Arts et spectacles

Joyeux florilège musical

Granby — Vous aurez compris le jeu de mots entre Blue Suede Shoes et Blue Suede Show. Dans les deux cas, les chaussures y prennent toute la place. Et représentent le parfait prétexte pour danser tout son soûl ! Sur scène du moins.

Dans la grande salle du Palace de Granby, ce soir, tout dépendra du public. Comme au Théâtre du Casino du Lac-Leamy, où le Show est attendu 23 et 24 février. Mais la chanteuse Mélissa Bédard n’est pas trop inquiète. « Les gens se lèvent, on va dans la salle, on parle avec le public, c’est très interactif comme spectacle. On s’amuse beaucoup ! » lance-t-elle.

Arts et spectacles

Hedley sur scène malgré la controverse

Dans le cadre de sa tournée Cageless Tour, Hedley était de passage hier soir à la Place TD, à Ottawa, malgré les allégations d’inconduites sexuelles qui pèsent sur certains de ses membres dans les médias sociaux.

Néanmoins, le groupe Neon Dreams qui devait assurer une des premières parties hier soir avait choisi récemment de ne plus poursuivre la tournée avec la formation de Vancouver. 

La semaine dernière, c’est l’équipe de gérance du groupe pop-rock qui a décidé de les lâcher. Hedley, composé de Jacob Hoggard, Dave Rosin, Tommy Mac et Jay Benison, s’est également vu être écarté du gala des prix Juno la semaine dernière. 

Les Juno ont par ailleurs indiqué hier qu’ils ne désigneront pas de groupes ou d’artistes à la place de Hedley dans les catégories groupe de l’année, album pop de l’année et prix du public. 

Avec La Presse canadienne

Arts et spectacles

Le meilleur d’Angel Forrest

En mars, cela fera 30 ans qu’Angel Forrest est devenue chanteuse, un peu par accident. C’était à Montréal, elle avait 21 ans et assistait à un « jam session » avec des amis. Après quelques verres de vin, elle a osé faire entendre sa voix...

Témoin de ce moment et impressionné par ce qu’il venait d’entendre, le musicien Rob MacDonald lui a offert de monter sur scène... le samedi suivant. « Je n’étais pas une chanteuse. Mais quand j’ai commencé à chanter, c’est comme si un animal s’était libéré. Quand j’ai rouvert les yeux, tout le monde me regardait. Le feeling de liberté que je ressentais. Ahhhh ! », relate la blueswoman avec son charmant accent.

Musique

Hedley se retire de la liste des finalistes aux Juno

Les membres du groupe rock canadien Hedley ont retiré leur nom de la liste des finalistes aux prochains Juno et prévoient «parler de la façon dont [ils] ont déçu certaines personnes, et ce [qu’ils prévoient] faire à ce sujet».

Le groupe était en lice pour trois prix, dont celui du public, à la cérémonie prévue le 25 mars.

La semaine dernière, les musiciens ont perdu leur équipe de gérance et ont vu leur musique retirée de la rotation de plusieurs stations de radio dans la foulée de multiples allégations d’inconduite sexuelle diffusée par des internautes anonymes sur les réseaux sociaux.

Dans une déclaration publiée lundi, le groupe précise qu’il n’annulera pas les 23 spectacles prévus d’ici le 23 mars, parce que «la chose facile à faire serait d’annuler la tournée et de se cacher».

Le communiqué ajoute que le groupe souhaite «faire des changements positifs, à compter de maintenant». Le groupe s’arrêtera à Québec le 26 février.

Les anciens chouchous de MuchMusic — avec Jacob Hoggard à la voix, en compagnie de Dave Rosin, Tommy Mac et Jay Benison — avaient publié un communiqué mercredi dernier, démentant les allégations à leur endroit tout en admettant avoir par le passé «épousé un style de vie qui incorpore son lot de clichés du rock‘n’roll».

Neon Dreams et Shawn Hook, qui devaient assurer la première partie de Hedley lors des concerts, ont annoncé vendredi qu’ils se retiraient du reste de la tournée.

Musique

À la défense de la création contemporaine

Il n’est pas donné à tous les orchestres de défendre la création contemporaine, mais l’on ne pourra reprocher à l’orchestre du Centre national des arts (OCNA) de faillir à sa mission.

Entre Ravel et Shéhérazade, de Rimski-Korsakov, au programme alléchant des Mille et une nuits à la Salle Southam (20-21 février), se glissera la partition plus confidentielle d’un compositeur canadien actuel : le Concerto de l’asile, de Walter Boudreau. Ce concert revêt une importance particulière : il fera l’objet d’un enregistrement mettant en vedette le pianiste québécois Alain Lefèvre. Un défi à plus d’un égard !

Ce n’est pas nouveau, la musique classique traverse une phase de remise en question des repères traditionnels d’esthétique et de communication.

Dans ce contexte, les « têtes d’affiches » du répertoire classique attireront plus naturellement les spectateurs, ce qui n’empêche pas la direction artistique de l’OCNA de miser sur des partitions peu entendues, au risque d’effaroucher une partie de l’auditoire. Gageons que la présence d’Alain Lefèvre, au cours d’une prestation inédite pour l’enregistrement d’un disque à paraître en mars (à paraître ultérieurement), saura attiser la curiosité des mélomanes.

« C’est un concerto que je porte en moi depuis cinq ans, le stress est monstrueux », partage M. Lefèvre, joint quelques jours avant la prestation. À la clé : 50 minutes au service d’une partition « épique, titanesque, géniale ». Il s’agit d’une durée rare pour une telle forme instrumentale traditionnellement ficelée en trois mouvements de 20 minutes maximum. 

Le Concerto de l’asile est né d’une courte valse que Walter Boudreau avait composée pour une production théâtrale de L’Asile de la pureté, écrite en 1948 par le poète avant-gardiste Claude Gauvreau. « Une valse capable de hanter le public, à la manière du thème du Boléro de Ravel », précise le pianiste séduit, à l’époque, par la trouvaille musicale de Boudreau au point d’encourager le compositeur à écrire un concerto entier autour de cette valse.   

Piano star

Ça fait un bail que le pianiste québécois est entré dans le club très restreint des solistes invités par les principaux orchestres. Mais il ne s’était encore jamais produit sous la baguette d’Alexander Shelley, de 17 ans son cadet.

« J’ai beaucoup entendu parler de lui, évoque le pianiste. Je voulais faire enregistrer ce concerto par un orchestre canadien et je vois depuis quelques années que l’OCNA est extrêmement actif à la promotion de la musique canadienne. »

Ce n’est pas la première fois que la vedette du piano défend les signatures contemporaines de ses concitoyens : Alain Lefèvre a notamment ravivé l’œuvre oubliée du compositeur québécois André Mathieu (1929-1969) en faisant paraître un disque-hommage (Analekta, 2015). Un concert lui étant consacré prendra l’affiche à la Maison Symphonique de Montréal au printemps.

« C’est très important pour moi de faire la promotion de la musique canadienne, insiste le pianiste. Combien de fois encore allons-nous ré-enregistrer des symphonies de Beethoven alors qu’il existe déjà des milliers de versions disponibles sur le marché ? Je crois que les choses sont en train de changer. » 


POUR Y ALLER

Quand ? 20-21 février

Où ? Salle Southam

Renseignements : 613-947-7000

Spectacles

Allégations d'inconduite sexuelle: Hedley ne jouera pas aux Juno

TORONTO - Le groupe rock canadien Hedley ne montera finalement pas sur scène au prochain gala des prix Juno. Les organisateurs ont annulé la prestation à la suite d'allégations d'inconduite sexuelle.

Dans un communiqué publié sur Facebook, la formation qualifie les récentes allégations d'inconduite sexuelle visant ses membres de «non fondées». Les membres ont choisi ce moyen de communication pour répondre aux allégations impliquant de jeunes fans qui ont circulé sur Twitter au cours des derniers jours.
Les musiciens de Vancouver ont reconnu que, «dans le passé», ils ont adopté «un style de vie incorporant certains clichés du rock 'n' roll».
Toutefois, ils assurent qu'«il y a toujours eu une ligne» à ne pas franchir et qu'ils «ne l'auraient jamais franchie».
Le groupe formé du leader Jacob Hoggard et des musiciens Dave Rosin, Tommy Mac et Jay Benison est en lice dans trois catégories au prochain gala des prix Juno, dont choix du public, groupe de l'année et album pop de l'année.
Hedley devait aussi offrir une prestation lors de l'événement télévisé, mais le numéro a été retiré du programme à la suite d'une «décision commune» entre les artistes et les organisateurs.
Dans le communiqué, le groupe présentement en tournée à travers le Canada soutient qu'il «évalue ses prochaines démarches».
«Nous admirons le courage des personnes qui ont dénoncé en racontant leurs histoires, et nous comprenons que tous ensemble, en tant qu'individus et en tant que société, on peut et on doit faire mieux face à ce problème», peut-on lire dans la déclaration.
«Toutefois, si nous devons avoir une discussion constructive, ouverte et honnête, nous devons accepter et respecter le fait qu'il y a au moins deux côtés à chaque histoire. Les récentes allégations à notre endroit, publiées sur les réseaux sociaux, sont tout simplement sans fondement et n'ont pas été confirmées. Nous espérons que les gens gardent en tête le contexte dans lequel ces accusations non fondées ont été faites avant de porter un jugement envers nous en tant qu'individus ou en tant que groupe», ajoute-t-on dans le communiqué.
Cette déclaration fait suite à une vague d'allégations publiées sur Twitter par des utilisateurs anonymes qui allèguent avoir vécu des rencontres inappropriées avec le groupe. Certains internautes réclamaient d'ailleurs que l'organisation des prix Juno retire Hedley de sa liste d'artistes invités.

Musique

Les Foo Fighters au Bluesfest d’Ottawa

Les Foo Fighters, Shawn Mendes, Beck et Bryan Adams se partageront le haut de l’affiche de la 24e édition du Ottawa Bluesfest, qui se tiendra du 5 au 15 juillet sur les plaines Le Breton.

Les organisateurs du festival ont dévoilé lundi les premiers noms de leurs invités. La liste, qui comme d’habitude tire dans toutes les directions, comprend tant des vétérans, tels Jethro Tull ou Nick Lowe (qui sera entouré de Los Straitjackets), que des phénomènes très actuels, comme Jessie Reyez (en pleine ascension, la jeune chanteuse torontoise est actuellement en lice pour trois prix Junos, pour son ep Kiddo).

Des artistes qui déménagent – le Dave Matthews Band, pour les amateurs de rock ; Rise Against pour les fans de punk-rock – y côtoient des voix pop (le trio des frères Hanson), soul (la Néo-Zélandaise Kimbra), folk (Liza Anne), hip-hop (Naughty By Nature), reggae (Shaggy), électro (le dj torontois Grandtheft ; le duo electro-funk montréalais Chromeo), musique du monde (Jupiter & Okwess, la bande du Congolais Jupiter Bokondji) et country (l’Américain Sturgill Simpson).

Une centaine de noms ont été dévoilés lundi. Parmi les invités notables par leur popularité se distinguent les bandes The War On Drugs, The Strumbellas, The Julian Taylor Band, Three Days Grace, le songwriter A.J. Croce ainsi que l’ovni punk-blues lBob Log III, un énigmatique homme-orchestre à tête casquée.

Blues

La portion blues fait appel à des artistes en vue tels que Colin James, l’harmoniciste John Németh Red Young (un claviériste texan presque septuagénaire, qui a collaboré avec Eric Burdon), le power trio River City Junction, le Ray Montford Group et Brandon Santini. Pour une touche féminine de blues, on peut compter sur la présence de la saxophoniste Vanessa Collier et sur celle de Molly Tuttle, une virtuose du banjo.

Mentionnons aussi l’inclassable Benjamin Booker, dont le dernier album déborde du blues pour explorer la soul et le gospel. Sans oublier le trio d’Ottawa MonkeyJunk (qui court la chance de remporter un second trophée Juno grâce à Time To Roll, son cinquième album), l’orchestre de cuivres The Bank Street Bonbons et le trio Joe McDonald & the Walkin’ Hawks, eux aussi ottaviens.

Formations ottaviennes

Quelques formations locales se glissent dans cette liste, dont la bande rock d’Amos the Transparent, le rappeur d’origine ojibwe Cody Coyote, Her Harbour (l’Ottavienne d’adoption Gabrielle Giguère) ou le trio rock alternatif gatinois Okies.

Aucun nom francophone ne se retrouve dans cette liste préliminaire, malgré la présence de Her Harbour et celle de Sweet Crude (un sextet louisianais versé dans le rock indé, mais branché sur les traditions Cajun, dont le répertoire est composé de quelques chansons francophones).

« C’est toujours un défi de réunir année après année une programmation à la fois attirante et diversifiée, mais cette année on a vraiment réussi à attirer de gros noms dans plein de sphères musicales très différentes », s’est félicité lundi le directeur artistique du Bluesfest, Mark Monahan. Il en a profité pour mentionner les deux prestations qu’il attend avec le plus d’impatience, à titre personnel : Beck et Sturgill Simpson.

Débordements

M. Monahan n’a en revanche pas voulu parler des opérations logistiques envisagées pour éviter que ne se reproduisent des débordements similaires à ceux de la précédente édition. Le 13 juillet dernier, le concert de la bande de rap Migos avait attiré une foule jeune et plus turbulente qu’à l’accoutumée, qui avait afflué un peu à la dernière minute. Quelques petites grappes d’individus avaient tenu à s’approcher de la scène, malgré la foule déjà présente, et avaient donc joué du coude. À cause de cette  cohue, les gardes de sécurité du festival avaient dû extirper plusieurs personnes qui s’étaient retrouvées écrasées. Quelques bouteilles et canettes avaient été lancées dans la foule. Ce soir-là, les paramédics ont dû soigner 200 personnes pour des blessures ou des cas d’intoxication, a rapporté le Ottawa Citizen.

À la fin janvier, les responsables du Bluesfest ont participé à une rencontre publique permettant de prendre le pouls de la communauté des fans et écouter ses suggestions pour faire de l’enceinte du Bluesfest un environnement plus sécuritaire.

Drônes, présence policière accrue, meilleur éclairage sur le site... « On a entendu beaucoup de suggestions, et on va essayer d’en intégrer le plus possible. [...] Mais je veux souligner que, de tous les problèmes qui ont été soulevés lors de cette rencontre, aucun n’est insoluble. »

La réunion a eu lieu il y a à peine deux semaines ; il est donc prématuré pour M. Monahan de parler des changements apportés à l’événement : « On fera une annonce au sujet des améliorations logistiques dans les mois qui viennent », s’est-il contenté de dire.

Impossible de savoir s’il y aura une soirée plus spécifiquement dédiée au rap, ou si la programmation hip-hop sera diluée au fil des dix jours de festival – ce qui est une des suggestions formulées lors de cette réunion.

Par souci de versatilité, « on va continuer à programmer du rap », précise M. Monahan. « Cette année, on s’est donné l’objectif d’inviter plus de femmes qui font du hip hop et du R&B », souligne le directeur artistique, en mentionnant Jessie Reyez, la rappeuse de Chicago Noname, Kodie Shane, d’Atlanta, et la Coréenne Yaeji. 

« On essaie de plaire à un public très divers, et on ne veut exclure aucun genre. En cela, notre approche n’a pas changé. Mais on essaie aussi d’être sensibles à différents genres de hip hop » poursuit-il en mentionnant le « hip-hop plus pop » du collectif Brockhampton, plus calme que Naughty By Nature, Black Iri$h ou le rappeur Texan Machine Gun Kelly.

Billets

Le Bluesfest, qui se targue d’attirer près de 300 000 visiteurs chaque année, évalue à 37, 5 millions $ les retombées économiques du festival sur la région d’Ottawa-Gatineau. Plus de 3500 bénévoles contribuent à son bon fonctionnement, indique le site officiel du festival.

Les billets et les bracelets seront mis en vente vendredi 16 février à 10 h (en prévente le 15). 

Programmation et réservations www.ottawabluesfest.ca.

Les autres invités du Bluesfest 2018 :

À l’adresse des mélomanes plus pointus, mentionnons que Le line-up préliminaire comprend également Rae Sremmurd ; Brett Eldredge ; Zeds Dead ; Courtney Barnett ; St. Paul & The Broken Bones; Oh Wonder; Ghostface Killah; Lighthouse; Passenger; M. Ward; Greta Van Fleet ; Keys N Krates; Dear Rouge; Lauv; Beth Hart ; The Spencer Lee Band; Chelsea Cutler; Larkin Poe; RL Boyce ; Fortunate Ones; Andrew «Jr. Boy » Jones ; The Suitcase Junket; John Németh; Hat Fitz & Cara; Steve Hill; The Texas Horns; The Split; Mr. Sipp; The Lachy Doley Group; Anthony Geraci ; TJ Wheeler ; Alanna Sterling & The Silvers; Andrew Cassara; Andrew Waines; Animal Confession ; Aspects & Rita Carter ; Brock Zeman; Catriona Sturton; City Fidelia; Graven; Hevve; JW-Jones ; Kimberly Sunstrum; Krystal Jyl and the Jacks; leMeow; Morris Ogbowu; Stone Age Man ; TAPAS ; Tara Shannon ; The Angelina Hunter Trio ; The PepTides; The Town Cryers; Vicki Brittle.

La liste s’allongera d’ici quelques semaines.

Arts et spectacles

Michael Jackson accusé de plagiat par Quincy Jones

NEW YORK — Le célèbre producteur Quincy Jones, derrière les plus grands succès de Michael Jackson, a accusé le roi de la pop d’avoir plagié plusieurs de ses tubes, dont le mythique Billie Jean.

« Je n’ai pas envie de le dire publiquement, mais Michael a volé beaucoup de trucs. Il a volé beaucoup de chansons », a déclaré le producteur de 84 ans qui a participé à la création des albums mythiques Thriller et Bad.

Musique

Faire résonner la musique autochtone

Défricheur de nouveaux talents, le festival Megaphono adopte une nouvelle ligne musicale pour sa 4e édition, du 8 au 10 février. Parallèlement aux concerts-éclairs d’artistes indépendants, souvent émergents, il convie pour la toute première fois des vétérans de la scène autochtone. Audacieux !

Un nouveau partenariat avec le Centre national des arts ; un spectacle de réconciliation avec les Premières nations le 9 février, au théâtre du CNA : son producteur Kevin Howes revient sur l’incroyable épopée de son album Native North America (Vol. 1) paru en 2014 sous l’étiquette Light In The Attic, nominé aux Grammy contre toute attente et adapté à la scène dans une formule fort prometteuse.

Prix Junos

Quatre nominations pour Arcade Fire

TORONTO — Arcade Fire et Jessie Reyez sont les principaux finalistes au gala des prix Juno à Vancouver.

Arcade Fire est en lice dans les catégories du meilleur groupe, de la meilleure chanson, du meilleur album et du meilleur album alternatif.