Score, par 2cellos ***

Cellos, qui se fait applaudir en adaptant à sa sauce néoclassique électrifiée des succès  de Michael Jackson, AC/DC, Queen, etc., s'attaque aux trames musicales.
L'album s'ouvre sur un (opportuniste, mais réussi) medley de Game of Thrones. Dont les mélodies se fondent très agréablement dans les instruments de l'Orchestre symphonique de Londres, qui entoure ces deux «Mozart» du violoncelle. On les qualifie ainsi moins pour leur évidente virtuosité que pour leur insolente modernité et leur charisme enjôleur. Bien qu'agréable, Score fait abstraction de leur iconoclasme : le duo croate  se contente ici d'explorer sagement - béatement - un répertoire aussi joli que lisse. Cinema Paradisio (Morricone) y côtoie Rain Man (Zimmer) et Oskar Schindler (Williams). Des Princesses de barbapapa succèdent aux trémolos de Love story. Le Parrain (Rota) et  Les Chariots de feu (Vangelis) s'en tirent ; le reste glisse, sans fougue ni tonus - pas même Gladiateur ! - sur les vagues convenues où engouffrer Titanic.