Hopiho: <em>En attendant</em>, l’album qui ne pouvait pas attendre

Musique

Hopiho: En attendant, l’album qui ne pouvait pas attendre

Le rappeur d’Ottawa-Gatineau Hopiho a fait paraître cette semaine En attendant, un album qu’il a concocté durant le confinement.

«Le processus de création était assez inhabituel», explique d’emblée le musicien qui, à cause des mesures sanitaires mises en place pendant la crise de COVID-19, n’a pas été en mesure de travailler en studio.

Le<em> Folklore </em>de Taylor Swift se hisse immédiatement en première place

Musique

Le Folklore de Taylor Swift se hisse immédiatement en première place

NEW YORK — Ce n’est pas vraiment une surprise : le plus récent album de Taylor Swift, Folklore, domine déjà les palmarès, une semaine après sa sortie inattendue.

Le huitième album de la chanteuse américaine a fait ses débuts cette semaine en première place du palmarès Billboard des 200 albums les plus vendus. Folklore devient ainsi l’album qui a fait cette année les meilleures ventes dès sa première semaine de sortie — et offre à Taylor Swift sa septième première place au fameux palmarès. Selon Nielsen Music/MRC Data, Folklore s’est vendu à 846 000 «albums équivalents» aux États-Unis — une combinaison de ventes et de diffusions en continu.

Et le plus récent album qui avait vendu plus d’unités en une seule semaine est aussi de Swift: c’était Lover, il y a un an. Le succès fait de la chanteuse de 30 ans le premier artiste à compter sept albums différents à faire au moins 500 000 ventes en une seule semaine.

Taylor Swift a étonné tout le monde avec ce Folklore, annoncé la veille seulement de sa sortie le 24 juillet.

Avec 289,85 millions de diffusions en continu de ses chansons, Folklore marque également la plus importante semaine de ce mode de diffusion pour un album par une artiste féminine cette année. Swift est troisième au classement général, derrière Legends Never Die de Juice WRLD et Eternal Atake de Lil Uzi Vert.

Folklore est sorti uniquement sous forme numérique, mais le CD doit être disponible vendredi.

La folie retrouvée des Hardis Moussaillons

Musique

La folie retrouvée des Hardis Moussaillons

Avec ses costumes de scène déjantés, son « rock ludique » réjouissant et la capacité de ses musiciens à faire le pitre devant public, Les Hardis Moussaillons ont été un feu d’artifice aussi explosif qu’éphémère, dans le paysage musical québécois.

Brûlée par la route, les concerts et le succès fulgurant, la bande d’Ottawa-Gatineau a fini par « imploser » en 1997... un an après avoir signé un contrat de disque avec Warner.

Geneviève Leclerc, la chanteuse et productrice

Musique

Geneviève Leclerc, la chanteuse et productrice

Geneviève Leclerc a toujours su créer ses opportunités. Que ce soit avant et pendant cette pandémie, la chanteuse n’a jamais attendu sagement dans son salon que le téléphone sonne.

Et elle porte plusieurs chapeaux par les temps qui courent, ajoutant à son arc les cordes de productrice, de directrice artistique et même de technicienne en sonorisation et en image, rien de moins.

Le retour du rock progressif avec Code 18

Musique

Le retour du rock progressif avec Code 18

Le Québec a, jadis, été un terreau fertile pour la musique rock progressive. Nombreux étaient les groupes britanniques qui utilisaient Montréal et Québec comme portes d’entrée au marché américain.

Mais, depuis l’émergence de Genesis, Pink Floyd, Gentle Giant ou Emerson Lake and Palmer, peu de groupes portant cette étiquette se sont pointés sur les palmarès.

Non pas parce que ce style musical n’intéresse plus les mélomanes, mais plutôt parce qu’il est plus porté en Europe qu’en Amérique. Ici, seulement quelques irréductibles gardent le fort, dont le groupe gatinois Code 18.

Le trio lancera d’ailleurs un premier album, Human Error, à la fin de l’été sous l’étiquette Unicorn Digital. Ce premier effort en studio aura pris presque 10 ans à voir le jour.

« Ça peut paraître long, 10 ans, pour écrire 10 chansons, mais je dois dire que ce projet a toujours été abordé à long terme, de confier Johnny Maz, claviériste et réalisateur de l’album. On a travaillé là-dessus à temps partiel, en parallèle avec de nombreux autres projets. »

Puisque le processus fut si long, on peut se demander pourquoi sortir l’album maintenant, en pleine pandémie. Mais pour Maz, la réponse est simple : « parce que l’album est prêt et que nous avons un label. »

Half Moon Run dévoile un <em>ep</em> surprise

Musique

Half Moon Run dévoile un ep surprise

Half Moon Run a dévoilé vendredi un nouveau minialbum intitulé Seasons of Change.

Ce ep surprise est composé de six titres. Deux nouvelles chansons, dont la pièce titre Seasons of Change, s’ajoutent à quatre extraits déjà dévoilés, la plupart durant la pandémie de COVID-19.

« Les chansons de ce ep ont été enregistrées en même temps que A Blemish in the Great Light et bien que nous ayons décidé de les séparer, certains de ces enregistrements sont nos préférés », précise le chanteur et guitariste Devon Portielje, qui est originaire d’Ottawa.

Le groupe a partagé Grow into Love au début de la période de confinement, puis a continué à diffuser des morceaux inédits, dont «Monster», paru en mai dernier, et qui a fait l’objet d’une «co-vidéo» affichée sur Youtube.

Half Moon Run a aussi fait paraître, le 2 juillet dernier, une vidéo qu’ils avaient eux-mêmes réalisée, et destinée à accompagner l’extrait Look Me in the Eyes (Skitstövel).

Pour cette chanson, chaque musicien s’est enregistré à domicile ; les images ont été réunies dans un montage vidéo signé par les membres du groupe. 

« Le fait d’avoir passé tout ce temps supplémentaire en isolement nous a donné la chance d’acquérir de nouvelles compétences et d’expérimenter des choses que nous n’avions jamais vraiment eu le temps d’essayer auparavant», affirme Dylan Phillips.

Une nouvelle plate-forme de diffusion québécoise s’intéresse aux musiciens de l’Outaouais

Concerts numériques

Une nouvelle plate-forme de diffusion québécoise s’intéresse aux musiciens de l’Outaouais

La boîte de productions audiovisuelles Unimage.TV, qui a des antennes en outaouais et dans la grande région de Montréal, lance une nouvelle plate-forme de diffusion.

Son projet, baptisé Hors-série, permettra à des artistes québécois de diffuser des prestations sur le Web, et ce dès le 17 juillet. Le groupe gatinois Introspection sera l’un des premiers à y participer.

L’accès à ces «spectacles interactifs en ligne» sera payant.

Les artistes auront accès à «une véritable scène» et à un équipement professionnel en ce qui concerne la sonorisation et les éclairages, précise unimage.TV, qui mettra à leur disposition «le matériel nécessaire à la production d’une émission de télévision multicaméra en direct». 

Les événements seront enregistrés en direct d’un studio situé à Repentigny, et administré par l’entreprise Show Factory, partenaire du projet souligne le responsable des communications d’unimage.TV, Cédrick Léveillé.

Introspection, un groupe gatinois spécialisé dans les reprises du répertoire de Pink Floyd, sera la deuxième formation à ouvrir le bal. La bande sera à l’écran le mardi 21 juillet 2020 à 20h.

Hors Série débutera officiellement 17 juillet avec la diffusion (à 19h) d’un spectacle «clin d’œil» à Francis Cabrel interprété par le tandem montréalais Jean-Jacques Bourdeau et Jean-Claude Béliveau. 

Les concerts seront diffusés sur Le point de vente, plateforme accessible tant par un ordinateur traditionnel que via les tablettes électroniques et téléphones «intelligents».

Kevin Parent dans la tourmente à son tour [VIDÉO]

Actualités

Kevin Parent dans la tourmente à son tour [VIDÉO]

Les têtes continuent de tomber dans la déferlante d’allégations d’inconduites sexuelles qui touche l’industrie culturelle depuis une semaine. Lundi, c’était au tour de Kevin Parent de faire l’objet d’une telle dénonciation. L’auteur-compositeur-interprète a aussitôt été largué par son agence de spectacles, Preste, et les concerts TD Musiparc l’ont rayé de leur programmation.

« À la suite des allégations concernant Kevin Parent, il a été décidé de retirer ses spectacles de la programmation des musiparcs. Les spectacles du jeudi 16 juillet, à Bromont, et du vendredi 17 juillet, à Mercier, sont donc annulés et les détenteurs de billets seront remboursés automatiquement sur leur carte de crédit. Aucune action n’est requise de leur part », a laissé savoir la chef des relations médias de Gestev, pour TD Musiparc, Marie-Michelle Gagné.

L'ex-copine d'Alex Nevsky, Stéphanie Boulay, sort de l’ombre et dénonce sa sortie publique

Actualités

L'ex-copine d'Alex Nevsky, Stéphanie Boulay, sort de l’ombre et dénonce sa sortie publique

«C’est quoi, finalement, le point final, la cerise ultime sur le dessus du sundae d’une relation toxique? C’est quand la personne qui t’a abusé prend ton témoignage privé, le out sans ton consentement et en retire des félicitations et des applaudissements nourris», a réagi l’ex-copine d’Alex Nevsky, Stéphanie Boulay, à la suite de son mea culpa publié vendredi dans une story sur son compte Instagram.

Même s’il ne nomme pas spécifiquement la cadette du duo Les soeurs Boulay dans son mea culpa, il semble que son identité ne fut pas très complexe à deviner pour bon nombre d’internautes. Elle lui avait envoyé un courriel en privé, dénonçant la relation toxique qu’elle avait vécue avec lui.

À LIRE AUSSI : Alex Nevsky présente ses excuses sur Instagram

À LIRE AUSSI : Kevin Parent dans la tourmente à son tour

Vague de dénonciations: Maybe Watson expulsé d'Alaclair Ensemble

Musique

Vague de dénonciations: Maybe Watson expulsé d'Alaclair Ensemble

Le groupe québécois Alaclair Ensemble a annoncé dimanche après midi l'expulsion d'un de ses membres fondateurs, Maybe Watson, après avoir pris connaissance d'«une histoire inacceptable» à son sujet.

Quelques heures plus tard, le rappeur a annoncé son retrait immédiat de toutes ses activités publiques.

La nature de cette histoire n'a pas été précisée, mais tout semble indiquer qu'elle s'inscrit dans le cadre de la récente vague de dénonciations de violences sexuelles.

«Nous nous dissocions de lui, nous sommes sans mots...», peut-on lire dans une publication parue sur la page Facebook du groupe hip hop, dimanche après-midi.

Une autre statut publié une heure plus tard ajoute que la formation n'était «aucunement au courant» des allégations soulevées avant samedi soir.

Nikki Yanofsky, au naturel

Musique

Nikki Yanofsky, au naturel

Nikki Yanofsky a décidé de faire un pied de nez à tous ses haters. Elle offre à son public un nouvel album assumé, différent et unique. Turn Down the Sound porte la puissance du jazz et la voix solide de la chanteuse à la rencontre du son funky et pop des années 80-90.

Après la sortie de ses derniers albums, la chanteuse canadienne a senti que l’industrie et le public avaient une idée préconçue d’elle et de sa musique. L’image de la jeune fille parfaite, gentille et intelligente lui a longtemps collé à la peau. La chanteuse confesse avoir accordé beaucoup d’importance, dans le passé, au fait de plaire à son entourage, au point d’en faire trop. «À un certain moment dans ma carrière, j’avais l’impression d’être comme une caricature de moi-même», confie-t-elle en entrevue au Soleil.

Pour Turn Down the Sound, Nikki s’est donné la permission de sortir de la boîte dans laquelle l’industrie et elle-même l’avaient enfermée. «Tout n’est pas parfait tout le temps. C’est la première fois que je me sens à l’aise de partager, à travers mes chansons, des expériences tant heureuses que malheureuses. Sur l’album, je parle d’épreuves que j’ai dû traverser, mais aussi de mes sentiments et de ce que je ressens», explique-t-elle.

Nikki présente donc un nouvel album moins léché que les précédents, mais tout aussi sophistiqué et puissant; à l’image de la femme moderne de 26 ans, forte et indépendante, qui assume totalement sa vulnérabilité et le type de musique qu’elle veut faire. Nikki a troqué une pop rose bonbon très festive pour une musique qui se frotte davantage au jazz et au RnB, ancrés à même ses racines. En effet, le grand public l’a, entre autres, découvert lors du Festival international de jazz de Montréal en 2006.

Le dalaï lama fête ses 85 ans avec un premier album

Musique

Le dalaï lama fête ses 85 ans avec un premier album

NEW DELHI — «Sagesse», «Compassion», «Courage»... Le dalaï lama a célébré lundi son 85e anniversaire en publiant son premier album, Inner World, où il récite des mantras et enseignements bouddhistes sur fond de musique méditative.

Disponible sur Youtube et les plateformes de musique en ligne, cet album de onze titres, alternant entre le tibétain et l’anglais, est le fruit de cinq ans de travail avec la musicienne néo-zélandaise Junelle Kunin, une disciple qui l’a persuadé de se lancer dans ce projet.

Klô Pelgag : La musique qui guérit

Musique

Klô Pelgag : La musique qui guérit

Bien avant la sortie de son troisième album, Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, Klô Pelgag avait mis la table avec un mini-documentaire nous racontant la genèse de sa création : après des années de surmenage, elle a filé un mauvais coton. «Un épais brouillard s’est installé dans ma tête», confie-t-elle. La musique, cette «amie», l’a aidée à le chasser.

Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, c’est un village du Bas-Saint-Laurent dont le simple nom terrifiait Chloé Pelletier-Gagnon quand elle était enfant. C’est aussi un endroit symbolique qu’elle a rebaptisé dans sa tête et où elle a placé ses angoisses et sa détresse quand elle a perdu pied. Klô Pelgag a eu l’occasion de faire la paix avec Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, qu’elle décrit comme un lieu «idyllique». Les nuages se sont dispersés aussi dans le ciel de l’autrice-compositrice-interprète, sacrée interprète féminine de l’année au gala de l’ADISQ 2018 pour son album L’étoile thoracique. Et ça, elle le doit beaucoup à sa création.

Et si on avait besoin de Deux Saisons?

On prend des nouvelles de...

Et si on avait besoin de Deux Saisons?

Cet été, Le Droit propose une série de portraits d’artistes s’étant retirés de l’avant-scène après avoir connu d’importants succès populaires, par le passé. Un peu par nostalgie, un peu pour découvrir ce qui a motivé leur discrétion, mais surtout pour le plaisir de voir ce qu’ils sont devenus, que ce soit à l’intérieur ou en marge de la sphère artistique.

Fondé au milieu des années 90 par Nicolas Doyon et quelques amis musiciens qu’ils fréquentait à l’université d’Ottawa, le quintette franco-ontarien Deux Saisons a connu son heure de gloire au tournant du millénaire, en offrant une musique énergique métissant folk, pop et racines trad’.

En 2002, alors au sommet de la gloire, la bande d’Ottawa lance coup sur coup deux albums (La grande virée de Deux Saisons et Plus ça change, moins c’est pareil», 3e et 4e opus de leur discographie), avant de se lancer dans une intensive série de tournées qui les conduira dans les écoles et festivals d’un bout à l’autre du Canada, puis jusqu’en France l’année suivante. 

Après ? Plus grand-chose...

Pourtant, le groupe ne s’est jamais officiellement dissous. 

Ses membres, toujours «grands chummies», continuent de se voir régulièrement, en privé ou pour échanger quelques notes sur scène. S’ils font de la musique ensemble, c’est en plus petit comité, souvent autour de Nicolas Doyon, mais sans trop oser reporter le nom Deux Saisons, pour ne tromper personne.

Les deux derniers concerts officiels de la troupe remontent à 2015  ( à La Nouvelle Scène) et 2017, au Festival du loup à Lafontaine. Mais il s’agissait là de gigs exceptionnelles, confessent les deux piliers du groupe, Nicolas  Doyon et Jean-Marc Lalonde, qui réservent ce genre de sorties à de «rares occasions». 

Les deux musiciens n’ont jamais rangé leurs instruments (Le premier propose ses services d’animation musicale; le second officie au sein de Hey Wow et La Ligue du Bonheur), mais ils se consacrent avant tout à leur deuxième passion, désormais: l’enseignement.

<em>Sonnez l’éveil</em> : Serge Monette chante contre le racisme inconscient

Arts

Sonnez l’éveil : Serge Monette chante contre le racisme inconscient

L’auteur-compositeur-interprète Serge Monette faisait paraître à la fin mars Sonnez l’éveil, disque brûlot qu’aura éclipsé la pandémie de COVID-19.

Mauvais timing que cette sortie en plein confinement, reconnaît le musicien franco-ontarien, surtout pour un album ‘coup de gueule’ revendiquant «l’urgence d’agir». Ses chansons sonnent comme autant d’appels à descendre dans la rue, pour y exprimer son indignation. À se «tenir debout» collectivement. Et à «réparer les injustices» du passé.

Observateur attentif de l’actualité, Serge Monette n’a pas la langue dans sa poche. Sonnez l’éveil  est l’expression – sans grand filtre – de ses inquiétudes. Il y dénonce toutes sortes d’injustices sociales, à commencer par les préjudices envers les Noirs, les Autochtones et les minorités francophones de l’Ontario.

Pour ce disque, l’ex-membre de Cormoran (1993-1997) a épaissi son folk de grooves électro et rock. Il l’a trempé dans un discours franchement contestataire. Et il a cherché à lui insuffler l’énergie de la jeunesse. L’énergie des adolescents que Serge Monette côtoie au quotidien, lui qui enseigne la musique. Et celle de deux très jeunes militantes parties sermonner l’ONU: l’écologiste Greta Thunberg et l’Autochtone Autumn Peltier, 13 ans, qui a sensibilisé l'assemblée de Nations-Unis à la problématique de l’eau potable sur les réserves. 

«Elles ont su se tenir debout. Ce sont de beaux modèles », parteage-t-il.

Le Franco-Ontarien (il a transplanté à Ottawa, puis à Almonte, ses racines sudburoises) devait lancer ce 4e album à La Nuit sur l’Étang ; les festivités ont été annulées, et son disque est passé complètement inaperçu, regrette-t-il. Il attends donc l’éclaircie sanitaire qui annoncera le retour des artistes à la scène. Mais pas passivement, puisqu’il a entre-temps fait fleurir la Toile de vidéos accompagnant ses chansons.

The Weeknd verse 500 000 $ pour lutter contre la COVID-19 à Toronto

Musique

The Weeknd verse 500 000 $ pour lutter contre la COVID-19 à Toronto

TORONTO — The Weeknd verse 500 000 $ aux hôpitaux qui luttent contre la COVID-19 dans le secteur est de Toronto, où le chanteur a grandi.

L’auteur-compositeur-interprète et producteur de disques, né Abel Tesfaye à Scarborough, a estimé «qu’il était important de redonner à la communauté» qui l’a élevé».

Jérémy Bédard reçoit la bourse du Grand Orchestre Grande Rivière

Musique

Jérémy Bédard reçoit la bourse du Grand Orchestre Grande Rivière

Clarinettiste de talent, le Gatinois Jérémy Bédard est le deuxième récipiendaire de la bourse d’excellence et de persévérance remise par Le Grand Orchestre Grande Rivière (GOGR) de Gatineau.

Finissant au programme concentration musique de l’École secondaire Grande-Rivière à Gatineau, Jérémy Bédard a été admis à l’Université d’Ottawa. Il débutera sa formation universitaire dès septembre.

Les Rolling Stones menacent Trump d'action en justice 

Musique

Les Rolling Stones menacent Trump d'action en justice 

LONDRES — Le groupe de rock britannique Rolling Stones menace le président américain Donald Trump de le poursuivre en justice s’il continue d’utiliser une de leurs chansons, You Can’t Always Get What You Want lors d’événements de sa campagne.

Les rockeurs sont en lien avec l’organisme américain de protection des droits musicaux, BMI, qui a prévenu que tout futur usage d’une œuvre des Rolling Stones lors de la campagne de Donald Trump violerait son accord de licence avec l’organisation.

«La BMI a informé l’équipe de campagne de Trump au nom des Stones que l’utilisation non autorisée de leurs chansons constituerait une violation de son accord de licence», indique un communiqué de presse publié par le site d’information Deadline, basé à Hollywood. L’article de Deadline a été retweeté par le compte Twitter officiel du légendaire groupe de rock.

«Si Donald Trump n’en tient pas compte et persiste, il serait alors poursuivi en justice pour avoir brisé l’embargo et avoir joué de la musique non autorisée.», est-il souligné dans ce communiqué.

Plusieurs artistes se sont opposés à l’utilisation de leur musique par Donald Trump. Le groupe de rock Queen s’était insurgé contre l’utilisation d’une des chansons les plus connues du répertoire rock — We Are the Champions — lors d’une apparition sur scène de Donald Trump à la convention républicaine en 2016.

Le groupe avait expliqué sur Twitter que leur tube avait été utilisé «contre leur volonté».

Adele, R.E.M, Neil Young... de nombreux artistes ou leurs héritiers ont eux aussi dénoncé l’usage de leurs œuvres pendant les rassemblements républicains.

Jill Barber: vulnérabilité affirmée

Musique

Jill Barber: vulnérabilité affirmée

Inspiré de la musique pop française et du yéyé des années 60, Entre nous de Jill Barber, son tout premier album composé de chansons originales en français, emporte ses auditeurs sur des airs dansants, jazzés et parfois torrides. La voix unique et les mélodies ensoleillées de la chanteuse nous font enfin plonger dans l’été.

En 2011, l’auteure-­compositrice-interprète anglophone avait conquis son public francophone en enregistrant Chansons, son premier album français sur lequel elle interprétait les chansons notamment de Raymond Lévesque, Édith Piaf et Henri Salvador. Ce n’est qu’aujourd’hui, neuf ans plus tard, que Jill Barber replonge dans sa francophilie avec des chansons originales, coécrites avec l’artiste montréalaise Maia Davies. 

«Au tout début, je devais faire un album avec des interprétations en français et seulement quelques chansons originales. Mais chaque jour, Maia me demandait ‘‘Quel est le sujet aujourd’hui?’’ et j’avais toujours des mots, des sentiments qui me venaient en français. J’ai donc développé ensuite les thèmes avec elle», raconte Jill Barber, qui s’est toutefois permis d’enregistrer pour l’album son interprétation, en français, de la chanson Suzanne de Leonard Cohen.

Pour la chanteuse, faire un album francophone et écrire des chansons en français a été une grande révélation dans sa carrière. «Quand j’écris en français, ça me permet d’exprimer une autre partie de moi. C’est une nouvelle voix qui est plus vulnérable… et un peu coquine», souligne-t-elle en rigolant. 

La musique d’Entre nous tire ses racines dans les chansons françaises des années 60. Ces airs, très féminins, légers et un peu coquins attirent grandement Jill Barber qui les a façonnés à sa manière dans son dernier album en leur donnant une petite twist moderne. La chanteuse souhaitait, en effet, pouvoir «exprimer l’esprit de ces chansons, tout en leur injectant l’âme “de la femme moderne”, «un empowerment féminin», façon 2020.

Eman : Le fruit du labeur

Musique

Eman : Le fruit du labeur

Avec plus de 20 ans de musique derrière la cravate, Eman peut revendiquer le titre de vétéran. Au sein du duo Accrophone, puis de la formation Alaclair Ensemble, dans des projets connexes ou en solo, le rappeur de Québec a avancé en cultivant l’authenticité. Avec son nouvel album, 1036, il pose un regard sur le chemin parcouru.

«J’ai 36 ans. Dans une carrière de rap, c’est quand même assez âgé. Mais moi, j’embrasse mes années à venir, honnêtement. Je ne suis vraiment pas quelqu’un qui est déçu de vieillir. Ça me fait un grand bien», assure-t-il.

La trame sonore métal de votre été

Musique

La trame sonore métal de votre été

Un tour d’horizon en cinq albums du meilleur metal de l’été 2020.

Lamb of god, Album éponyme, déjà sur le marché

En général, les groupes lancent des albums éponymes en tout début de carrière, mais les vétérans de la scène metal américaine Lamb Of God auront attendu plus de 25 ans avant de produire le leur. Sorti le 19 juin, l’album est un condensé du meilleur de Lamb Of God. Des riffs compliqués et entraînants, des solos techniques et mélodiques sous oublier des breakdowns toujours aussi lourds, le groupe sert sa recette gagnante, tout en gardant un côté innovateur. Après que Chris Adler, le légendaire batteur du groupe au style inimitable, ait dû quitter le navire en 2019, les admirateurs du groupe attendaient avec beaucoup d’impatience la prestation de son remplaçant, Art Cruz. L’ex-batteur de Wings of Plague vient compléter le brio des autres musiciens et participe à livrer l’un de leurs meilleurs albums depuis l’ère Sacrament et Ashes of the Wake. Le chanteur Randy Blythe fait quant à lui oublier ses 49 ans et offre une de ses prestations vocales les plus brutales, précises et lourdes. C’est un bon vin qui vieillit bien. L’album contient aussi deux pistes avec des artistes invités, Chuck Billy de Testament et Jamey Jasta de Hatebreed. Que du bonbon pour les oreilles des metalleux en cette saison estivale. 

Alexandre Da Costa et les Forces armées offrent <em>Amazing Grace</em> aux militaires venus en aide aux aînés [VIDÉO]

Musique

Alexandre Da Costa et les Forces armées offrent Amazing Grace aux militaires venus en aide aux aînés [VIDÉO]

Le violoniste Alexandre Da Costa s’est uni à La Musique du Royal 22e Régiment des Forces armées canadiennes afin de présenter le cantique Amazing Grace.

Leur réinterprétation de la célèbre mélopée chrétienne a fait l’objet d’une captation vidéo, disponible ici.

La participation du violoniste virtuose à cette performance musicale «virtuelle» (le soliste était à distance) est motivée par un «esprit de reconnaissance» du travail des Forces armées, explique l’équipe des relations de presse du musicien, Roy & Turner.

« Durant les derniers mois, j’ai été happé par de nombreux élans de solidarité de toutes sortes. J’ai été témoin d’images touchantes des militaires au service des personnes habitant dans les résidences pour aînés, la différence et l’impact qu’ils ont en ces temps de pandémie sont réels», indique Alexandre Da Costa.

La Musique du Royal 22e Régiment (MR22R) tenait à «rendre hommage» à l’abnégation des milliers de militaires qui, au service de leur pays», ont, ces derniers mois, «mis tout leur cœur et toute leur énergie pour prêter main-forte à des milliers de canadiens et canadiennes, dans le cadre de l’opération LASER», indique la troupe de musiciens du 22e, par voie de communiqué.

« Jouer virtuellement avec La MR22 des Forces armées canadiennes, c’était ma façon de mettre en lumière le beau qu’ils sèment, tout autour», poursuit le violoniste. Chef de l’Orchestre symphonique de Longueuil, M. Da Costa a longtemps oeuvré au Conservatoire de musique de Gatineau.

Pour cette prestation, les musiciens et musiciennes de la MR22R étaient sous la direction du Capitaine Vincent Roy. 

Seul régiment d’infanterie régulier entièrement francophone au Canada, le Royal 22e Régiment est l’un des trois grands régiments d’infanterie des Forces armées canadiennes. Il a pour quartier général la Citadelle de Québec.

Le Diable à Cinq en concert à Montebello pour la Saint-Jean

Arts

Le Diable à Cinq en concert à Montebello pour la Saint-Jean

Le groupe de musique traditionnelle Le Diable à Cinq entend bien célébrer la Fête Nationale avec le public – tout en respectant les mesures de distanciation sociale en vigueur.

La formation riponnaise propose ainsi un «spectacle nouveau genre», le 23 juin prochain à 21h. Prévu à Montebello, «sur l’ancien site du Rockfest», ce concert se déroulera «à la manière d’un ciné-parc, les spectateurs étant invités à rester dans leurs voitures», explique Éloi Gagnon-Sabourin, le chanteur et pianiste du quintette trad.

Des écrans géants diffuseront la prestation en simultané, et le son sera transmis directement aux voitures par ondes FM», assure-t-il. Le groupe performera sur une scène. Des feux d’artifice clôtureront la soirée.

Des mesures seront prises pour faciliter le respect des règles sanitaires, assure le musicien, qui est aussi co-organisateur du spectacle. Les véhicules seront positionnés à 2m les uns des autres; l’entrée se fera sans contact; le positionnement et le nettoyage des toilettes  sera pensé en conséquence; aucun service alimentaire ne sera disponible sur place, énumère-t-il.

Le projet a une portée régionale, car plusieurs municipalités de la MRC Papineau sont partenaires de l’événement, fait valoir M. Gagnon-Sabourin en mentionnant Duhamel, Lochaber-Ouest, Notre-Dame-de-Bonsecours, Fassett et Montebello. Cet engagement des municipalités « montre que la région est créative et prête à innover pour permettre d’offrir une célébration à ses résidents», se réjouit-il.

Les billets (35$ par véhicule, taxes et frais inclus) sont disponibles en ligne au www.psproduction.ca ou par téléphone au 819-981-1311

Plusieurs membres de la formation ont activement participé à l'organisation du récent Festival de musique traditionnelle de Papineau. La page officielle du groupe se trouve ici.

Jean Cloutier, un saxo en voyage dans la <em>world</em> musique

Musique

Jean Cloutier, un saxo en voyage dans la world musique

Après des années à arpenter les planches au côté de sa conjointe, la conteuse Danièle Vallée, dont il habillait musicalement les prestations scéniques, le saxophoniste Jean Cloutier se lance avec un tout premier album à son nom.

Son disque, un ep de jazz intitulé Hannah-Carillon, référence au coin de rue d’Ottawa près duquel il a été composé (Natif de Hull, Jean Cloutier a élu domicile dans le quartier Vanier il y a quelque 35 ans), est paru vendredi 12 juin.

Jo Panic, un pirate pas comme les autres

Musique

Jo Panic, un pirate pas comme les autres

Un pirate, ça peut être sympathique. Surtout s’il devient le copain des touts petits en leur partageant ses chansons et ses aventure.

C’est la prémisse de base de Jo Panic, un projet ludique et éducatif créé par Rob Langlois et qui, bientôt, pourra se faire des milliers de petits amis.

Un nouvel extrait pour Les Rats d’Swompe

Musique

Un nouvel extrait pour Les Rats d’Swompe

Le sens de la fête, les Rats d’Swompe l’ont dans le sang.

En ces temps de distanciation physique et de confinement, les regroupements se font rares. Alors, il n’en fallait pas plus que les Franco-Ontariens sortent leur violon et leurs chemises à carreaux et décident de remplir nos oreilles de leur trad tirant un peu sur un rock bien seyant.

Les Chiens Sales en version bande dessinée

Musique

Les Chiens Sales en version bande dessinée

Faire de la musique en confinement, c'est devenu la norme pour l'ensemble des artistes. 

Plusieurs se lancent dans des prestations live sur les réseaux sociaux ou l’écriture d’une chanson sur le thème de la pandémie alors que d’autres produisent des vidéoclips maison, histoire de garder le contact avec leurs fans.

Pour le groupe gatinois Les Chiens Sales, l’option du vidéoclip fut celle retenue pour maintenir ce lien si important entre le public et les artistes.

« Il n’était pas question de composer une chanson sur la pandémie, de confier Fouine Laflamme, le batteur du groupe. Personne dans le band n’avait envie d’écrire sur le sujet. »

L’idée de faire un clip est rapidement venue sur la table, mais comment faire une production de qualité et surtout, sur quelle chanson produire le clip.

« Il fallait faire un clip de confinement, soit de se filmer chacun de notre bord pour ensuite mettre les images ensemble, d’ajouter Laflamme qui réalise d’ailleurs tous les clips du groupe. Mais, je trouvais cette façon de faire surexploitée et un peu cheap. Il fallait donc trouver une idée originale. »

ParkaOne: de la musique en mots

Musique

ParkaOne: de la musique en mots

Issu d’un jeu d’adolescent, le hip-hop de Raphaël Langlais-Oligny, alias ParkaOne, a pris de la maturité à tel point qu’il l’a baladé sur plusieurs scènes underground montréalaises et même en Europe.

Aujourd’hui, celui qui se décrit comme un artiste en constante évolution, espère graver son art dans une jeunesse heureuse et ambitieuse.

Du country en français pour Damien Maze

Arts

Du country en français pour Damien Maze

Le Franco-Ontarien Damien Maze tente une incursion en français dans le monde de la musique country.

Le cowboy de Saint-Pascal-Baylon espère que la version française de son succès Nobody’s like you lui permettra de faire connaître sa musique au Québec et, du coup, amorcer un virage dans sa carrière.

« C’est tout un défi pour moi d’écrire en français, faisait remarquer Maze lors d’une entrevue accordée au Droit. Je dois avouer que mon premier contact avec l’écriture en français fut très difficile. J’ai dû réapprendre à faire sonner les mots avec ma musique. Depuis toujours, j’écris mes chansons en anglais donc, je pense en anglais. Maintenant, je dois faire autrement. »

Par contre, ce défi qui se dresse devant le chanteur country semble avoir été relevé de belle façon.

Avec la version française de Nobody’s like you, une balade parue en 2017 sur l'album Long Way Home, la tâche était plus simple. Non pas parce que la chanson était déjà écrite, mais surtout parce qu’il était accompagné de l’auteur-compositeur Michel Bénac, de LaFab.

« C’est Michel qui m’a approché et qui m’a convaincu de faire un virage francophone, explique-t-il. Au début, j’étais plutôt inquiet face au défi. Mais je me suis rappelé que plusieurs personnes m’ont demandé des chansons en français lors de mes derniers spectacles, principalement dans l’Est de l’Ontario où la population francophone est très présente. »