Outre Rihanna, Nicki Minaj et Taylor Swift, peu d’autres femmes ont pris place dans les palmarès de la musique pop.

Les femmes sont peu nombreuses en musique

NEW YORK — Une nouvelle analyse des palmarès américains de musique pop des six dernières années révèle que les hommes continuent de dominer parmi les artistes et les auteurs-compositeurs et que seulement deux pour cent des producteurs de musique sont des femmes.

L’étude de l’Université de Californie du Sud indique que les femmes ne comptent que pour 22,4 % des artistes et 12,3 % des auteurs-compositeurs du Billboard Hot 100, un palmarès de chansons couvrant différents genres musicaux.

Rihanna, Nicki Minaj et Taylor Swift ont dominé les palmarès au cours de cette période, mais l’étude démontre que peu d’autres femmes travaillent dans l’industrie de la musique si l’on exclut ces grandes vedettes.

Les chercheurs se sont dits étonnés par ces chiffres, puisque les femmes sont de grandes consommatrices de musique et formaient 53 % des acheteurs de musique numérique en 2014.

Les chercheurs ont examiné 600 chansons apparaissant sur les palmarès de fin d’année du Billboard Hot 100 de 2012 à 2017. Un total de 1239 artistes solos, duos et groupes y étaient inclus.

On a noté que seules deux femmes issues des minorités visibles faisaient partie des 651 producteurs inclus dans les palmarès et que neuf auteurs-compositeurs masculins étaient responsables du cinquième des chansons étudiées.

« Ce qui est vraiment problématique, c’est que ces hommes et leur vision du monde dressent les grandes lignes de la culture pop », a expliqué la chercheuse Stacy L. Smith en entrevue, jeudi. Elle estime que cette poignée d’hommes puissants dans l’industrie pourrait ne pas refléter « le monde dynamique dans lequel nous vivons ».

Une étude semblable qui s’était penchée sur l’écart entre les sexes au cinéma avait déterminé qu’un préjugé favorable envers les hommes semblait expliquer pourquoi les réalisatrices n’étaient pas choisies pour tourner des mégaproductions.

« Je soupçonne que ce même préjugé favorable se retrouve chez les producteurs, que le modèle mental privilégie l’homme. Et ce favoritisme empêche les femmes d’être sollicitées et embauchées pour ces projets très importants », a ajouté Mme Smith.

Certaines des données ayant montré le plus grand écart entre les sexes viennent de 2017, une année lors de laquelle les femmes « ont pris le contrôle de la conversation culturelle », soulignent les chercheurs.

En 2017, 2 % des producteurs de 300 chansons populaires étaient des femmes, et seules quatre productrices ont travaillé sur les 100 chansons les plus populaires. Les femmes ne représentent que 16,8 % des artistes populaires sur les palmarès.

Les chercheurs ont aussi examiné les finalistes des Grammy et ont remarqué que les chiffres n’y étaient pas plus reluisants.

Un total de 899 personnes ont été nommées aux Grammy entre 2013 et 2018. De ce nombre, 90,7 % étaient des hommes et 9,3 %, des femmes.