« J’ai voulu faire un album hyper lumineux sur lequel on peut bouger et danser. Je ne voulais surtout pas refaire du Alex Nevsky comme les trois précédents. J’avais tellement peur de me répéter, d’être plate et de retomber dans les mêmes patterns », dit le chanteur.

Alex Nevsky: tracer sa route

Il s’en est passé des choses dans la vie d’Alex Nevsky depuis Nos Eldorados, lancé en 2016. Trois ans, deux coups de foudre, plusieurs voyages, des concerts et beaucoup de télévision plus tard, l’artiste nous revient avec son nouvel album Chemin sauvage.

Il serait toutefois hasardeux de se fier uniquement au premier extrait que le chanteur a rendu public en septembre dernier, Mes yeux, dont le clip avait des airs de fin du monde, malgré la mélodie résolument entraînante.

« J’ai voulu faire un album hyper lumineux sur lequel on peut bouger et danser. Je ne voulais surtout pas refaire du Alex Nevsky comme les trois précédents. J’avais tellement peur de me répéter, d’être plate et de retomber dans les mêmes patterns », dit-il.

Pour éviter cela, il s’est mis sur le téléphone et a fait appel à ses amis du milieu. Pas moins de neuf des 11 pièces de l’album ont ainsi fait l’objet de collaborations. En studio, on se serait cru à l’enregistrement d’un album hip-hop, bien loin de sa façon habituelle de travailler, fait remarquer l’auteur-compositeur-interprète. « L’idée, c’était d’amener tout le monde autour de la table avec les meilleures idées, de prendre le riff d’une personne, de travailler les mélodies et de balancer les idées. Pour que tout ne repose pas que sur moi. »

Le résultat demeure clairement du Alex Nevsky, mais autrement. On peut notamment l’entendre en duo avec la Bromontoise Claudia Bouvette, Sophia Bel, Benny Adams et Alaclair Ensemble. Les auditeurs remarqueront par ailleurs sur Chemin sauvage une surgescence de l’anglais, que le chanteur assume pleinement.

Nouvelle vie 

« On dirait qu’avec cet album, une nouvelle vie commence. En arrêtant La Voix, en profitant plus de ma famille, j’ai l’impression de me choisir, disons. C’est un cadeau que je me fais », lance-t-il en faisant référence à tout ce qui s’est passé dernièrement.

Car si sa rencontre avec Vanessa Pilon et la naissance de sa fille — ses deux coups de foudre mentionnés précédemment... — ont teinté de rose son histoire récente, tout n’a pas toujours été facile pour Alex Nevsky.

Il avoue avoir été « essoufflé » l’an dernier. « Durant les auditions à l’aveugle de La Voix, j’étais en mononucléose. Puis j’ai fait une autre infection avec les mêmes effets. J’étais extrêmement fatigué. C’était très difficile. Cette année, je me fais un cadeau. C’est une autre vie. »

Grâce à la petite Claire, il affirme voir les choses différemment. « Maintenant, je sens que mon égo n’a plus autant besoin de briller fort. J’ai aussi changé de mode de vie. »

Alex et sa dulcinée ont choisi de s’établir à Rougemont, où le temps semble passer plus lentement. « Là-bas, c’est ma maison de vie. On capote. On est au milieu d’un verger au pied de la montagne, je me suis acheté un 4 roues. Je n’aurais jamais imaginé acheter ça ! Ni faire mon cidre ; on a fait 800 bouteilles pour le plaisir. Je me suis procuré des jumelles et un petit guide pour observer les oiseaux... On goûte à la vie de campagne. Ça change un peu de Montréal. »

Sur son rôle de papa, Alex Nevsky n’a aucune retenue. « Je pense que ma fille m’aime et qu’elle est bien avec moi ! Ce sont les plus beaux jours de ma vie. Complètement. Depuis le premier jour, le lien entre elle et moi est très fort. »

« Tout ça me rend profondément heureux. Je l’ai dit ce matin à ma blonde en buvant mon café. Rien ne me rend plus heureux qu’elle et ma fille. Aucun M-Telus ou gros truc de carrière ne peut s’approcher de ça. »

On comprend que lorsqu’il prendra la route avec son nouveau matériel en janvier 2020, ce sera à son rythme.

Énergique

On pourrait croire que cet Alex « assagi », dont l’existence semble sereine comme jamais, aurait accouché d’un album tranquille. C’est plutôt le contraire.

« Malgré le calme de ma vie, j’ai fait un album très énergique dans l’idée de le transposer sur scène et d’avoir du plaisir, sans temps mort. J’avais envie de faire les choses différemment. »

Pour bien des raisons — dont la grande soirée Carte blanche (avec ses invités Alaclair Ensemble, Sarahmée, Claudia Bouvette, Karim Ouellet et plusieurs autres) qu’il a présentée jeudi pour souligner l’anniversaire du M-Telus, le chanteur originaire de Granby a choisi de ne pas organiser de lancement officiel de Chemin Sauvage, offert partout depuis vendredi.

Un titre qui vient d’où ? Alex Nevky admet qu’après deux mois de cogitation, il n’a pas eu l’épiphanie qu’il espérait pour intituler ce nouvel opus. « J’ai donc choisi de l’appeler Chemin sauvage parce que c’est la chanson de l’album qui représentait le mieux ma vie en ce moment. »

Écrite en collaboration avec la Bromontoise Claudia Bouvette, qui chante aussi avec lui, Chemin sauvage est une pièce d’amour à l’intention de celle qui le « fait rêver debout ».

On vous le donne en mille.