Irvin Blais sera en spectacle ce jeudi soir dans le cadre du Festival country de Gatineau.

Irvin Blais se raconte avant son spectacle à Gatineau

Une entrevue avec le chanteur country Irvin Blais, c’est tout sauf banal.

Le cowboy de Saint-Jogues en Gaspésie sera de passage à Gatineau, jeudi, dans le cadre du 27e Festival country. 

Avec lui, une pléiade de vedettes du country au Québec dont Paul Daraîche, Patrick Normand, Cayouche et la Gatinoise Stéphanie St-Jean, pour ne nommer que ceux-là.

Mais revenons à Irvin Blais. Lors de son passage dans la région, il sera suivi par une équipe de production qui prépare la réalisation d’un documentaire sur l’enfant chéri de la musique country au Québec,

Produit par la firme Magasin général, le documentaire réalisé par Guillaume Sylvestre fera un portrait de la carrière du chanteur de même que le phénomène qui l’entoure, partout où il passe. Selon les informations obtenues auprès du producteur Patrick Fauquenbergue, le documentaire devrait être diffusé en 2020, sur les ondes de Canal D.

« Il y a une caméra qui me suit un peu partout depuis quelques semaines, confie M. Blais. C’est quand même flatteur que l’on s’intéresse à moi comme ça, mais pour moi, ce sont les gens qui sont dignes d’intérêt. Pas moi ! »

Même en entrevue téléphonique, on sent à quel point Irvin Blais aime son public. Il en parle avec beaucoup d’affection et au fil de la conversation, on comprend mieux pourquoi il a des fans partout au Québec.

« Ce n’est pas moi, la vedette, insiste-t-il. Pour moi, la vraie vedette c’est cette maman qui élève seule ses deux enfants. Qui travaille fort pour leur donner ce qu’ils ont besoin et les envoyer à l’université. Les vraies vedettes, ce sont ces travailleurs qui passent de longues heures à trimer dur pour leur famille. Moi, je ne fais que chanter des chansons, de raconter leurs histoires. »

Et oui, Irvin Blais aime bien raconter des histoires, des anecdotes, des petits moments de sa vie qui lui permettent d’écrire le quotidien des gens. En parlant d’anecdotes, Irvin nous raconte ce moment où il est allé sur un quai de Cap-Chat, en Gaspésie, à la rencontre d’un vieil homme qui pêchait avec son frère.

« Le vieux monsieur m’a reconnu tout de suite. Il m’a dit à quel point il aimait ma chanson intitulée Gaspésie, raconte-t-il la gorge nouée par l’émotion. Et ben, je suis retourné chercher ma guitare dans ma voiture et je lui ai chanté la toune. Ce fut un moment très émouvant pour moi. »

Des anecdotes comme celle-là, Irvin Blais en a à la tonne. Comme cette histoire d’une dame âgée qui a demandé d’avoir une photo d’Irvin Blais avec elle à sa mort. Ou ce jeune homme qui lui a montré une photo de lui dans une poussette, la première fois où il a vu Blais en concert.

La vie et la carrière d’Irvin Blais sont parsemées de ces anecdotes qui l’inspirent et le motivent. « Je ne pourrais pas faire de la musique sans les gens qui viennent me voir, avoue-t-il. Parfois, il y en a qui franchissent des centaines de kilomètres pour venir me voir chanter. Ce n’est pas rien, ça, monsieur. »

À Gatineau

Avec son nouvel album, 13, il livre 13 nouvelles chansons. Et vous aurez compris que cette nouvelle galette est la treizième de sa généreuse discographie. « À Gatineau, on va faire pas mal de chansons de mon nouvel album, mais je vais aussi piger dans les chansons que les gens aiment. En fait, ce sont eux qui écrivent mon setlist ! »

Le chanteur de 53 ans explique aussi qu’il a une relation bien particulière avec Gatineau.

« J’ai plusieurs amis ici, des gens avec qui je voyage et qui font partie de mon quotidien, confie-t-il. Ça fait deux ans que je ne suis pas venu à Gatineau et j’ai bien hâte de revoir tout le monde là-bas. Il y a aussi l’animateur de radio Robert Guindon (CHUO) à qui je dois beaucoup. Ce gars-là est un des seuls qui fait tourner notre musique. C’est un grand ambassadeur de la musique country. »

Programmation

Le Festival country de Gatineau se tient du 7 au 11 août, sous un chapiteau érigé dans le stationnement de l’aréna Robert-Guertin. C’est le groupe gatinois Xception qui a lancé les festivités mercredi soir. Irvin Blais suit jeudi soir, alors que la Gatinoise Stéphanie St-Jean sera sur scène vendredi soir. Samedi soir, c’est le coloré Cayouche qui montera sur scène. Karo Laurendeau, Tchad Houle, Ghys Mongeon et bien d’autres le précéderont au cours de la journée.

Enfin, dimanche, on présentera un hommage à Paul Daraîche. Pour l’occasion, on a réuni sur scène Patrick Normand, Nathalie Lord, Julie Daraîche, René Turgeon, David Bernachez et Jonathan Godin. Tout ce beau monde interprétera les grands classiques de Daraîche.

+
POUR Y ALLER

Où : stationnement de l’aréna Robert-Guertin

Quand : jusqu’au 11 août