La grande nuit vidéo, par Philippe B  ****

CRITIQUE / Philippe B nous refait le coup, avec un brio tenant d'abord à sa poésie du quotidien, témoignant de l'amour et de la vie dans tout ce qu'elle peut avoir de beau dans sa banalité.
Ensuite, à ses mélodies qui nous entraînent dans une dimension cinématographique, dans laquelle on projette les images que l'auteur-compositeur-interprète, arrangeur et réalisateur fait surgir au détour d'un crescendo ou de quelques notes de guitare acoustique. On s'imagine «perchaude qui brille au fond d'un pédalo» ; on se fait du cinéma en rêvant de Debra Winger; on reste en ligne alors qu'il décompose son appel Interurbain. On se laisse surtout bercer par sa voix (et celle, flûtée, voire évanescente, de Laurence Lafond-Beaulne sur Sortie/Exit, Rouge-gorge et Anywhere) et envoûter par les cordes et le piano, magnifiquement évocateurs. Si «la beauté se cache un peu partout», elle scintille assurément de mille et un éclats dans cette Grande nuit vidéo.