A Wider Space, de Groenland ***

CRITIQUE / Avec A Wider Space, Groenland confirme tout le bien qu'on pensait du sextuor versé dans une pop très orchestrale.
Ces Montréalais n'ont qu'un seul défaut (maladroitement souligné par Pierre Karl Péladeau) : celui de ne chanter qu'en anglais, alors que ses têtes accoucheuses, Sabrina Halde et Jean-Vivier Lévesque, sont francophones.
Réalisé par Marcus Paquin (Suburbs d'Arcade Fire), ce deuxième opus explore l'ère post-euphorique des débuts du groupe. Si l'album est moins léger, c'est subtil. Circonscrit au propos.
À part la douceur languide de la ballade Cabin et quelques gammes mineures en demi-teintes, ni Times of Survival (malgré son titre), ni les autres morceaux ne laissent mélodiquement transparaître leur déprime.
L'album explore surtout la géographie: il est question de vastes espaces, de Retreat en forêt, de crêts montagneux (Appalaches). Et de cet éreintant succès rencontré Against the Odds - chanson qui synthétise de fort belle façon leurs fluidité et efficacité harmoniques.