L’auteure-compositrice-interprète Caroline Savoie (notre photo) et le patineur Patrick Chan sont les porte-parole des Rendez-vous de la francophonie

«Comme avec les yeux d’un enfant»

Le directeur général de la Fondation canadienne pour le dialogue des cultures Guy Matte vient de lancer les 21e Rendez-vous de la Francophonie (RVF). En ce 50e anniversaire de l’adoption des langues officielles au pays, « un regard neuf » sera jeté sur la francophonie, comme « avec les yeux d’un enfant ».

Ce sont l’auteure-compositrice-interprète Caroline Savoie et le champion olympique de patinage artistique Patrick Chan qui seront les porte étendards de ce mois bourré d’événements.

Originaire du Nouveau-Brunswick, Caroline Savoie s’est donné comme mission de prouver la vitalité de la langue française au Canada. « Mon but c’est d’être une figure, de démontrer que je suis une parmi tant d’autres qui parlent encore français. Surtout avec le contexte actuel, comme notre premier ministre (Blaine Higgs) qui s’allie à des groupes qui ne sont pas en faveur du bilinguisme. C’est un droit qu’on a gagné, donc pour moi, c’est de dire qu’on est encore ici, et qu’on n’est pas prêts de partir. »

La francophonie néo-brunswickoise en a pris un coup, lors de l’élection du premier ministre progressiste-conservateur Blaine Higgs. En décembre dernier, son gouvernement a réduit le financement des Jeux de la Francophonie de Moncton-Dieppe, et étudie actuellement la possibilité d’annuler complètement l’événement sur son territoire.

Du côté de l’Ontario, la communauté francophone a récemment vu sa culture menacée par les nombreuses compressions budgétaires, comme celles infligées à La Nouvelle Scène, à l’Université de l’Ontario français et au Commissariat aux langues officielles, entre autres.

La députée fédérale d’Ottawa-Vanier Mona Fortier souhaite souligner l’importance de démontrer la valeur de la dualité linguistique aux différents gouvernements. « Il faut vraiment entretenir ce dialogue avec les gouvernements provinciaux, qui sont plus timides, et qui ne voient pas tous la valeur ajoutée du bilinguisme et des communautés francophones et acadiennes, qui ne font que renforcer notre pays. »

Membre du comité permanent des langues officielles, Mme Fortier affirme que le gouvernement Trudeau cherche actuellement des moyens de refaire une beauté à la Loi sur les langues officielles, vieille de 50 ans. « On est à un point où on a eu beaucoup d’avancement et là, il est temps de la moderniser de fond en comble. »

Les Rendez-vous vont bon train

Directeur général de l’événement, Guy Matte affirme que les RVF voient une prospérité croissante, même après 21 ans d’existence. « Ce qui me rend fier, c’est l’augmentation chaque année de l’impact que les Rendez-vous peuvent avoir dans les communautés. Au niveau du nombre d’activités constamment en croissance, du nombre de participation aux concours, en français comme en anglais. On est rendu qu’il y a une plus grande augmentation du nombre d’anglophones qui participent aux concours. C’est un événement qui rapproche les deux communautés de langues officielles. »

Plusieurs écoles anglophones d’immersion française participent d’ailleurs aux RVF, remarque Mme Fortier.

La Semaine nationale de la francophonie se tiendra également dans le cadre des Rendez-vous de la Francophonie, qui auront lieu du 1er au 31 mars.

Durant ce mois de célébrations francophones, plusieurs activités sont à prévoir, partout au pays : tournée de spectacles d’humour, visionnements de films en français sélectionnés par l’Organisation nationale du film du Canada (ONF), et plusieurs concours pour des participants de tous âges.