La gagnante de «La voix», Geneviève Jodoin

Geneviève Jodoin triomphe à «La voix»

C’est Geneviève Jodoin de l’Isle-aux-Coudres qui a triomphé à la septième présentation de «La voix» avec 47 % du vote du public, devançant Colin Moore (28 %), Rafaëlle Roy (19 %) et Vincent Chouinard de Québec (6 %). Une première victoire en sept saisons pour une interprète qui a déjà fait carrière professionnellement dans la chanson.

Geneviève Jodoin, 41 ans (la plus «vieille» artiste à n'avoir jamais gagné La voix), se mérite ainsi un contrat de disque avec Musicor et une bourse de 50 000 $. Rejointe sur scène après sa victoire par ses trois enfants et son conjoint, l'ex-choriste de Belle et Bum a remercié le public de lui avoir demandé de ne plus arrêter de chanter. Mme Jodoin est installée depuis cinq ans à l’Isle-aux-Coudres, où elle possède l'Auberge La Fascine. Nul doute que les touristes y seront nombreux cet été...

Seule à avoir chanté en français parmi les finalistes, la représentante de l’équipe Lara Fabian a offert une interprétation sentie et tout en nuances de Pendant que, de Gilles Vigneault, ce qui a fait dire à sa coach qu’elle avait «un des nuanciers vocaux les plus exceptionnels qu’elle ait entendu dans sa vie». Le public a été majoritairement d’accord avec elle.

Geneviève Jodoin et sa coach Lara Fabian, lors de l'annonce de la victoire

Nouveauté cette saison, les finalistes avaient le loisir de choisir eux-mêmes la chanson qu’ils allaient interpréter, contrairement aux autres années, où le coach composait une chanson (pas toujours très bonne, avouons-le) pour son représentant. Une excellente décision.

Ce qui a permis aux artistes de choisir une chanson avec laquelle ils étaient à l’aise et qui les mettait vraiment à leur avantage, dans la langue de leur choix. Pour l’occasion, ils étaient aussi accompagnés de cinq choristes, soit les autres membres de leur équipe ayant participé aux directs.

Après deux efforts en dents de scie en français, Colin Moore de l’équipe d’Éric Lapointe a retrouvé (heureusement) sa langue maternelle pour chanter Crazy d’Aerosmith, pendant laquelle il a ressorti son harmonica adoré. Une performance solide, mais sans étincelles, qui lui a valu quand même la deuxième position au chiffrier.

De son côté, Rafaëlle Roy, la protégée de Marc Dupré, s’est attaquée à sa façon à Golden Slumbers/Carry That Weight des Beatles. Une performance en puissance et en voix, rappelant la version de Jennifer Hudson, entendue dans le film d’animation Sing.

Quant au candidat de l’équipe Alex Nevsky, Vincent Chouinard, armé de son piano, il avait choisi la chanson de Bonnie Raitt I Can’t Make You Love Me, inspirée de la reprise de Bon Iver. Un numéro tout en douceur et en sensibilité, à l’image des performances précédentes du jeune homme de Québec à La voix. Il a cependant dû se contenter de la dernière place.

Corey Hart a ouvert le bal avec un pot-pourri de ses grands succès.

La grande visite

Côté variétés, le Québécois Corey Hart a ouvert le bal avec un pot-pourri de ses grands succès, concluant bien sûr avec ses verres fumés et Sunglasses at Night, une chanson qui porte très bien ses… 36 ans. Hart en a également profité pour inviter sur scène la gagnante de la soirée, pour ses spectacles de juin au Centre Vidéotron et au Centre Bell.

Robert Charlebois a par la suite offert un medley impeccable d’une (petite) partie de son œuvre, avant l’arrivée de Michael Bolton (le cheveu maintenant court), venu entonner quelques-unes de ses célèbres chansons d’amour avec plusieurs candidats, et Lara Fabian (avec qui il a d’ailleurs déjà chanté en duo). 

Il a encore de la voix, M. Bolton, mais sur scène, il était aussi chaleureux qu’un iceberg avant les changements climatiques. À Charles Lafortune, le chanteur de charme américain de 66 ans a affirmé avoir eu beaucoup de plaisir à participer à La voix. On aurait aimé que ça paraisse un peu.

Armé de son piano, Vincent Chouinard a choisi la chanson de Bonnie Raitt «I Can’t Make You Love Me».

Le rappeur québécois Loud était heureusement là pour amener un peu de jeunesse au sein des invités spéciaux de cette finale. Une performance trop courte, on en aurait franchement pris davantage.

Aussi, qui dit Corey Hart dit depuis 25 ans (déjà) Julie Masse. La toujours aussi jolie blonde a fait chanter dans les salons en reprenant Les idées noires, Billy, et autre C’est zéro. Elle aussi sera sur scène avec Corey Hart, en juin, à Québec et Montréal.

Julie Masse

La reine de La voix de l’an dernier, Yama Laurent, a fait un saut dans son ancien chez elle pour chanter de sa voix profonde deux extraits de son album paru vendredi dernier, et on a également eu droit à un extrait de la nouvelle création du Cirque Éloize Serge Fiori, Seul ensemble, auquel ont pris part les 24 candidats des directs, et M. Fiori… sur écran seulement, celui-ci ne faisant plus de scène depuis longtemps, comme on le sait.

Enfin, annoncé depuis plusieurs semaines, l’auteur-compositeur-interprète écossais Lewis Capaldi… n’a rien fait, car il brillait par son absence, dimanche soir. 

Ne faisant languir personne, Charles Lafortune a confirmé avant même la fin de l’émission de dimanche que La voix reprendrait l’antenne à TVA l’hiver prochain.