Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Matt Holubowski et ses musiciens étaient sur la scène de la salle Odyssée de Gatineau, mardi soir.
Matt Holubowski et ses musiciens étaient sur la scène de la salle Odyssée de Gatineau, mardi soir.

Retour à la salle Odyssée avec Matt Holubowski [VIDEO]

Mario Boulianne
Mario Boulianne
Le Droit
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE — Inclassable Holubowski. 

Difficile de demander mieux pour le journaliste qui remet les pieds dans une salle de spectacles pour la première fois depuis plus d’un an.

Quatorze mois, pour être exact. Plus de 60 semaines à se taper des shows sur un écran ou, au mieux, assis derrière le volant d’une voiture. 

Vous dire que ça fait du bien serait un euphémisme.

Et que dire de la qualité de cette soirée. Les fans d’Holubowski — et le journaliste — ont été comblés, mardi soir, à la salle Odyssée. L’auteur-compositeur originaire d’Hudson a allumé sa chandelle pour 90 minutes de pur bonheur.

« La dernière fois qu’on a joué en band c’était ici, à Gatineau. Et c’est encore ici que nous reprenons vie. Merci d’être là, avec nous, pour célébrer la musique », dira-t-il lorsqu’il prit la parole pour la première fois après la percussive Two Paper Moons.

À partir de ce moment, les quelque 200 spectateurs éparpillés dans la salle gatinoise sont descendus avec l’artiste dans le terrier du lapin. On embarquait pour une étrange et douce balade.

Univers planant

Pour ce voyage dans l’univers planant d’Holubowski, il fallait être prêt. Prêt à le suivre sans poser de question. Prêt à dire oui à cette façon de balader son trémolo avec cette voix typée. Prêt à simplement se laisser bercer par cette musique adorablement interprétée par quatre solides musiciens soit Simon Angell à la guitare, Stéphane Bergeron à la batterie, Marc-André Landry à la basse et Marianne Houle au violoncelle et au synthétiseur.

Matt Holubowski a puisé dans son répertoire jusqu’à offrir une nouvelle pièce, fraîchement sortie de sa manufacture sans encore avoir été coulée dans le vinyle. Fooling You Some ne dépayse pas du tout le fan de l’artiste, mais embêtera un peu celui ou celle qui l’a découvert pour la première fois, mardi soir.

Tout du long, cette soirée avait ces moments d’émotions, comme de petites défibrillations, jusqu’à cette puissante interprétation de Moon Rising, juste avant le rappel.

Parlant du rappel, il nous a offert Imposteur, en solo, seule pièce en français du spectacle issue de l’album Weird Ones

On l’aime, Matt l’ébouriffé. Et tant pis pour ceux ou celles qui auront trouvé cette soirée trop longue. Comme cette dame, qui, à la sortie du spectacle, disait qu’elle en aurait eu assez après 15 minutes.

Pour la majorité des gens dans la salle — et ceci fut même vérifié par l’artiste lui-même — ce spectacle aura été un exquis retour à la contemplation des arts vivants. 

Et les consignes

Un petit mot sur les consignes sanitaires en vigueur à la salle Odyssée, elles sont impeccables. La distanciation est respectée, le port du masque en tout temps obligatoire et la courtoisie du personnel est parfaite. 

Et que dire du comportement des spectateurs ? Simplement impeccable.