Fidèle à lui-même, Bryan Adams a enchaîné ses succès, tous plus réconfortants les uns que les autres, devant un public conquis d’avance sur les Plaines LeBreton.

Bryan Adams: du baume pour l’âme

Si la pluie s’est faite menaçante tout au long de la soirée d’ouverture du RBC Bluesfest et que quelques gouttes ont bien failli gâcher le show principal, l’icône du rock, le Canadien Bryan Adams, lui n’a pas failli à la tâche et a envoyé – pour le plus grand plaisir des fans – ses plus grands succès.

Le chanteur qui a entamé en janvier dernier sa 19e tournée mondiale Ultimate a ouvert, près de deux heures de show, avec Ultimate Love, un des deux nouveaux titres de sa sixième compilation parue en novembre dernier.

Mais comme à l’accoutumée, la légende canadienne a immédiatement enchaîné classique après classique. Lorsqu’il a entonné les premières notes de Can’t Stop This Thing We Started, deuxième chanson du concert, le public — téléphone intelligent en l’air — a commencé à timidement se déhancher.

Après avoir envoyé la bien sentie Run To You, le rocker de 58 ans aux 75 millions d’albums vendus a salué la foule avant de partager quelques souvenirs de sa vie dans la capitale.

« À chaque fois que je viens à Ottawa, ça me rappelle que je suis allé à l’école ici, que j’ai vécu ici », a-t-il dit.

Dès que Bryan Adams et ses musiciens ont entamé les premières notes de Heaven, des cris de joie se sont fait entendre de la foule qui a chanté, seul, le premier couplet de la ballade.

Après la chaleur accablante des derniers jours, les quelques gouttes tombées avant le début du show avaient rafraîchi l’atmosphère, donnant ainsi une bonne raison au rocker chou chou du pays de continuer à réchauffer le public en envoyant d’autres succès, dans l’ordre Go Down Rockin’, Heaven, Cloud #9. Il a ensuite convié le public à danser sur You Belong to me. Inutile de dire que la célèbre Summer of ‘69 a suscité l’excitation du public, qui a repris en chœur le refrain, accompagné par la seule guitare de Bryan Adams.

Prenant une pause pour partager un autre souvenir de sa vie ottavienne, il remonte en 1972, lorsque des prêteurs sur gages avaient pignon sur rue sur Bank. «J’avais 12 ans et c’est là que j’ai acheté une de mes premières guitares... Je l’ai encore», a-t-il confié.

Le musicien a ensuite plongé les plaines LeBreton dans une ambiance intimiste en reprenant seul à la guitare acoustique la douce Here I Am qu’il d’ailleurs chanté en français (Me Voilà) le temps d’un couplet. Il a ensuite enchaîné, toujours en acoustique, Baby when You’re Gone.

La très attendue (Everything I Do) I Do It For You est venue clore la bulle romantique.

Le musicien a ensuite invité quelques représentantes de la gent féminine à monter sur une plateforme au centre du parterre et à se déhancher sur l’explicite If You Wanna be Bad – ya Gotta be Good.

Bien réchauffé après 45minutes de show, le public a pu apprécier entre autres Back To You, Somebody, The Only Thing That Looks Good on me is You et Cuts Like a Knife.

On a beau avoir entendu des centaines de fois ses chansons, on ne se lasse toujours pas de les entendre encore et encore, d’autant plus que le chanteur y met tout son cœur en les rejouant sur scène.

Du rock qui fait du bien à l’âme et qu’on s’époumone à chanter à tue-tête sans scrupule.

Au moment de mettre sous presse, Bryan Adams rendait hommage à ses parents et à son père décédé plus tôt cette année en chantant Straight from the Heart.

UN festival Encore en rodage
Le festival qui ouvrait jeudi soir avait encore besoin de rodage du côté de l’organisation.

Les bénévoles et les agents de sécurité n’étaient pas encore à même de fournir des renseignements sur le site.

Peut-être que le pluvier kildir et son nid — cet oiseau protégé qui a menacé la tenue de l’événement la semaine dernière — y est pour quelque chose ?

En se promenant sur le site, on a également découvert que le festival a été amputé d’une scène pour cette édition.