Jack White au festival Osheaga, à Montréal, en 2014

10 choses à savoir sur Jack White

1 Les téléphones intelligents ne sont plus permis à ses spectacles. Les spectateurs peuvent les garder sur eux, mais doivent les déposer dans une pochette fabriquée par la compagnie Yondr qui est verrouillée pour la durée du spectacle et déverrouillée par la suite.

2 Il a failli devenir prêtre. «Je venais juste d’être accepté au séminaire au Wisconsin et j’allais devenir prêtre, mais à la dernière seconde, j’ai plutôt décidé d’aller à l’école publique. Je venais juste d’avoir un nouvel ampli dans ma chambre à coucher et je ne croyais pas pouvoir l’amener avec moi [au séminaire]», a-t-il déclaré à l’émission 60 minutes du réseau CBS en 2009.

3 Il a débuté sa carrière musicale à 19 ans comme batteur pour le groupe Goober and the Peas, qui a lancé trois albums et un simple de 1989 à 1994 et mélangeait punk rock et country. Il a ensuite fait partie des groupes The Go et Two-Star Tabernacle.

Avec les White Stripes, il a été poursuivi pour 70000$ en 2008 par l’ex-animatrice de Radio-Canada et ex-mairesse de Lac-Delage, Dominique Payette, pour avoir utilisé un extrait de neuf secondes d’une entrevue qu’elle avait réalisée avec une jeune fille à son émission 275-Allo/Ados-Radio pour lancer la pièce Jumble, Jumble. L’affaire s’est réglée hors cour.

Brendan Benson et Jack White des Raconteurs au Fillmore de Détroit en 2008

Outre sa carrière solo, il est aussi membre du groupe The Raconteurs, avec le chanteur et guitariste Brendan Benson et les membres du groupe The Greenhornes, Jack Lawrence et Patrick Keeler, et du «supergroupe» The Dead Weather avec Lawrence, Dean Fertita de Queens of the Stone Age et Alison Mosshart du duo The Kills.

Karen Elson et sJack White en 2008

6 En plus d’avoir déjà été le mari de son ancienne partenaire des White Stripes, Jack White a aussi été marié à la mannequin Karen Elson, qu’on peut voir dans le vidéo Blue Orchid  des White Stripes. Ils se sont mariés en 2005 et ont divorcé en 2013, après avoir eu deux enfants. Il a aussi fréquenté l’actrice Renée Zellweger de 2003 à 2004.

7 Grand collectionneur, il possède le premier enregistrement d’Elvis Presley, un acétate des pièces My Happiness et That’s When Your Heartaches Begin enregistrées à SUN Records quand le «King» avait 18 ans. White a payé 300 000 $ pour cette pièce de collection dans une enchère en ligne en janvier 2015.

8 Le nom, les couleurs, le logo et le slogan de la maison de disque de White ont été empruntés à une entreprise de rembourrage qu’il gérait autrefois à Détroit. Third Man Upholstery est devenue Third Man Records avec le noir et le jaune comme couleurs et un 3 en chiffres romains comme logo. Alors que Third Man Upholstery clamait «Your furniture is not dead» (vos meubles ne sont pas morts), Third Man Records a comme slogan «Your turntable’s not dead» (votre table tournante n’est pas morte).

9 Le deuxième simple des White Stripes, la pièce Lafayette Blues, est presque entièrement en français. En fait, cette chanson un peu particulière est une énumération de noms de rue francophones de la ville de Détroit comme Marandette, Leverette, Lafayette et Livernois.

10 En 2007, avec les White Stripes, il a fait une tournée où le groupe a présenté un spectacle dans chacune des 10 provinces et des trois territoires du Canada. Le réalisateur Emmett Malloy a ensuite produit un documentaire intitulé Under Great White Northern Lights à propos de cette tournée.