupes s’ajoutent Snotty Nose Rez Kids et The Once.

Le festival se clôturera le 15 en présence de l’artiste-à-tout-faire Saul Williams, et dans les riffs exaltés de The White Buffalo. Sans oublier Lucy Dacus, Tim Baker, The East Pointers, Harrow Fair et Caroline Rose.

L’événement s’en tient à sa formule actuelle, avec deux scènes, l’une sur la pelouse du parc, l’autre dans le pavillon Aberdeen.

« Depuis notre déménagement au parc Lansdowne, en 2015, le CityFolk est devenu pour les fans de musique un marqueur important pour célébrer la venue de l’automne », se réjouit celui qui cumule les chapeaux de directeur exécutif et artistique du CityFolk, Mark Monahan.

D’autres artistes seront révélés dans les semaines à venir, tout comme la programmation du Marvest. Volet « local » – et gratuit – du Cityfolk, le Marvest se déroulera encore une fois dans les bars et restaurants des environs, sur la rue Bank.

La prévente des billets à tarif préférentiel démarrera jeudi 23 mai à 10 h, pour une période de 24 h.

Pour plus de renseignements, cliquez ici