Brian St-Pierre prend sa retraite de l'enseignement afin de se concentrer sur sa carrière d’auteur-compositeur-interprète.

Brian St-Pierre se concentre sur sa musique

Brian St-Pierre tire un trait sur sa carrière d’enseignant. Le compositeur de Mon beau drapeau souhaite se concentrer sur sa carrière d’auteur-compositeur-interprète.

« On te dit de marcher un mile, marches-en deux, et de belles choses vont t’arriver. » C’est ce que Brian St-Pierre enseigne à ses élèves depuis 30 ans. Professeur de musique et de théâtre à l’École secondaire catholique l’Escale, à Clarence-Rockland, il a participé longuement à l’épanouissement de ses élèves et de la communauté franco-ontarienne, et il n’a pas l’intention de s’arrêter.

« C’est certain que j’ai des projets, je travaille sur des belles choses. », Brian St-Pierre souhaite entre autres relancer le spectacle Réveille, qui lui avait valu plusieurs reconnaissances, dont un Trille Or dans la catégorie Meilleur spectacle jeune public en 2009.

La famille de Brian St-Pierre, qui s’est d’ailleurs fait connaître grâce à son passage à l’émission Un air de famille , a joué un grand rôle dans plusieurs de ses décisions. Son fils Jérémie lui a dit que c’était « le temps de passer le bâton. Ça ne veut pas dire que tu arrêtes de courir, papa, quelqu’un d’autre va continuer la course, mais toi, tu vas en partir une nouvelle ». L’auteur-compositeur-interprète se rappelle de ses premières années d’enseignement, alors qu’il avait ressenti un grand vide quand ses premiers élèves avaient terminé leurs études. « Quand ils ont quitté, je me suis retrouvé en septembre et j’avais perdu mes élèves, mes repères. Ce n’est pas que je ne bâtissais pas d’autres repères, mais c’était la première fois que je vivais ce genre de deuil », raconte-t-il.

C’est un deuil similaire qu’a vécu M. St-Pierre en remettant sa démission. « C’était comme un coup de réalité, et pendant un instant, je me suis demandé ce que je faisais. Mais je sais que d’autres projets vont se présenter », soutient-il.

« Je suis content d’avoir fait la différence, au même niveau que les élèves ont fait la différence dans ma vie. On pense qu’on peut influencer les gens, mais ce sont eux qui m’ont influencé, ils m’ont apporté beaucoup. L’énergie va me manquer. À chaque cours, il y a toujours quelque chose qui arrive. C’est pour cette énergie-là que j’ai toujours aimé enseigner. »

« Ma plus grande fierté, c’est de voir un élève prendre confiance en lui-même », affirme M. St-Pierre.

L’emblème de la francophonie ontarienne

C’est avec émotion que le principal intéressé raconte la création de la chanson Mon beau drapeau . Quand l’Assemblée législative de l’Ontario a octroyé au drapeau franco-ontarien le statut de symbole officiel de la province, en 2001, le Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien (CSDCEO) a demandé à M. St-Pierre de composer une chanson pour parler du drapeau. Peu à peu, la chanson, coécrite avec Jean-Pierre Perreault, s’est fait connaître au sein des écoles du CSDCEO. Quelque temps plus tard, après que les deux auteurs aient partagé la chanson au travers des différents conseils scolaires francophones de la province, tout le monde la chantait.

« Maintenant, chaque fois qu’on lève le drapeau, les gens la chantent, et je trouve ça fantastique ! »

Brian St-Pierre rêvait qu’un jour, on chanterait sa chanson sans savoir qu’il en était l’auteur. Son rêve s’est presque réalisé, c’est-à-dire que sa chanson est chantée, mais contrairement à ce qu’il croyait, son nom ne sera pas oublié.