Carl Prévost et Ariane Ouellet, qui forment le groupe Mountain Daisies, lancent un premier album intitulé «Nouvelle Maison».

Mountain Daisies: «On raconte nos histoires»

C’est leur premier album de chansons originales, mais Mountain Daisies est loin d’en être à leur premier essai.

Au fil des années, Ariane Ouellet et Carl Prévost - originaire de la Petite-Nation — ont crée L’Open Country, Sept jours en mai ou C’est mon histoire — un hommage à Renée Martel, entre autres choses.

Mais cette fois, ce sont leurs histoires que le duo a voulu graver sur un disque. Enfin, en majorité puisque des amis sont venus se joindre à eux pour leur offrir des textes et des musiques. « Dans Nouvelle Maison, on raconte nos histoires. On se raconte à travers tout ça, de confier au Droit, Carl Prévost. On a vécu beaucoup de choses au fil de ces 16 années de complicité et nous voulions vraiment en faire un album. On a travaillé fort, on a douté, mais, aujourd’hui, on peut être fier du résultat ».

L’album comprend 10 chansons originales sur lesquelles le duo a mis sa touche. Certaines pièces ont été offertes par des collaborateurs comme Michel Rivard (Ne Cherchons Pas), Catherine Durand (Le Temps est long) et le Gatinois Maxime Lefebvre (Petite Histoire). On y retrouve aussi un texte de Gaston Miron, Désemparé, mis en musique par Gilles Bélanger.

La réalisation a été confiée à Éric Goulet, un vieux complice de Mountain Daisies. « Éric est un grand musicien et un réalisateur hors du commun, explique Prévost non sans une pointe d’admiration. Il a cette façon tellement efficace et subtile de faire passer ses idées et de mettre sa touche lors de la réalisation. Le résultat est toujours exceptionnel. »

L’album a été entièrement réalisé au studio personnel du groupe, à Montréal. « On a voulu faire ça ici parce que c’est toujours comme ça que nous travaillons, d’ajouter le guitariste. Mais, ça ne veut pas dire qu’on était confortable pour autant. On a toujours nos doutes et nos remises en question quand vient le temps d’enregistrer nos propres chansons. »

À la première écoute, on peut dire que le pari a été brillamment gagné. Les 10 chansons de l’album nous font passer de bons moments dans un style country-folk aux sonorités bien ancrées dans son temps. Les pièces Petite Histoire et Dis-le moi encore, par exemple, donnent des envies de road trip. Désemparé semble avoir été écrite pendant l’actuelle campagne électorale alors que Le Temps est long engage la réflexion et la voix d’Ariane nous invite à un voyage intérieur, tout cela enrobé par une guitare et un violon presque mystiques.

La place du country

Questionné quant à la place de la musique country au Québec, Carl Prévost prend le bâton du pèlerin et se lance sans gêne dans une réflexion visant directement les diffuseurs traditionnels.

« Il se fait tellement de belles choses au Québec et pourtant, tout cela semble passer sous le radar des radiodiffuseurs et des télédiffuseurs, affirme-t-il. La grande question est de savoir pourquoi les radios et les télés lèvent le nez sur notre musique. Pourtant, le country au Québec compte sur un très large public. On a qu’à se promener dans les nombreux festivals de la province pour s’en rendre compte. »

« Des grandes vedettes comme Renée Martel et Patrick Normand ne tournent pas sur les ondes des radios dites commerciales. C’est à se demander s’ils savent vraiment ce que les gens veulent, ajoute-t-il. Évidemment, quand les décisions sont prises à Montréal, on est bien loin de ce qui se passe dans les régions du Québec. »

Malgré ces embûches, Mountain Daisies ne se laisse pas abattre et continue de propulser sa musique country sur toutes les tribunes possibles. D’ailleurs, depuis le 30 août, Mountain Daisies a sa propre Vibe sur l’application mobile Stingray Music. On peut y entendre une sélection musicale des influences du duo, de leurs coups de cœur et bien sûr, l’intégralité de leur nouvel album.

L’album Nouvelle Maison est disponible sur toutes les plateformes numériques et chez les disquaires dès ce vendredi 14 septembre. Le lancement aura lieu cette même journée dans le cadre du Festival western de St-Tite.

« C’est encore une fois une belle marque de confiance de la part du festival que de s’associer à notre lancement, de conclure Carl Prévost. Ça fait 12 ans qu’on joue là et chaque année, l’organisation nous offre une belle visibilité et notre auditoire grandit. On leur en est très reconnaissants. »