Après un premier disque plus réservé, Geneviève Roberge-Bouchard et Alain Barbeau assument pleinement leur amour dans «De la rivière à la mer».

Geneviève & Alain assument leur amour dans «De la rivière à la mer»

Geneviève Roberge-Bouchard et Alain Barbeau ont laissé tomber leurs noms de famille respectifs pour poursuivre leur aventure – musicale et affective – commune. C’est donc sous l’appellation écourtée « Geneviève & Alain » que le tandem lancera son deuxième album, «De la rivière à la mer», au Cabaret La Basoche, le 14 mai à 19 h 30.

Un spectacle donné à guichets fermés – mais le duo sera de retour à La Basoche le 26 octobre (819-243-8000), après une tournée qui leur permettra d’écumer l’est du Québec cet été.

La fusion des deux auteurs-compositeurs-interprètes en une seule et même entité créative est désormais marquée. Pas seulement par ce nom de scène.

Elle se perçoit aussi dans les voix qui s’entremêlent, se relancent ou se répondent, dans une gymnastique harmonique de haute voltige.

La fusion est assumée jusque dans l’écriture et la composition des morceaux, ici exécutée à quatre mains (à une exception près, Qui je suis), alors que leur premier album – On est les deux, paru en 2016 – se contentait de faire cohabiter les chansons de l’un et de l’autre. Cette fois, « nos deux univers ont été mis en commun ».

Bien sûr, cette fusion s’exprime aussi dans les thèmes abordés. L’amour est au centre du monde des tourtereaux qui, entre la cuisine, le sofa, la scène et la voiture, passent pratiquement 24 h sur 24 h en compagnie l’un de l’autre. « On ne peut pas ne pas en parler : c’est notre quotidien », s’exclament-ils en chœur.

Sur le premier disque, « on hésitait à dire qu’on était un couple ; on ne voulait pas le chanter, on ne voulait pas être quétaines, ou que ça gosse le monde », reconnaît la pianiste. Le guitariste rebondit tout naturellement sur son idée. « L’amour est là, évidemment, et nous on le sait, alors on ne se sentait pas obligé de le crier sur tous les toits, [d’autant que] j’ai l’impression que ça se voit assez bien sur scène. »

« Avant, il y avait des tournures de phrases que j’hésitais à utiliser, des mots qui, je ne sais pas trop pourquoi, me faisaient un peu peur, comme “cœur”, “amour”, “émotion” », poursuit Geneviève. Aujourd’hui, elle se sent capable de les « assumer », convaincue c’est « la manière de bien utiliser ces mots » qui importe en définitive. « On s’est donné le droit de les utiliser, de faire des choses qu’on ne voulait pas faire avant. Comme sur ce refrain qui dit tout simplement “Mon amour” », rigole-t-elle en évoquant le premier extrait du disque.

Au départ, on n’avait pas prévu de faire un album avec une histoire qui continue » au fil des chansons... mais au final, « il y en a une », qui s’est manifestée de façon « imprévue », constatent les deux musiciens. Ce n’est pas tout à fait comme un récit qu’on déroule, mais « les chansons peuvent se répondre, d’une certaine façon », précise Geneviève.

Mais le disque ne se contente pas d’aborder l’élan amoureux, « les chansons parlent de relations humaines, au sens plus large », rectifie le chanteur.

Il est donc question d’amitiés. Et de relations familiales. « Le couple vieillit. On est rendu à l’étape numéro deux », résume Alain. Celle où l’on ne se cache plus. Mais aussi celle où l’on ose même contempler la possibilité de matricer autre chose que des disques. Ce qu’ils font lorsqu’ils chantent en chœur Nous serions 3.

Carl Bastien à la console

Leur disque a été réalisé par une sommité en la matière, Carl Bastien. Ce Buckinghamois d’origine, qui a partagé la scène ou le studio avec Daniel Bélanger, Dumas, Jean Leloup, Damien Robitaille, Ariane Moffatt, entre autres, est tombé sous le charme de Geneviève et Alain. Le couple l’avait approché en 2017 pour enregistrer une chanson, le single On ne se connaît pas. C’est lui qui les a relancés, en souhaitant travailler avec eux sur un album complet, explique Alain Barbeau. Un gage de qualité triple, car Carl Bastien n’a pas seulement réalisé De la rivière à la mer : il en est aussi le coproducteur, et il suivra le duo en tournée. Il sera sur scène lors du lancement du 14 mai. Un concert en formule full band, se réjouissent Geneviève et Alain, pour qui c’est une première.

L’album flotte sur des eaux folk et pop, et flirtant avec les sonorités country – à cause de l’omniprésence de la pedal steel, note Alain Barbeau.