Phil G. Smith, alias Philippe Gaudreault, lance un nouvel extrait ce vendredi 11 mai.

Le country 2.0 selon Phil G. Smith

On dira ce qu’on voudra, la musique country a des adeptes partout. Au Québec comme ailleurs, ce genre musical plaît et rassemble. Le seul hic, c’est que lorsque chanté en français, cette musique est souvent confinée au rang de « kétaine ».

Alors, pourquoi ne pas « moderniser » le country québécois ? C’est ce que tente de faire Phil G. Smith.

Originaire de Gatineau, et maintenant installé tout près de St-Tite, Phil écrit des chansons country en français. « Je ne pourrai jamais écrire autrement qu’en français, confie Phil lors d’une entrevue téléphonique avec Le Droit. Le country est une musique qui parle aux gens, qui raconte leurs histoires et qui les touchent. Alors, au Québec, on se doit de leur chanter ça en français. Par contre, pour ce qui est de la sonorité, on peut certainement être plus contemporain. »

Cette réflexion, Phil la partage avec plusieurs personnes de son entourage et il compte bien la mettre à profit. En octobre dernier, il a sorti un EP comprenant quatre chansons, toutes en français. D’ailleurs, la pièce Que le Bon Dieu Nous Pardonne est en nomination à titre de Chanson de l’année au Gala country qui aura lieu en novembre.

« Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas faire du new country à l’américaine sur des textes francophones, soutient Phil. Je m’applique à vouloir le prouver et je ne suis pas le seul dans ce cas. J’ai un immense respect pour des pionniers comme Patrick Norman ou Paul Daraîche. Leur musique est intemporelle et les gens adorent ça justement parce que ces mélodies sont accrocheuses et écrites intelligemment et en français. C’est là que je veux aller, tout en donnant une petite touche de jeunesse aux riffs de guitare. »

L’univers du country au Québec reste tout de même un mouvement en « marge » des courants musicaux populaires. Par contre, le Québec a toujours été friand de ses artistes folk comme Beau Dommage, Kaïn, La Chicane, Les 2Frères et combien d’autres. Et pourtant, en ajoutant un violon et un banjo, tous ces groupes pourraient bien porter l’étiquette du country.

« J’aime faire un parallèle entre le country et le rap francophone, d’expliquer l’auteur-compositeur-interprète de 27 ans. Ces deux courants sont très présents, mais ils ne remontent que très rarement sur le devant de la scène culturelle francophone. Combien de fois a-t-on vu des rappeurs ou des chanteurs country à Tout le monde en parle ou autres émissions du genre ? Que de rares exceptions ont ce privilège. Mais c’est tant mieux. Le country est populaire parce qu’il est près des gens et il doit le rester. Les artistes sont accessibles et on adore ça. »

Phil G. Smith n’a pas tort. On a qu’à recenser le nombre de festivals country qui ont lieu dans la francophonie canadienne pour comprendre un peu le phénomène.

Grosse année

Pour Phil G. Smith, Philippe Gaudreault de son vrai nom, la prochaine année sera très intéressante. Projet d’album, quelques collaborations et de nombreux spectacles sont sur la planche à dessin.

« Avant de monter un spectacle complet, il me faut un album complet, assure Philippe. Le travail est commencé et je me suis entouré de collaborateurs de grand talent pour y parvenir. »

Celui qui voue une adoration pour le chanteur américain Tim McGraw a confié La réalisation de son album à John Anthony Gagnon-Robinette. Réalisateur et multi-instrumentistes, Gagnon-Robinette y va justement avec une approche plus contemporaine et américaine du country. Celui qui est devenu le nouveau guitariste de Kaïn œuvre avec plusieurs autres artistes ce qui lui donne une bonne ouverture sur ce qui se fait de nouveau dans l’industrie.

Au cours des prochaines semaines, voire des prochains jours, Philippe annoncera quelques dates de spectacle, principalement dans les festivals au Québec. On peut d’ores et déjà dire qu’il sera de la programmation du Festival de la patate de Notre-Dame-de-la-Paix et qu’il sera possiblement sur une des scènes de St-Tite, mais ça, on ne peut pas encore le confirmer.

De plus, ce vendredi 11 mai, Phil G. Smith lancera un nouvel extrait, Réapprendre à Rêver, sur toutes les plateformes numériques ainsi que sur plusieurs radios régionales. C’est à surveiller.