Daniel Sauvé, président de l’Association des professionnels de la chanson et de la musique, a vivement réagi aux compressions du gouvernement Ford dans le budget du Conseil des arts de l’Ontario.

L’Association des professionnels de la chanson et de la musique dénonce les coupes de Ford

L’Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM) s’est dit « outrée », vendredi, par les dernières coupes annoncées par le gouvernement de l’Ontario. Les progressistes conservateurs ont amputé d’environ 5 millions $ le budget annuel du Conseil des arts de l’Ontario (CAO).

Le financement alloué au CAO par la province a été abaissé à 64,9 millions $, au lieu des 69,9 M$ attendus, pour l’exercice budgétaire couvrant la période du 1er avril 2018 au 31 mars 2019, a rapporté vendredi Radio-Canada.

« Ces coupes viennent directement toucher le milieu des arts à la source, c’est-à-dire ses créateurs. Le milieu se bat déjà pour remonter la pente avec les coupes faites par les anciens gouvernements en Ontario », a réagi l’APCM par voie de communiqué.

« Nous hypothéquons la capacité de l’Ontario de jouer un rôle important en matière de création et d’innovation artistique pour les années à venir », poursuit l’organisme, en dénonçant ce qu’il perçoit comme un « sous-financement générationnel qui a des impacts dévastateurs sur la culture [et] l’économie culturelle ».

Sous le seuil du salaire minimum

L’APCM calcule que « les artistes gagnent des salaires bien en dessous du seuil de pauvreté, soit en moyenne 23 000 $ par année », ce qui équivaut à 12 $/h, ce qui est en deçà du salaire minimum, fixé en Ontario à 14 $/h, en 2018.

Or, au cours de cet exercice financier, le CAO « a pu appuyer plus de 2 294 artistes et 1 474 organismes, ce qui équivaut à une contribution de moins de 5 $ par Ontarien envers les arts », estime l’APCM, en s’appuyant sur des statistiques de 2017-2018.

« Couper un appui si important aux artistes professionnels qui vivent déjà dans des conditions défavorisées, c’est envoyer un message très clair à la population que les citoyens moins bien nantis n’ont aucune valeur aux yeux du gouvernement actuel. »

L’APCM souhaite que les élus provinciaux et la population ontarienne générale « tiennent compte de la contribution du milieu des arts à l’économie, la vitalité et le bien-être de la société au complet en Ontario ».

Le président de l’APCM, Daniel Sauvé, déplore en outre que ces annonces soient survenues « juste avant les fêtes de Noël, comme si cela pouvait se noyer dans le bruit des festivités ». « C’est très maladroit. Assez, c’est assez ! », clame-t-il.

Ces récentes coupes au sein du CAO surviennent dans la foulée d’annonces ciblant le Commissariat aux services en français de l’Ontario et l’Université franco-ontarienne, et de la révision du financement de La Nouvelle Scène, le principal centre de diffusion théâtral francophone d’Ottawa.