Les Météores, par Sophie Pelletier ***

CRITIQUE / En embrassant une pop teintée de touches électro, flirtant avec des effluves des années 60, 70 et 80, l'auteure-compositrice-interprète propose une deuxième galette bien de saison : il souffle en effet un vent printanier sur ses Météores.
Si Sophie Pelletier fait état de la possibilité de prendre de nouveaux départs amoureux (L'Île blanche, teintée d'un espoir entraînant), elle n'en chante pas moins la résilience face aux mauvais coups (Pas comme avant), les ruptures (Resté là), voire les amours en suspens (Les Âmes soeurs) aussi.
Outre Gaële, qui co-signe six des 12 textes de l'album, l'ex-Académicienne a entre autres reçu une pièce de Dumas (Changer le cours) et une mélodie de Marc Dupré (Tu te demandes, efficace).
Le réalisateur Gautier Marinof mâtine des ambiances joliment texturées qui transportent la voix de Sophie Pelletier vers de nouveaux horizons. Et lorsqu'elle ose se faire plus incisive et théâtrale sur Ton Chéri (au suave côté cabaret), elle se distingue encore plus.