Carrie Underwood

Carrie Underwood à Ottawa: les dames d'abord

Les femmes seront à l'honneur au Centre Canadian Tire le 10 juin. La «superstar» Carrie Underwood s’entoure exclusivement d'artistes féminines et rend hommage aux grandes dames du country dans sa présente tournée «Cry Pretty», qui fera escale à Kanata lundi.

Cry Pretty, le sixième album studio de la gagnante d’American Idol en 2005, a atterri dans les bacs en septembre 2018.

Pour quiconque s’intéresse au genre, la notoriété de l’Américaine est une évidence même. Pour ceux qui la connaissent moins, la musicienne de 36 ans est devenue l’une des stars les plus brillantes du firmament country. Rien que ses chiffres de vente illustrent à quel point la cantatrice au souffle monumental est aimée : ses disques ont été achetés plus de 65 millions de fois.

Et, à une époque où les plateformes de diffusion pulvérisent les ventes de tous et chacun, Underwood est restée nulle autre que l’artiste féminine country la plus écoutée en ligne de l’année 2018, selon Universal.

Carrie Underwood et les artistes de sa première partie.

Le 1er mai dernier, la chanteuse de l’Oklahoma a donné le coup d’envoi de sa tournée Cry Pretty à Greensboro, en Caroline du Nord. Une entreprise de taille : l’artiste trimballe avec elle 11 autobus, 407 projecteurs mobiles et 142 haut-parleurs — ainsi que ses deux garçons et son mari, l’ancien hockeyeur Mike Fisher — le long d’un parcours de 55 arrêts aux États-Unis et au Canada. Rien que son dispositif scénique a fait couler beaucoup d’encre depuis qu’elle a pris le large. Le système, créé spécifiquement pour cette tournée, fait sinuer un entrelacs de passerelles mouvantes — oui — au centre des arénas, de façon à offrir une vue à 360 degrés de sa prestation. Sur cet aspect, soulignons l’apport de Barry Lather (Rihanna, Michael Jackson) et de Nick Whitehouse (Justin Timberlake, Beyoncé), respectivement le directeur artistique et le concepteur de sa tournée.

Le mot d’ordre du spectacle de Cry Pretty ? Célébrer la femme. Le duo Maddie & Tae et le trio Runaway June complètent sa programmation exclusivement féminine. Dans un genre souvent pointé du doigt pour l’omniprésence de ses hommes, Underwood adopte une nouvelle tendance en plaçant davantage de femmes sous les projecteurs, comme l’ont récemment fait Miranda Lambert, Maren Morris et Kacey Musgraves dans leurs propres tournées.

Carrie Underwood est l’artiste féminine country la plus écoutée en ligne de l’année 2018, selon Universal.

Quant au répertoire, en plus des chansons de sa sixième galette, Underwood a voulu que le public puisse entonner avec elle ses refrains les plus connus — mais comme elle a plus de hits qu’un concert de deux heures peut en contenir, il a fallu couper. Une série de medleys permettra à la blonde chanteuse de retourner vers ses racines, jusqu’à son inévitable Jesus, Take the Wheel de 2005. Pour renforcer la thématique : en milieu de spectacle, un pot-pourri de reprises ramènera ses protégées sur scène le temps d’un hommage aux grandes dames du country, comme Dolly Parton, Patsy Cline et Shania Twain.

Un moment qui risque de tirer de belles larmes aux plus démonstratifs : résultat d’un concours, à chaque spectacle, un fan différent monte sur scène pour faire le passage de Ludacris de la chanson The Champion. Les conditions ? Savoir rapper, et être soi-même un Champion.

C’est ainsi qu’à Las Vegas, un dénommé Steven a chanté avec son idole après avoir subi 47 opérations, et qu’à Winnipeg, l’artiste francophone Mélanie Bédard a pu compléter le tandem à la suite d’un épisode de dépression et d’anxiété.

Qui partagera les planches du Centre Canadian Tire lundi ? On le saura le soir même. Rappelons que Mike Fisher a déjà joué pour les Sénateurs d’Ottawa; lui et sa douce retrouveront donc la ville qu’ils ont habitée quelques années. Des retours aux racines, des hommages puissants, et une voix à faire chavirer le sexisme d’une industrie : tous les ingrédients seront réunis pour faire pleurer joli.