Point Comfort, par Outside I'm a Giant ****

Outside I’m a Giant est un trio folk fondé par Jérémi Pierre Caron, un jeune songwriter aussi discret que génial qui cache sa carcasse de géant (6’3 pour 220 livres, lit-on) au fond de la Haute-Gatineau.

Mais si le nom du groupe met l’emphase sur le gabarit du chanteur, c’est pour mieux évoquer l’envers du décor: toute la poésie et la douceur dont est constitué ledit géant.

Caron a la voix caressante et le spleen qui dorlote. Nourri de guitares acoustiques rêveuses, de violon délicat, son folk est doux, intimiste, lumineux, planant. Parfait pour accueillir l’automne depuis une chaise berçante, dans la quiétude et le confort rustiques d’un vieux shack chambranlant. Un folk de forêts, plus que de plaines.

Point Comfort, premier long-jeu du trio – Caron est épaulé par Samuelle Desjardins (l’ex-archet de Charabia) et Pascal Desgagné – renvoie au nom d’un vieux chemin qui sinue aux abords de Gracefield, pied-à-terre du géant. L’album est coréalisé les trois musiciens, entourés de Trish Bolechowsky (Redleaf Music) et Philip Coleborne (Big Moose Studio, à Ottawa). À découvrir absolument.  On leur prédit une carrière de géant.

D’ailleurs, les trois comparses feront un passage éclair à La Nouvelle Scène d’Ottawa, ce samedi 14 octobre, dans le cadre du spectacle Ça va blender, qui réunit la crème des musiciens d’Ottawa-Gatineau (Laurence Nerbonne, Mehdi Cayenne, Fet.nat, Francis Faubert, RB et Barbeau, entre autres).