Nobody But Me, de Michael Bublé ***

CRITIQUE / Plus ça change... plus Michael Bublé chante reprises à saveur «big-bandesque» assumée et titres pop originaux aux effluves vintage, sans donner l'impression qu'il tranchera de sitôt le fil de fer sur lequel il a pris l'habitude de jouer de ses voix et personnalité.
Force est toutefois de reconnaître que le crooner est passé maître de ce numéro d'équilibriste, et qu'il s'éclate ici une fois de plus.
Ainsi, d'un côté, il reprend My Kind Of Girl et partage de l'autre le micro avec Meghan Trainor sur Someday (sur la pièce titre, il laisse aussi Black Thought livrer son flow dans un mariage de styles plutôt réussi); il flirte avec le côté tendre de The Very Thought Of You et co-signe trois inédites (dont I Believe In You, sympathique malgré son côté plus prévisible, tant dans le fond que la forme).
Bref, Michael Bublé chante l'amour avec l'efficacité qu'on lui reconnaît, et une bonne humeur contagieuse (l'homme est visiblement heureux) et idéale pour contrer les jours de pluie.