Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le groupe heavy rock gatinois Cynical Sons, composé de Nicolas St-Louis, Shawn Johnson, André Bélisle, Jean-Sébastien Villeneuve et Martin Calvé, lance un premier album intitulé <em>One Live</em>.
Le groupe heavy rock gatinois Cynical Sons, composé de Nicolas St-Louis, Shawn Johnson, André Bélisle, Jean-Sébastien Villeneuve et Martin Calvé, lance un premier album intitulé <em>One Live</em>.

Le groupe gatinois Cynical Sons lance un premier album

Mario Boulianne
Mario Boulianne
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Si vous croyez que le rock est mort, n’allez surtout pas le dire aux gars de Cynical Sons.

Le groupe heavy rock gatinois lancera bientôt un premier album coulé dans un rock pesant, énergique et contrairement à ce qu’on pourrait croire, accessible à un large public.

Avec One Life, le quintette espère faire du chemin. D’ailleurs, le groupe a un contrat de disque avec une étiquette de la Floride, Artillery Music Group (AMG), qui lui permettra de lancer un deuxième opus dont les premiers titres sont déjà en chemin.

« Quand on a signé avec AMG, notre album était bien engagé et on avait déjà des pistes pour d’autres chansons, de confier en entrevue le bassiste et réalisateur Jean-Sébastien Villeneuve. Des sept pièces que compte notre album, seulement deux ont été écrites récemment. »

Outre Villeneuve, Cynical Sons est composé du chanteur Shawn Johnson — qu’on a pu voir à l’émission En Studio animée par Marc Dupré l’hiver dernier —, des guitaristes Martin Calvé et Nicolas St-Louis ainsi que du batteur André Bélisle.

Cette première offrande bien installée dans un rock assumé n’est pas le premier enregistrement du groupe qui, il y a quelque temps déjà, avait compilé plusieurs compos sur un album appelé « the black album » que Cynical Sons avait autoproduit.

« C’est comme un best of de ce qu’on faisait à l’époque, ajoute Villeneuve. Il n’y avait pas vraiment de direction ni de fil conducteur entre les chansons. Cette fois, sur One Life, on a pris le temps de bien faire les choses et de se donner une direction. On y parle des étapes de la vie, de la mort, du suicide, des peines d’amour et d’autres défis qu’on doit relever tous les jours. »

Lancement

Ce vendredi, le groupe a lancé son site internet, mettant du coup en ligne un premier extrait et un vidéoclip en attendant la sortie de l’album qui doit avoir lieu le 8 juin.

Pour marquer le coup, le groupe offrira un spectacle de lancement en ligne le 12 juin, avec le groupe Cevilain en première partie. La prévente de cette prestation est ouverte sur le site web du groupe.

C’est la pièce I’M Free, qui est accompagnée du clip, qui met la table à ce que sera One Life

Dès la première écoute, c’est la tonne de briques qui nous tombe dessus. 

Frappée dans les standards du genre, I’M Free retient l’attention par le jeu inspiré de Calvé et la voix de Johnson. Ce dernier est sans contredit l’atout principal de Cynical Sons qui, sans cette voix puissante et fragile à la fois, pourrait glisser dans les mailles du filet des nouveautés.

Mais, le groupe gatinois est beaucoup plus qu’un simple quintette de rockeurs qui font hurler leurs instruments. 

Les pièces originales du groupe, quoiqu’imbibées de testostérone, sont mélodiques à souhait. Les harmonies de voix sont également à souligner et, pour être honnête, ont surpris le journaliste lors de la première écoute. 

La section rythmique est aussi très solide, assurant une base sur laquelle Calvé peut shredder sans complexe.

Mais on y revient, la voix et le charisme évident de Shawn Johnson est la pièce maîtresse de Cynical Sons. On s’en rend rapidement compte sur Believe, une chanson qui détonne un peu avec le reste de l’album surtout en raison de l’intention plus pop rock de la pièce.

« Jean-Sébastien et moi voulions avoir une chanson qui s’adresse à un plus large public, qui puise dans le classic rock et les tonalités plus vintage. Par contre, je dois dire que ce n’est pas la préférée du reste du groupe, avoue-t-il non sans un grand éclat de rire. Mais, on l’assume et je crois qu’on tient quelque chose bon avec cette chanson. »

La powerballad Father can you hear me est aussi une belle carte de visite pour le band. Do it again, Anthem for a Cynical son, One Life et la très puissante Fight Song complètent cette première sélection qui mérite beaucoup d’attention.


« Jean-Sébastien et moi voulions avoir une chanson qui s’adresse à un plus large public, qui puise dans le classic rock et les tonalités plus vintage. »
Shawn Johnson, chanteur

Des collaborations

Ce premier effort studio de Cynical Sons a bénéficié de belles collaborations autant à la réalisation qu’à la création.

« On a travaillé avec Andrew Parmelee de Cevilain, explique Villeneuve. Il a réalisé I’M Free et Father en plus de mixer toutes les pistes de batterie de l’album. »

Outre la présence de Parmelee, le groupe a collaboré avec Vanessa Roque pour les textes. 

L’auteure est également présente sur l’enregistrement à titre de choriste sur deux chansons, Father et Do It Again. C’est ici, justement, que les harmonies vocales avec Shawn Johnson frappent dans le mille. 

« On voulait avoir des back vocals, mais pas chantés par Shawn, d’expliquer Jean-Sébastien. De là est venue l’idée de mettre la voix de Vanessa. Je dois avouer que c’était une excellente idée. »

Mais, est-ce que la chanteuse pourrait prendre place sur scène avec les garçons ? La réponse n’est pas aussi claire.

« J’hésite à mettre une choriste sur la scène d’un band heavy metal, ajoute Villeneuve avec un sourire bien évident. Mais, ça pourrait se faire lors du lancement. On verra bien quoique Vanessa n’aime pas beaucoup avoir les projecteurs sur elle. »

Enfin, Luc Tellier a été appelé à mixer deux titres, soit One Life et Fight Song.

La suite de One Life pourrait arriver plus vite qu’on le croit. Avec ce contrat de deux albums en poche, Cynical Sons voit déjà se pointer les riffs de plusieurs chansons. 

« Il nous reste à espérer qu’on pourra revenir sur scène bientôt », conclu avec justesse Shawn Johnson.