R. Kelly est inculpé de 10 chefs d’agression sexuelle grave l’accusant d’avoir agressé sexuellement quatre femmes.

Procès R. Kelly: une femme détaille une agression alléguée en 2003

CHICAGO — Une des quatre femmes qui accusent R. Kelly de les avoir agressées sexuellement - et la seule qui n’était pas mineure au moment où l’agression alléguée s’est produite - a publiquement porté ses accusations contre le chanteur de R&B lors d’une interview télévisée diffusée jeudi.

Pendant son entrevue à l’émission «CBS This Morning», Lanita Carter a indiqué que, le 18 février 2003, alors qu’elle était une coiffeuse de 24 ans, elle s’apprêtait à coiffer les cheveux de R. Kelly lorsqu’il a essayé de la forcer à lui faire une fellation et a craché sur elle. Elle a précisé qu’il ne s’était arrêté que lorsque quelqu’un a frappé à la porte de la pièce dans laquelle ils se trouvaient.

«Si je pouvais changer ce jour-là, je ne me serais pas trouvée là», a affirmé Mme Carter, qui est identifiée comme «L.C.» dans les actes d’accusation déposés en février contre R. Kelly.

R. Kelly est inculpé de 10 chefs d’agression sexuelle grave l’accusant d’avoir agressé sexuellement quatre femmes, dont Mme Carter et trois autres mineures à l’époque, au cours d’une période d’environ 10 ans à compter de la fin des années 1990.

Le chanteur a nié toutes les allégations et son avocat, Steve Greenberg, a déclaré à CBS News: «La police et les procureurs ont ouvert une enquête approfondie sur ces allégations. Une décision a été prise, après avoir évalué tous les éléments de preuve, de ne pas engager de poursuites.»

Me Greenberg n’a pas immédiatement répondu jeudi à un message de l’Associated Press demandant des commentaires.

Les allégations de Mme Carter correspondent généralement à celles qui figurent dans les actes d’accusation du grand jury et sont décrites par le procureur du comté de Cook. Elle a dit qu’elle avait appelé la police le jour des agressions alléguées et que du sperme avait été retrouvé sur sa chemise, mais R. Kelly n’avait pas été inculpé à ce moment-là.

CBS a indiqué que Mme Carter avait accepté, moins d’un an après l’agression alléguée, un règlement de 650 000 $ US avec R. Kelly, qui comprenait un accord de confidentialité. Elle avait également accepté un règlement de 100 000 $ après que R. Kelly eut publié en 2009 une chanson qui évoquait des relations sexuelles avec une femme qui tressait des cheveux.

Mme Carter a indiqué qu’elle avait décidé de contacter à nouveau les autorités pour leur faire part de ses allégations après la diffusion de la série documentaire «Surviving R. Kelly», diffusée sur la chaîne Lifetime en janvier. Avant la prétendue agression, a-t-elle indiqué, elle avait laissé savoir à d’autres personnes que R. Kelly avait été un «parfait gentleman» avec elle.

Mme Carter a indiqué que l’entrevue de R. Kelly avec Gayle King à «CBS This Morning», au cours de laquelle il a bondi de colère et a nié de multiples allégations d’agressions, l’avait convaincue de rompre son silence public.

«Je n’ai plus honte de mon passé», a-t-elle affirmé.