Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les compositeurs gatinois Serge Keravel et Jean-Louis Pitre se sont associés à l’auteure franco-ontarienne Marie Gingras pour produire l’album Différente.
Les compositeurs gatinois Serge Keravel et Jean-Louis Pitre se sont associés à l’auteure franco-ontarienne Marie Gingras pour produire l’album Différente.

Différente ou l'ode à la résilience [VIDÉO]

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Les compositeurs gatinois Serge Keravel et Jean-Louis Pitre et l’auteure franco-ontarienne Marie Gingras ont fait paraître le 5 mars Différente, un album-concept porté par six voix où les chansons, sous leur voile de douleurs, finissent par former une ode à la résilience et à l’acceptation de soi.

Les textes, signés Marie Gingras, font écho aux thèmes que cette psychologue de formation explorait déjà dans son livre La poulette grise, publié en 2016 (Vents d’Ouest). Le livre mettait en scène une jeune fille souffrant d’une légère déficience intellectuelle, et inapte à percevoir l’humour, le mensonge, ou le second degré.

Mais si l’album s’inspire directement du récit et de ses thèmes, Différente n’est absolument pas une adaptation du livre, encore moins une comédie musicale, car chaque chanson est complètement autonome et peut s’apprécier indépendamment des autres, soulignent les deux compositeurs.

Leur disque réunit les chanteuses Virginie Cummins (une habituée d’En direct de l’Univers), Marie-Christine Depestre, Nancy Fortin et Catherine Léveillé, dont les voix s’entremêlent à celles de deux hommes : Michel Comeau et le slameur Djou (Julien Girard).

Pierre Messier (Céline Dion ; Lynda Lemay), coréalisateur de cet album enregistré au célèbre studio Piccolo, a aussi donné un sérieux coup de main aux orchestrations et arrangements. Plusieurs musiciens leur ont prêté main-forte, dont le guitariste Kaven Girouard (Marc Dupré, Garou).

Et le résultat a rapidement tapé dans l’oreille du public : en deux jours, l’album Différente s’est hissé au sommet des palmarès des ventes numériques, se retrouvant en 3e position des ventes sur iTunes, pour ce qui est de la pop francophone canadienne, se réjouissait cette semaine l’équipe de communications de l’étiquette Pur records.

Serge Keravel et Jean-Louis Pitre n’en sont pas à leur première collaboration artistique avec Mme Gingras, avec qui ils ont fait paraître le disque Funambule (2017), porté par les voix de Sylvie Tremblay et Monique Fauteux ; un album où pointait déjà leur goût pour la comédie musicale.  

Les thèmes de Différente — et l’approche presque thérapeutique de l’album — ne pouvaient qu’inspirer le tandem : si tous deux sont désormais retraités, Serge Keravel était lui-même psychologue et Jean-Louis Pitre a pratiqué le métier d’infirmier pendant plus de 30 ans.

Jean-Louis Pitre, Marie Gingras, Serge Keravel à Gatineau

« Accompagner » la peine

« Les chansons ne sont pas [toutes] hop la vie ! Cassure, chaque fois que je l’écoute, je pleure », témoigne Serge Keravel. Ce morceau évoque le fait qu’il y a des événements de vie assez traumatisants pour qu’on puisse considérer qu’« il y a un ‘avant’ et un ‘après’. Ça me rejoint parce que, dans mon métier, j’ai dû accompagner beaucoup de gens [venus consulter pour trouver des façons de] se réparer, s’accepter, être capable de retrouver leur état d’avant – avant la fausse couche, avant l’accident, avant le diagnostic de maladie incurable ».

La fonction du psychologue, « c’est pas d’être un cheerleader ! » poursuit-il. « Souvent, dans mon métier, l’important, c’est juste d’être présent, d’être le témoin de la souffrance des gens et de les accompagner. » Le chemin de leur guérison, estime-t-il, se manifeste essentiellement au fil de l’écoute active du psychologue, bien plus qu’au fil des solutions qu’il pourrait éventuellement suggérer. 

Certes, « il n’y a pas toujours de ‘résolution’ à la fin des chansons », mais cela n’est pas absolument nécessaire « tant que l’auditeur «peut s’identifier, se reconnaître dans les paroles», argue-t-il. Des chansons «juste pour accompagner» une peine ou une blessure : «c’est ce que Marie cherchait à faire». Malgré la douleur qui s’en dégage, «l’album porte beaucoup de lumière».

Message d’espoir

Son conjoint, Jean-Louis Pitre, se dit quant à lui particulièrement ému par la ballade J’ai un secret, lourde du poids du silence qu’on préfère parfois garder après une agression. 

«J’ai impression que ça pourrait toucher beaucoup de gens qui ont connu l’abus et qui vivent encore avec ça présentement», estime cet Acadien d’origine, qui, en 2017, devant les tribunaux de Moncton, a «participé à un processus» de dénonciation de l’ex-prêtre Yvon Arsenault — lequel a finalement écopé de quatre ans de prison pour des gestes de pédophilie.

«Avec ce disque, je voulais envoyer un message d’espoir, [tendre] une main», poser un geste réparateur, explique celui qui, en tant qu’infirmier, «dans les salles d’urgence, aux soins intensifs et les divers milieux cliniques en situation de crise» par lesquels il est passé, a côtoyé de près la douleur des gens. 

«Nous, les infirmiers, on veut arranger les affaires !» Et même si les chansons n’offrent pas toujours de résolution, «si on écoute tout l’album, ça finit bien. La jeune fille apprend à assumer sa différence»... comme dans
le livre.

Les 14 morceaux sont essentiellement des ballades, mais l’ensemble profite d’un certain éclectisme. 

«Quand Marie nous envoie des textes, on ne part pas avec des idées préconçues : ça peut être doux ou rock ou plus rétro, ou une chanson de ‘ralliement’ — comme Fier de ma différence. On a même une berceuse, à la fin. [...] On travaille sans barrière» de styles, indique Serge Keravel, qui, avant Funambule, a signé quatre albums instrumentaux nourris par les synthétiseurs.

Le disque est disponible sur iTunes et diverses plateformes d’écoute et d’achat numériques.
Renseignements:
Differente.info ; Facebook (Differente)