Comme tous les artistes, Martin Giroux a mis sa carrière de chanteur sur pause. Par contre, il peut s’adonner à son autre passion: la menuiserie.
Comme tous les artistes, Martin Giroux a mis sa carrière de chanteur sur pause. Par contre, il peut s’adonner à son autre passion: la menuiserie.

Troquer le micro pour le rabot

Martin Giroux a connu le succès à la suite de sa participation à Star Académie en 2004. Une célébrité qui lui a permis de faire sa place sur la scène musicale du Québec avec trois albums et des centaines de spectacles.

Aujourd’hui, alors que toutes les salles de spectacles sont fermées et que les festivals sont remis à l’an prochain, bien des artistes se demandent quoi faire. Comment pourront-ils survivre à la crise et s’en sortir sans trop de cicatrices ?

Ce n’est pas le cas de Martin Giroux puisque le chanteur peut miser sur sa passion pour les meubles et l’artisanat.

Avec ses deux acolytes, il a fondé Toi & Bois Qc, un atelier de fabrication de meubles et d’accessoires qui a pris un second souffle depuis quelques semaines.

« On a mis en place l’entreprise en janvier, avant les mesures de confinement, explique l’artiste-ébéniste lorsque joint par Le Droit cette semaine. Par contre, l’idée m’est venue l’été dernier lorsque j’ai fait une terrasse en bois pour un ami. Après les travaux, j’ai vu que de vieilles bûches traînaient sur le terrain de mon ami et je lui ai demandé si je pouvais les amener avec moi. Rendu à la maison, je me suis mis à découper ces bûches et à en faire des tables basses. C’est à ce moment que Toi & Bois Qc est né. »

La menuiserie et les travaux de rénovation ont, depuis sa jeunesse, fait partie de la vie de Martin Giroux.

Il se rappelle avoir suivi son père lorsqu’il était embauché pour des travaux de rénovation et aussi ses sept années à travailler dans une grande chaîne de la rénovation à Gatineau.

« J’ai travaillé longtemps chez Rona L’Entrepôt, se rappelle-t-il. J’ai pris goût aux travaux manuels à cette époque tout en aidant mon père dans ces petits contrats. Depuis ce temps-là, je n’ai jamais vraiment arrêté. La passion s’est développée au fil des projets et aujourd’hui, je peux réaliser pleinement mes ambitions dans ce domaine. »

Avec l’entreprise Toi & Bois Qc dont il est copropirétaire, Martin Giroux fabrique des meubles sur mesure.

Ses partenaires

Giroux n’est pas seul dans cette aventure. Il peut compter sur son partenaire d’affaires Nicholas Charpentier et sur sa conjointe Célia Stoeckel.

« Avec Nicholas, nous fabriquons des meubles sur mesures, explique-t-il. De son côté, Célia est la designer de l’équipe. Elle conçoit également des accessoires qu’elle fabrique avec les retailles de bois. Chez Toi & Bois, on récupère tout. Ça fait partie de l’ADN de l’entreprise. »

Installés dans un atelier situé à Saint-Jérôme dans les Laurentides, les trois entrepreneurs prennent les commandes en ligne, via leur page Facebook et bientôt, un site web sera accessible.

« Pour l’instant, on prend les commandes à partir de notre page Facebook, ajoute Martin Giroux. Le site web est en construction. On veut bien faire les choses alors, on ne précipite rien. Que ce soit pour la fabrication de nos meubles et la mise en vente par internet. On aura bientôt une boutique en ligne aussi où l’on pourra y exposer tous nos produits. »

Avec l’entreprise Toi & Bois Qc dont il est copropirétaire, Martin Giroux fabrique des meubles sur mesure.

L’après-crise

On ne pouvait pas finir cette entrevue sans parler de l’avenir du chanteur.

Lors de l’annonce des mesures confinement et de distanciation à la mi-mars, Giroux était à roder le spectacle qu’il a créé et intitulé Ma vie avec Richard Desjardins, qui se veut un hommage à l’auteur-compositeur qui a grandement influencé le Gatinois.

« Je fais de la musique grâce à Desjardins, avoue-t-il. Parce que je voulais chanter ses chansons, j’ai appris à jouer de la guitare. Alors, il était normal de monter un show lui rendant hommage. Et c’est avec le pianiste gatinois François Dubé que j’ai voulu le faire. »

Le duo a eu le temps de présenter le spectacle une fois avant la fermeture des salles de spectacles. Ils ont également pu filmer l’événement et les diffuseurs semblaient très intéressés à le présenter.

« Ça s’annonçait très bien. J’espérais connaître une belle année 2020, explique-t-il. En plus de ce show, je participais à la revue musicale Les Immortels qui était en tournée à travers le Québec. Mais la COVID-19 est venue tout arrêter. »

Giroux est quand même confiant pour l’avenir, même s’il est conscient que le retour à la normale n’est pas pour demain.

« Comme tout le monde, je ne sais pas quand on retrouvera un rythme de vie normal, avoue-t-il. Je crois que ça prendra encore de longs mois avant que les artistes reviennent sur scène et que les gens soient au rendez-vous. Il y a encore beaucoup de méfiance, de peur et d’inconnu par rapport à ce virus. Par contre, s’il y a quelque chose de positif à noter, c’est la prise de conscience des gens sur l’importance de l’achat local, des produits d’ici et des entrepreneurs de chez nous. Je trouve cela très encourageant pour l’avenir. »