Billy Love Band, du Billy Love Band ***1/2

CRITIQUE / Le Billy Love Band lancera, ce 18 janvier à Orléans, son deuxième minialbum. Cet éponyme paraît quatre ans après le déjà très apprécié Au-delà du Pain aux bananes.
Oubliez le BLB de l'époque, composé d'ados ambitieux mais verts. Les membres d'origine ont tous été remplacés par des musiciens professionnels, autour du cofondateur, le violoniste gatinois William Lamoureux.
On le disait déjà virtuose en 2013... quatre ans passés à peaufiner son art au College Humber de Toronto et à écumer les scènes de la Ville Reine au sein de multiples formations n'ont fait qu'affiner son coup d'archet et son oreille.
«Billy» revient à son Band laboratoire, lequel lui permet d'explorer toute sa créativité, dans une veine rock-prog.
Dans l'éprouvette: des atmosphères électro-Karkwaïennes, rêches ou planantes, ingénieusement bidouillées. Les orchestrations sont amples, équilibrées ; les mélodies, immédiates.
L'ADN du Billy Band étant francophone, les textes sont ciselés par D-Track (David Dufour), qui sonde L'Apocalypse, et Fred Abel, qui décape une fable de La Fontaine. Solide!