Électro–Pop. Rest de Charlotte Gainsbourg

Charlotte Gainsbourg: électro et introspective ***1/2

Charlotte Gainsbourg avait déjà démontré tout le sérieux de sa démarche musicale en s’associant à des artistes comme Beck, Air ou Jarvis Cocker.

Or elle n’avait pas vraiment laissé parler l’auteure en elle. C’est chose faite avec Rest. Qui plus est, en anglais, langue qu’elle avait privilégiée en studio, mais aussi en français. 

D’emblée, Gainsbourg opte pour une approche introspective, voire intime: elle s’adresse à son père sur le ton de la confidence (excellente Lying With You) ou encore à sa sœur disparue (touchante Kate). Si le contenu est personnel et sensible, Rest n’est pas un album uniquement feutré ou méditatif. 

Faisant équipe avec SebastiAn, Gainsbourg a opté pour un emballage électronique qui peut être dansant (groovy Songbird in A Cage, gracieuseté de Paul McCartney), dans lequel elle sait s’illustrer en chantant, en susurrant ou en récitant ses textes. Une collection de chansons partiellement impudiques, partiellement nimbées de mystère, à la fois simples et denses, au charme indéniable.