« On touche à tout, selon les forces de chacun. On fait même des chorégraphies. On est sur scène tout le temps ! », indique Mélissa Bédard, l’une des quatre interprètes du spectacle.

Joyeux florilège musical

Granby — Vous aurez compris le jeu de mots entre Blue Suede Shoes et Blue Suede Show. Dans les deux cas, les chaussures y prennent toute la place. Et représentent le parfait prétexte pour danser tout son soûl ! Sur scène du moins.

Dans la grande salle du Palace de Granby, ce soir, tout dépendra du public. Comme au Théâtre du Casino du Lac-Leamy, où le Show est attendu 23 et 24 février. Mais la chanteuse Mélissa Bédard n’est pas trop inquiète. « Les gens se lèvent, on va dans la salle, on parle avec le public, c’est très interactif comme spectacle. On s’amuse beaucoup ! » lance-t-elle.

La jeune femme parle par expérience, car la revue musicale entame sa troisième année de spectacles. Après un été au Théâtre Hector-Charland de L’Assomption, l’équipe a pris la route pour donner au Québec « le goût de danser à en enlever ses souliers ».

« La productrice a pris une belle grande chance. Elle a cru en nous. Et ça donne quelque chose d’extraordinaire. »

Le « nous » auquel Mélissa Bédard fait référence, c’est aussi Gabrielle Destroismaisons, Nicolas Drolet et Dominic Saint-Laurent. Le quatuor de chanteurs — certains connus du public, d’autres moins — se partage un imposant répertoire d’hier à aujourd’hui, dans tous les styles musicaux.

Car malgré le nom dérivé de la célèbre chanson popularisée par Elvis Presley, le spectacle Blue Suede Show ne se limite pas qu’à cette époque. Durant deux heures et demie (incluant un petit entracte pour souffler un peu !), on passe à travers un pot-pourri de plus de 80 chansons, résume Mélissa Bédard. Avec une dizaine de changements de costumes à la clé.

« On touche à des classiques, en français et en anglais, des chansons que tout le monde connaît. Ça rappelle de beaux souvenirs aux gens. »

U2, Michael Jackson, Félix Leclerc, Whitney Houston, Dolly Parton, les Beatles... On ratisse large. Tout cela livré en solo, en duo ou en groupe. « On touche à tout, selon les forces de chacun. On fait même des chorégraphies. On est sur scène tout le temps ! », ajoute celle qu’on a découverte à l’émission Star Académie 2012.

Pour induire une trame musicale aussi touffue, les productrices ont eu l’idée de l’intégrer dans une histoire, celle d’un jeune homme ayant hérité de la cordonnerie de son grand-père Paul-Émile. Avant d’y avoir droit, il doit d’abord retrouver les propriétaires de divers souliers allant de l’escarpin à la botte de cowboy, en passant par la sandale de plage et la botte à gogo.

Grosse distribution
Même avec quatre têtes d’affiche, l’énergie n’atteindrait cependant pas un tel niveau sans la présence de quatre danseurs et d’autant de musiciens. Ajoutez à cela des projections et des bandes sonores, et vous obtenez une soirée que Mélissa Bédard décrit en trois mots : ambiance, amour et humour.

« Il y a des moments drôles, d’autres plus émouvants. C’est un vrai spectacle live, alors ça bouge en coulisse comme sur la scène. Il y a toujours des surprises et des rebondissements. Ça me rappelle Star Académie, parce que tout le monde compte sur les autres. On est une belle gang ! »

Si l’envie vous prend d’aller faire un tour, soyez prévenus que le segment « gougounes » — ou le medley de « tounes d’été » si vous préférez — fait généralement un tabac. « Les gens embarquent beaucoup dans celui-là. »

Normal, avec l’hiver qu’on a...

POUR Y ALLER :

23 et 24 février, 20 h

Théâtre du Casino du Lac-Leamy

1-877-977-7970 ; ticketmaster.ca