Mélissa Ouimet, de Mélissa Ouimet ***

CRITIQUE / Sur sa première galette (sur l'étiquette Musicor), la Franco-Ontarienne revendique haut et fort la possibilité de faire du rock en français. À l'instar d'Andie Duquette, ce genre lui colle à la voix.
Entre autres appuyée de David Guertin-Chauvette et Luc Tellier (textes) ainsi qu'Amélie Larocque (musique), Mélissa Ouimet démontre une belle aisance à donner des accents plus incisifs à sa langue maternelle (Personne ne pourra m'arrêter, Seule).
Ce qui n'empêche pas l'auteure-compositrice-interprète de déployer un côté doux sur la jolie Poussière ou encore sur la ballade Je tombe. Ni de flirter avec des sonorités nettement plus pop (Si jamais un jour) qui font par moments penser à du Marc Dupré (Urgence de vivre).
Avec raison: Gautier Marinof (Dupré, Jérôme Couture, Renée Wilkin) signe la réalisation de cet éponyme.
Qu'à cela ne tienne, le résultat est efficace, livré avec un aplomb et un naturel qui s'affranchiront sûrement des comparaisons sur scène.