Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Arts

Koriass, Tire le Coyote et plusieurs autres pour la Coop Le Soleil

Les artisans de la Coop Le Soleil organisent un spectacle-bénéfice afin de soutenir la coopérative de solidarité qu’ils mettent sur pied pour relancer le journal. Intitulé Québec, mon amour, le spectacle réunira plusieurs artistes locaux sur la scène de l’Impérial Bell le 27 novembre, dès 20h.

Déjà, Tire le Coyote, Koriass, Pascale Picard, Sarahmée, Liana et Simon Kearney ont confirmé leur participation. D’autres artistes seront annoncés dans les prochains jours. 

«C’est magnifique de voir que les artistes de la scène musicale de Québec se mobilisent et nous appuient. Ce sera, sans l’ombre d’un doute, une soirée magique et chargée d’émotion à l’Impérial», dit Marc Allard, journaliste et chroniqueur au Soleil et un des organisateurs du spectacle.
+

Musique

Un album après «La voix» pour Geneviève Jodoin

Au lendemain de son lancement montréalais et à la veille de celui qu’elle tiendra vendredi à son auberge de L’Isle-aux-Coudres, La Fascine, la chanteuse Geneviève Jodoin a fait escale jeudi dans la capitale pour présenter son nouvel opus, J’ai toujours su

Sortie gagnante du concours télévisé La voix au printemps dernier, elle avait déjà trois albums à son actif avant de se présenter derrière les fauteuils pivotants du plateau de TVA. 

Sur cette nouvelle offrande, elle chante notamment les mots de Frédéric Boudreault, David Portelance, Marc Séguin, Nicolas Boulerice et Frédéric Baron. L’album arrive dans les bacs le 15 novembre.

Musique

La soif de création de Michel Lalonde

Dès les premières intonations de la ballade «J’suis fait comme ça», ceux qui avaient 16 ans en 76, comme dans la chanson de Beau Dommage, reconnaîtront la voix de Michel Lalonde, leader du légendaire groupe Garolou. Quarante ans plus tard, le chanteur franco-ontarien revient en solo, fort d’une belle maturité, pour offrir un autre album de son cru.

Parce qu’il se sent en pleine forme à 72 ans, qu’il a encore plein d’énergie, et surtout parce qu’il a le goût d’explorer de nouveaux horizons, Lalonde a senti le besoin de plonger dans la création, huit ans après Amour fou. «J’ai comme l’impression de juste commencer à comprendre comment ça fonctionne...», glisse-t-il, badin, au bout du fil, depuis sa résidence d’été de Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard.

Radio

Gregory Charles vend la station CJPX-FM 99,5

MONTRÉAL - Gregory Charles a conclu une entente pour la vente de sa station montréalaise CJPX-FM 99,5 à Leclerc Communication.

La transaction a été soumise au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) pour approbation.

Les propriétaires de Leclerc Communication, Jean-François et Nicolas Leclerc, ont également demandé au CRTC de pouvoir modifier les conditions de licence de CJPX-FM 99,5, pour la faire passer d’une station de format spécialisé à une station de musique populaire qui diffusera de la musique pop-rock et alternative.

Leclerc dit ainsi souhaiter donner à la station un format semblable à celui de sa station de Québec, WKND 91,9, lancée en juin 2012.

Jean-François Leclerc, vice-président Programmation de Leclerc Communication, affirme que l’entreprise cherchait depuis plusieurs années à étendre sa marque dans le marché montréalais.

Et même si cette annonce marque la fin des activités de Radio-Classique sur la bande FM à Montréal, Gregory Charles et son groupe Média ClassiQ ont dit souhaiter continuer d’offrir sa programmation par le biais du web, au radioclassique.ca.

Radio-Classique continuera également ses activités au 92,7 FM à Québec.

«Il y a 4 ans déjà, je me suis engagé, avec Média ClassiQ et notre équipe de passionnés de musique classique, à prendre la relève de Jean-Pierre Coallier et à diffuser, grâce au réseau Radio-Classique, la plus belle musique au monde à Montréal, à Québec, partout au Québec et de fait dans le monde entier», a expliqué Gregory Charles, par communiqué.

«Le monde de la radio est cependant en grande métamorphose et la vaste majorité des auditeurs de Radio-Classique l’écoutent désormais via le web.»

Arts et spectacles

Rayannah: explorations vocales et sonores

La Franco-manitobaine Rayannah revient à Ottawa, auréolée de son passage aux Western Canadian Music Awards, à Whitehorse (Yukon), où la musicienne s’est démarquée en décrochant deux trophées — Artiste francophone de l’année et Réalisatrice de l’année — pour son album Nos repaires.

Ce disque bilingue, qui a été mixé à La piaule, le studio de Fred Levac (Pandaléon), dans l’Est ontarien, elle était venue lancer à Ottawa en avril dernier. Sa parution était trop récente pour qu’il puisse intégrer à la compétition des Trille-Or, tenue à Ottawa en mai... ce qui n’a pas empêché la musicienne de rafler le prix Export Ouest au gala ottavien.

Musique

Pomme bien en contrôle

Amoureuse du Québec, la Française Pomme y a passé beaucoup de temps dans les dernières années. Au contact d’amis musiciens, elle s’est imprégnée d’un rythme créatif et d’une façon de faire qui l’ont poussée à revoir sa propre méthode. Si bien que «Les failles», son deuxième album, elle le considère presque comme son premier.

Après des années à faire ses classes sur scène, Claire Pommet a fait paraître sous son pseudonyme fruité une première collection de chansons à l’automne 2017. Sous étiquette Polydor, une filiale du géant Universal, elle avait été prise en charge : un directeur artistique, des collaborateurs triés sur le volet et une place modérée pour déployer ses propres créations. Beaucoup d’effort, donc, qui n’ont pas eu la résonance souhaitée, du moins dans les médias.

Musique

La quatre-vingtaine rayonnante de Michel Louvain

Fort d’un nouvel album, «La Belle vie», Michel Louvain est remonté sur scène, du haut de ses 82 ans. Une tournée au rythme plus «cool» qu’auparavant, sans doute... mais entamée avec la même « passion » qu’à ses débuts, promet celui qui aligne pourtant quelque 62 années de carrière.

Après une conversation téléphonique de 45 minutes, rien n’aura pu donner l’impression que la moindre étincelle de cette flamme est fabriquée. Bien au contraire, vu l’excellente moyenne au bâton, en terme d’éclats de rires.

Arts et spectacles

Alex Nevsky: tracer sa route

Il s’en est passé des choses dans la vie d’Alex Nevsky depuis Nos Eldorados, lancé en 2016. Trois ans, deux coups de foudre, plusieurs voyages, des concerts et beaucoup de télévision plus tard, l’artiste nous revient avec son nouvel album Chemin sauvage.

Il serait toutefois hasardeux de se fier uniquement au premier extrait que le chanteur a rendu public en septembre dernier, Mes yeux, dont le clip avait des airs de fin du monde, malgré la mélodie résolument entraînante.

Musique

Harry Manx : Guitariste du monde, entre deux îles

Le guitariste canadien Harry Manx sera de passage à Lac-Mégantic le 7 novembre prochain pour présenter son spectacle Mysticssippi et interpréter les chansons de son dernier CD, Faith Lift.

Arrivé au Canada en 1959, Harry Manx est né sur une île, celle de Man, dans la mer d’Irlande, près de l’Angleterre. Et aujourd’hui, il demeure sur l’île Saltspring, en Colombie-Britannique. Entre les deux îles, il a parcouru le monde pour poursuivre une carrière musicale marquée par de multiples influences.

Arts

La Gatinoise Sophie Berriault sacrée «jeune philanthrope par excellence»

Sophie Berriault recevra le «Prix Jeunesse par excellence en philanthropie - 18 à 35 ans» que lui remettra l’Association des professionnels de la philanthropie (APP) le 15 novembre prochain, à l’occasion de la journée nationale de la philanthropie.

Atteinte par la sclérose en plaques (SP), la Jeune gérante d’artistes – qui a oeuvré longtemps à Ottawa, où elle s’est occupée du groupe Pandaléon et a collaboré avec l’APCM, avant de déménager à Montréal – avait dû mettre fin à sa carrière à cause de la fatigue liée à la maladie.

Mettant à profit son réseau artistique, son expertise et son dynamisme, Mme Berriault a néanmoins organisé l’an passé à Montréal le SP Show, un concert-bénéfice réunissant Lisa Leblanc, Safia Nolin, Klô Pelga et Émile Bilodeau (entre autres), qui a permis de récolter 25 000 $ pour lutter contre la SP.  

À la suite du succès du SP Show, la Société canadienne de la sclérose en plaques (SCSP) a mis sur pied le Fonds Sophie Berriault (FOND SB), dédié à la recherche médicale liée à la SP et destiné à mettre en place des programmes destinés aux jeunes atteints de SP. Sophie Berriault s’est engagée à amasser 20 000 $ par année, pendant trois ans.

«Je n’ai peut-être pas gagné de Félix, mais ce prix est mille fois mieux ! » s’est enthousiasmée jeudi Sophie Berriault, en annonçant qu’elle profitera de ce moment de reconnaissance, le 15, pour lancer une campagne de sociofinancement visant à amasser 10 000$ pour ce Fonds.

«Je suis [...] très reconnaissante envers la SCSP d’avoir déposé ma candidature! À chaque année, depuis que j’ai du fermer mon agence d’artistes, j’ai toujours un petit pincement au coeur quand le temps de l’ADISQ arrive. Mon souhait aurait été de gagner un Félix ! [...] Le prix qui me sera remis le 15 novembre vaut mille fois plus qu’un Félix. Faire une différence dans la vie de personnes atteintes de SP [...] a un impact à un niveau qui est plus grand que moi. Et quand on s’investit dans plus grand que soi, on créé du beau ! »

Le Fonds SB servira entre autres à la production de la deuxième édition du SP Show, à la création d’une équipe qui participera au Vélotour SP à Trois-Rivières les 29 et 30 août 2020, ainsi qu’à la production d’une websérie.

La SP maladie touche plus de 77 000 personnes au Canada, dont environ 20 000 au Québec, rappelle-t-elle.

Musique

La petite révolution de Flore Laurentienne

«Flore Laurentienne volume 1» marque le début de la démarche musicale personnelle de Mathieu David Gagnon. Celui qui a signé les arrangements de l’album «L’Étoile thoracique» de Klô Pelgag et qui s’active sur les claviers de l’Opéra rock des Hôtesses d’Hilaire se lance dans un projet orchestral aux couleurs du fleuve et de la végétation sauvage.

«Je n’avais pas envie que le projet porte mon nom, je voulais que l’humain s’efface derrière la musique, indique Mathieu David Gagnon. “Flore laurentienne”, ça veut dire tout ce qui pousse le long du fleuve Saint-Laurent sans l’aide de l’homme.»

Arts et spectacles

Dramatik et Manu Militari à Gatineau

Dramatik et Manu Militari offriront chacun une prestation au bistro Le Troquet, les 22 et 23 novembre, dans le cadre des Soirées insolites organisées par Impératif Français.

L’organisme propose donc cette année une édition 100 % hip hop keb, pour son « bonbon culturel de l’automne ».

Arts et spectacles

La nature humaine d'Alexandre Poulin [VIDÉO]

Quand on pense à tout ce que peut le genre humain, le spectre des possibles est large. L’humanité a ses travers et ses grandeurs, on la sait capable du plus joli comme du très odieux.

« On nomme souvent les extrêmes lorsqu’on évoque la nature humaine, mais moi, ce qui m’intéresse surtout, c’est le terrain qui existe entre les deux pôles », explique Alexandre Poulin.  

Au cœur de cet espace où cohabitent les zones d’ombre et les éclats de soleil, l’auteur-compositeur-interprète sherbrookois a puisé l’inspiration pour de nouvelles chansons. 

À travers les 10 titres qui tissent Nature humaine, son cinquième opus, il n’a pas peur de se promener dans les pans plus sombres de notre espèce, mais il pointe aussi les puits de lumière. Ceux qui éclairent le chemin, qui donnent foi en l’autre.

« Il y a des chansons qui frappent, sur le disque, mais on sent quand même l’importance de rêver, de se projeter du bon côté des choses. Je pense que ça donne un tout assez balancé », image le musicien établi à Montréal. 

Dans ce tout, il y a du doux. L’histoire de cet amour qui arrive alors qu’on n’y croyait plus (Courte échelle), par exemple. Il y a des mots coups de poing aussi. Des thèmes délicats comme celui de la violence conjugale, que le parolier aborde à travers une fable aviaire où colombe et corbeau tombent amoureux pour le meilleur... mais surtout pour le pire. Le drame couve. Et le sang finit par couler.  

« Tourterelle triste, c’est probablement la chanson la plus noire du disque. C’est très cru, dans une certaine mesure, mais le fait que ce soit raconté à travers une métaphore permet à l’auditeur de se laisser porter parce que le sujet est exposé de façon moins frontale. J’avais envie de parler de ça parce que devant chez moi, il y avait une maison pour femmes violentées. Plusieurs d’entre elles se retrouvaient à fumer une cigarette sur le trottoir, près de ma maison. Au fil du temps, j’ai jasé avec l’une, avec l’autre. À un moment donné, j’ai réalisé qu’elle racontait toute la même histoire, à quelques nuances près. Le cycle de la violence se répète et se ressemble, c’est une boucle qui a des répercussions sur des générations. » 

Musique

«1952» de Geoffroy: amour maternel, amour éternel

L’auteur-compositeur-interprète Geoffroy Sauvé a puisé l’inspiration de son deuxième album à la source même de son existence. Sur «1952», une œuvre intime dédiée à sa mère décédée, l’artiste plonge dans ses souvenirs d’enfance avec une nostalgie et une mélancolie empreintes d’espoir.

« Cet album, je l’ai fait pour moi. C’est vraiment quelque chose de personnel rendu public », avoue Geoffroy, dont la mère a été emportée par un cancer du sein en 2017.

Alors que son premier album Coastline n’était paru que depuis un mois, Geoffroy s’est remis au piano pour composer la musique de ce qui deviendrait deux ans plus tard, 1952. « Il y avait déjà un sentiment de nostalgie dans l’instrumental. Quand j’ai écrit les paroles à propos de mon enfance, de ma mère, de ma famille, j’ai réalisé que j’avais peut-être besoin de m’exprimer sur ce sujet et de lui parler d’une certaine manière », confie Geoffroy.

Trouver les mots justes pour des chansons aussi personnelles n’a pas été un processus facile. « Ç’a pris beaucoup de temps pour trouver les bons mots, les bonnes phrases pour le dire d’une manière douce sans que ce soit lourd ou triste. »

L’album qui est sorti vendredi a ainsi été une sorte d’exutoire pour l’auteur-compositeur-interprète, et le titre s’est imposé de lui-même.

« Ma mère est née en avril 1952, je trouvais ça évocateur, mais aussi assez implicite pour ceux qui ne veulent pas se poser plus de questions. »

Si Geoffroy a dédié l’album à sa mère, celle-ci n’a pas eu l’occasion d’entendre l’hommage que lui rend son fils. « Mais j’ai eu le temps de lui dire avant qu’elle parte, que l’album lui serait dédié », se rassure-t-il.

Hommage poétique 

Tout en simplicité, l’illustration de la pochette de l’album, réalisée par l’artiste tatoueur Dan Climan, est inspirée d’une photo. 

« Je lui avais envoyé 100 photos de ma mère accompagnées d’une description, pour le contexte. Et il m’est revenu avec 5 illustrations. Dès que je l’ai vue, j’ai dit : “C’est la pochette de couverture, on n’a pas besoin de plus.” Je voulais garder ça simple, élégant, et discret. Je trouvais que c’était plus poétique. »

Arts

Angel Forrest : la grâce à tout prix

Pour son nouvel album Hell Bent with Grace, Angel Forrest a tout simplement décidé de voir les bons côtés de la vie. Si elle avoue y aborder des thèmes plus sombres, il s’agit pour elle d’un processus très thérapeutique. Chose certaine, la reine du blues ne quittera pas la scène de sitôt.

Sur cet opus, Angel propose onze nouvelles compositions blues, country et rock, en collaboration avec ses coéquipiers Ricky Paquette et Denis Colombus. Le trio a entamé la réalisation de cet album il y a un an. 

« On était dans l’ouest du Canada et on a commencé à écrire chez un ami. Tout a déboulé très vite. Quand j’ai ressenti le besoin de faire un album, je n’ai pas tardé. J’ai pris beaucoup de notes et au moment où l’on a commencé à écrire, c’était vraiment comme une fontaine d’eau, ça n’arrêtait pas », avance Angel Forrest. 

« C’est une introspection sur ma vie, sur où j’en suis actuellement, enchaîne-t-elle. Je vois la maladie et la mort autour de moi et je voulais en parler sur mon nouvel album. Je voulais parler de ma mère qui est décédée depuis six ans, de mon cousin qui s’est suicidé, de mes fils qui vieillissent et qui partent, de mon ami qui, malgré le cancer, continue de poursuivre ses passions. »

« Mais il y a aussi beaucoup de choses qui ont changé positivement dans ma vie dans les dernières années », ajoute celle qui a récemment vendu sa maison et plusieurs de ses biens pour emménager avec son conjoint dans un autobus. S’ajoutent à cela plusieurs séances de yoga qui ont changé des aspects de sa personnalité.

« Je veux apprécier chaque moment. La vie, ce n’est pas une course. Il y a la musique, mais il y a aussi, maintenant, un bon cours de yoga! J’avais un trouble obsessif compulsif. Je me lavais les mains 15 fois par jour. Depuis que j’ai commencé le yoga, c’est terminé. »

Alors que la chanteuse dit traverser « l’automne de sa vie », elle explique se sentir plus forte que jamais. 

« Oui, j’ai 52 ans et je fais de la musique depuis 30 ans. Oui, j’ai une belle carrière et je veux continuer à faire de la musique, mais je veux continuer à en faire pour moi. L’album, c’est ce qu’il dit. Il y a aussi la ménopause qui est une grande épreuve, mais nous, les femmes, nous pouvons surpasser cette épreuve. Je le sais, j’en suis la preuve vivante », affirme la chanteuse. 

C’est pour ces nombreuses raisons qu’Angel Forrest a titré l’album ainsi. « Je suis complètement déterminée à continuer ma vie avec grâce. »

Quatre lancements

Pour Hell Bent with Grace, Angel Forrest a prévu rien de moins que quatre spectacles de lancement. Le premier se fera le 1er novembre à Montréal, le même jour que la parution du disque. Suivront trois autres lancements, le 14 novembre à Sherbrooke, le 16 novembre à Gatineau et le 21 novembre à Québec.

Bien qu’elle ait apprécié son retour en studio, Angel Forrest dit continuer à faire ce métier pour la scène. 

« Si des musiciens font plusieurs heures de route, loin de leur famille et de leurs proches, c’est parce qu’il y a quelque chose qui se produit sur scène qui est inexprimable. C’est pour cette raison que l’on continue! Et en ce moment, il y a une énergie incroyable dans le groupe. »

Angel, Janis et BJM Danse

Angel Forrest, que plusieurs surnomment la Janis Joplin québécoise, a prêté sa voix à la chanson Ball and Chain pour un duo de danse des Ballets jazz de Montréal signé Andonis Foniakadis et baptisé Soul. C’est après s’être fait refuser les droits de la chanson originale de Janis Joplin que la compagnie de danse s’est tournée vers Angel. 

« En fait, j’ai déjà ma version de Ball and Chain sur un album précédent, mais je devais cette fois la réenregistrer exactement comme la version de Janis, étant donné que chaque mouvement des danseurs était déjà planifié sur cette version. Alors j’ai fait exactement comme elle. C’était difficile, mais c’était un travail d’amour. J’ai fait du ballet jazz de 4 à 15 ans. C’est toujours une passion pour moi, alors quand on m’a demandé de participer au projet, j’étais sur la lune », souligne l’artiste. 

« J’ai assisté à la première du duo, enchaîne-t-elle. Dès les premiers mouvements, les poils de mes bras se sont dressés. Quel sentiment incroyable d’entendre sa voix! J’étais touchée qu’on me l’ait demandé. Ma voix voyage déjà beaucoup dans le monde, mais cette fois-ci, avec le visuel, c’est différent. »


Vous voulez y aller?
Lancement de l’album Hell Bent with Grace
Angel Forrest
Jeudi 14 novembre, 20 h
Théâtre Granada
Entrée : 20 $

Musique

Jouer dans la bouette de Gigi French

Sur son nouvel album, Gigi French barbote dans «La boue»... allusion à ces fonds vaseux sur lesquels s’épanouissent les fleurs. Du moins, certaines fleurs à l'image de la chanteuse.

« Comme le lily [le lys], qui poussent dans un lac de bouette et qui devient encore plus beau s’il y a bien de la schnoutte dans le fond du [marais] », expose la chanteuse Gigi French.

Actualités

Harcèlement contre Kevin Parent: 90 jours de prison pour Renée Toupin

Renée Toupin a été condamnée à une peine de 90 jours de prison qu’elle pourra purger les fins de semaine et à une probation de trois ans assortie de plusieurs conditions l’empêchant d’approcher et de communiquer avec le chanteur Kevin Parent.

Il lui sera notamment interdit de se trouver à moins de 500 mètres de tout endroit où se produit le chanteur et à moins d’un kilomètre de sa résidence et tout autre lieu où il loge. Elle ne pourra plus non plus se rendre à l’est de Rimouski, consommer alcool et drogue et avoir des armes en sa possession.  Elle sera soumise à un suivi probatoire pendant 18 mois. 

En juin dernier, on se rappelle que la femme avait été reconnue coupable de harcèlement criminel contre l’artiste en lien avec des événements survenus entre juin 2015 et juillet 2017. 

Son comportement obsessif remonte à 2003. Depuis, elle n’a cessé de pourchasser son idole tant dans sa vie privée que dans ses activités professionnelles. Parmi les événements les plus marquants, elle s’est notamment introduite dans sa maison, et ce, à deux reprises en Gaspésie en 2004 et en 2007. À cette dernière occasion, elle s’était pointée chez lui au beau milieu de la nuit. Lorsque l’artiste s’était réveillé, elle était assise à ses côtés, sur son lit. 

C’est dans un tel contexte que le 24 juin 2015, il l’avait aperçue au premier rang d’un spectacle à Val-Bélair et qu’il l’avait faite expulser du site. Elle était revenue à la charge le 31 juillet 2016 dans le stationnement de la Marina de Carleton-sur-Mer pour lui proposer d’aller prendre un verre. Il l’avait de nouveau repoussée. Elle s’était également pointée à un spectacle-bénéfice à l’église de Saint-Georges-de-Champlain à Shawinigan en 2017. Enfin, le dernier épisode remonte au 14 juillet 2017 à Joliette. Elle était entrée dans sa loge sans invitation pour lui dire sur un ton agressif: «là, il faut qu’on se parle».

Lors du prononcé de la sentence, la juge Guylaine Tremblay n’a pas caché que plusieurs facteurs suscitaient de l’inquiétude dans cette affaire. Elle a notamment relevé son absence d’empathie et d’une quelconque volonté de se soumettre à un suivi psychologique, son entêtement à vouloir rencontrer l’artiste, son historique et le contenu de lettres trouvées dans son véhicule. 

Qui plus est, Renée Toupin a été informée à plusieurs reprises que le chanteur ne voulait plus la voir. Des plaintes ont d’ailleurs été portées contre elle. Au fil des ans, elle a déjà été condamnée à une peine de prison, a été déclarée non criminellement responsable et a dû signer des engagements lui interdisant d’approcher le chanteur. Elle a malgré tout récidivé un mois après la levée du plus récent engagement. 

Pour la première fois depuis le début des procédures judiciaires, Renée Toupin a accepté de témoigner jeudi dans le cadre des plaidoiries sur sentence. À la demande de son avocat, Me Bertrand Jacob, elle a expliqué qu’elle avait un emploi et un logement à payer et qu’elle allait respecter les conditions qui lui seraient imposées. 

La procureure de la Couronne, Me Catherine Lacoursiere, a alors pu la contre-interroger sur les faits. C’est ainsi que Renée Toupin a affirmé que ses sentiments envers Kevin Parent  étaient «neutres», et ce, depuis 2007. «J’aurais aimé avoir un homme comme ça dans ma vie, mais il ne veut pas. Il ne veut pas et ça fait longtemps que j’ai compris ça» a-t-elle déclaré. À plusieurs reprises, elle a affirmé vouloir juste être comme tout le monde et mener une vie normale. En fait, elle soutient qu’elle va le voir pour savoir s’il est correct et lui dire de ne plus se casser la tête avec ça. «Le problème est qu’à chaque fois, il y a toujours quelqu’un qui m’agrippe et me tasse.» Notons qu’une problématique d’érotomanie aurait été détectée chez elle. 

La juge a certes reconnu que l’artiste avait le droit à la quiétude et la paix d’esprit et qu’elle avait senti des craintes réelles de sa part. Cependant, elle estime que le risque de récidive serait encore plus grand si Mme Toupin écopait d’une peine de prison ferme, ce qui lui ferait perdre son emploi et son logement.  

Notons que la Couronne réclamait 12 à 15 mois de prison avec une probation de longue durée. La défense avait plutôt proposé une probation de trois ans. 

Pour sa part, le chanteur n’était pas présent en cour. En son nom, la poursuite a indiqué qu’il ne voulait pas de mal à Renée Toupin mais juste avoir la paix et ne plus jamais la revoir.

Musique

Taylor Swift nommée artiste de la décennie

LOS ANGELES — La chanteuse Taylor Swift recevra le prix de l’artiste de la décennie lors du gala des American Music Awards le mois prochain.

Dick Clark Productions a annoncé mercredi que Taylor Swift serait honorée lors de la soirée du 24 novembre, au Microsoft Theatre de Los Angeles. La chanteuse pourrait battre cette année le record de Michael Jackson pour le plus grand nombre de trophées à ce gala.

Taylor Swift a gagné 23 American Music Awards et compte cinq nominations cette année. Michael Jackson détient actuellement le record du plus grand nombre de prix, avec 24. La chanteuse a remporté plus de trophées à ce gala que tout autre artiste au cours de la dernière décennie.

Pour célébrer sa carrière, elle interprétera certains de ses plus grands succès lors du gala.

Taylor Swift, Post Malone, Ariana Grande, Drake et Halsey sont en nomination pour le prix de l’artiste 

Politique

Cri du cœur à l’ADISQ: l’Assemblée nationale écoute Pierre Lapointe

L’Assemblée nationale a répondu mardi au cri du coeur lancé par Pierre Lapointe au gala de l’ADISQ.

Dans un vote unanime, elle a demandé au gouvernement caquiste de forcer les plateformes de distribution numérique de musique à hausser les redevances aux artistes québécois.

Le ministre des Finances, Éric Girard, a toutefois plaidé qu’en fonction des règles internationales, le Québec ne peut agir unilatéralement et serait sujet à des représailles.

Rappelons que dimanche soir, à la grande remise de prix de l’industrie québécoise de la musique, Pierre Lapointe a exigé des redevances plus élevées : «On se fait voler depuis beaucoup trop d’années par des multinationales qui viennent faire de l’argent ici au Canada et qui sont comme par magie exemptes d’impôt.»

La motion déposée par le Parti québécois a reçu l’appui de tous les partis. Le premier ministre François Legault était toutefois absent de la Chambre au moment du vote.

«Les multimillionnaires de la Californie»

Juste avant à la période de questions, autant le Parti libéral (PLQ) que Québec solidaire (QS) ont exigé du gouvernement qu’il réclame des impôts et des taxes à ces plateformes.

«On a un gouvernement devant nous qui refuse de faire payer les millionnaires de la Californie», a dénoncé la députée libérale Isabelle Melançon, en rappelant que trois ministres du gouvernement, Nathalie Roy, Jean-François Roberge et Simon Jolin-Barrette, avaient pourtant applaudi dans la salle le plaidoyer de Pierre Lapointe.

La députée Catherine Dorion, de QS, a déploré que le gouvernement caquiste s’en remette aux décisions du fédéral avant de prendre position.

Elle a réclamé qu’on impose aux plateformes des quotas de contenu québécois, qu’on impose le chiffre d’affaires québécois des géants du Web, ainsi qu’une redevance aux fournisseurs d’accès internet.

En l’absence d’engagement du gouvernement Legault, Mme Dorion a affirmé que le «nationalisme [des caquistes] s’arrête là où commencent les intérêts des multinationales».  

Musique

Le voyage continue pour Jordane

L’auteure-compositrice-interprète Jordane Labrie invite le public à poursuivre en poésie sa grande traversée folk du Canada, qu’elle a entamée avec son premier album «12 jours».

Après avoir roulé son spectacle une soixantaine de fois, la musicienne lance un simple en plus d’avoir repris la route. La voix envoûtante de Jordane résonnera d’ailleurs ce mardi dans le foyer de la salle Odyssée.

Musique

Alex Martel et les Deadly Apples repartent en tournée avec Marilyn Manson

Le groupe montebellois Deadly Apples a débuté, lundi à Denver, une nouvelle tournée avec Marilyn Manson.

Le quatuor rock/industriel dans lequel chante le fondateur du Montebello Rockfest, Alex Martel, fera la première partie du chanteur américain «pour quelques dates, à l’occasion de sa tournée sur la côte ouest des États-Unis.

Les Deadly Apples sont aussi programmés au festival péruvien Vivo X El Rock, le 23 novembre (ils monteront sur la même scène que Slipknot). Le groupe est par ailleurs attendu au Club Soda, le 30 novembre, à l’occasion d’une  soirée-bénéfice organisée au profit du Refuge des jeunes de Montréal, et chapeautée par le festival Montebello Rock.

musique

Kanye West présente le film et l’album «Jesus Is King»

INGLEWOOD, Calif. — Kanye West a dévoilé son film IMAX intitulé «Jesus Is King», dans lequel on peut voir une chorale gospel chanter au cratère Roden, dans le désert de l’Arizona. Il sera projeté dans les salles de cinéma à travers les États-Unis pendant une semaine, coïncidant avec la parution, vendredi, de l’album du même nom.

La sortie de l’album s’est toutefois fait un peu attendre. Alors que l’opus devait paraître à minuit, l’artiste a écrit sur Twitter la nuit dernière qu’il travaillait toujours sur certaines chansons.

«À mes fans, merci d’être loyaux et patients», a-t-il écrit.

L’album est finalement arrivé en fin d’avant-midi sur les plateformes d’écoute en continu.

Kanye West avait présenté son film de 35 minutes à ses admirateurs lors d’un événement, mercredi, à Inglewood, en Californie, où il avait également tenu une séance d’écoute pour son très attendu neuvième album studio.

Le film est divisé en section avec six versets de la Bible. On y voit l’intérieur de l’immense oeuvre d’art de James Turrell au cratère Roden, alors que Kanye West et sa chorale interprètent des succès gospel et des versions modifiées de ses chansons.

Kanye West a annoncé, dans une entrevue pour Apple Music rendue publique jeudi, qu’il allait sortir un autre album autour de Noël.

Musique

American Music Awards: sept nominations pour Post Malone

NEW YORK — Post Malone est le grand favori des American Music Awards cette année, alors que Taylor Swift pourra peut-être y battre le record de Michael Jackson pour le plus grand nombre de prix remportés à ce gala.

Dick Clark Productions a annoncé jeudi que Post Malone avait obtenu sept nominations, tandis que Billie Eilish et Ariana Grande suivent avec six chacune. Taylor Swift, qui a déjà gagné 23 American Music Awards, est en lice pour cinq prix et pourrait surpasser Michael Jackson, qui détient le record avec 24 trophées en carrière.

Le gala, dont les gagnants sont déterminés par les fans, se tiendra le 24 novembre au Microsoft Theater, à Los Angeles. Il sera diffusé en direct sur les ondes de ABC.

Taylor Swift, Post Malone, Ariana Grande, Drake et Halsey sont finalistes pour le grand prix, celui de l’artiste de l’année.

Post Malone est notamment nommé dans les catégories artiste pop/rock masculin, artiste rap/hip-hop, album rap/hip-hop pour «Hollywood’s Bleeding» et chanson rap/hip-hop pour Wow. Son succès avec Swae Lee, Sunflower, tiré du film d’animation Spider-Man: Into the Spider-Verse est finaliste dans les catégories chanson pop/rock et collaboration de l’année.

Taylor Swift pourrait de son côté repartir avec les trophées des catégories artiste pop/rock féminine, artiste adulte contemporain, album pop/rock pour «Lover» et vidéoclip pour «ou Need to Calm Down.

La chanteuse Lizzo est nommée dans trois catégories, mais son succès Truth Hurts - actuellement en tête du palmarès Billboard Hot 100 pour une septième semaine - est absent (les finalistes reflètent la période comprise entre le 28 septembre 2018 et le 26 septembre 2019).

Les nominations de Lizzo incluent les catégories chanson soul/R&B pour Juice et artiste soul/R&B féminine. Bien qu’elle ait lancé son premier album en 2013, elle est aussi finaliste dans la catégorie de la révélation de l’année, aux côtés de Billie Eilish, Lil Nas X, Luke Combs et Ella Mai.

Musique

La nature sauvage de Louis Venne

Louis-Philippe Robillard, qui en 2010 avait pondu le disque Le Café des oiseaux, a pris une longue pause musicale pour explorer la vie, creuser le bois et se laisser porter par les rivières.

Le musicien revient sous un nouveau nom, Louis Venne, et avec un nouvel album, Comme une bête dans les headlights. Un disque pétri par la Nature et réalisé par Olivier Fairfield (FET.NAT ; Timber Timbre), qu’il lance ce 25 octobre à 20 h 30, au Centre national des arts.

Musique

Anique Granger déroule son triptyque

La chanteuse fransaskoise Anique Granger lance ce jeudi, à Ottawa, «Le ruban de la cassette». Un album né en parallèle d’une série de balados du même nom, que l’artiste a lancée l’an passé. Un processus de création pour le moins original, mais dans l’air du temps.

« J’ai presque honte de l’avouer, mais j’écoute plus de radios parlées que de musique. [...] J’adore ça, j’adore les documentaires audio. J’ai toujours rêvé de faire quelque chose comme ça. Alors, c’était le moment de plonger là-dedans », confie l’artiste Anique Granger à l’autre bout du fil.

Musique

Un gilet en laine de Kurt Cobain aux enchères, trou de cigarette compris

NEW YORK — Le légendaire gilet en laine vert olive porté par Kurt Cobain lorsque le groupe Nirvana a enregistré son concert «Unplugged» en 1993 fait son retour aux enchères cette semaine.

Mis à prix 50 000 dollars, trou de cigarette compris, cet équivalent du Saint-Suaire pour les fans du héros grunge devrait s’arracher entre 200 000 et 300 000 dollars, d’après les estimations de la maison de vente Julien’s Auctions.

«Kurt a créé le look grunge, il n’a jamais porté des vêtements de scène», a déclaré à l’AFP Darren Julien, PDG de Julien’s Auctions. «Ce gilet, c’est le summum de tous les vêtements qu’il ait jamais portés».

Signe que le rock a pris de l’âge, ses reliques sont de plus en plus recherchées par les investisseurs, qui devraient se ruer sur les 700 objets proposés par «Icons & Idols: Rock’N’Roll», la vente organisée à New York --et sur internet-- les 25 et 26 octobre.

Autre pièce de choix de cette vente, la guitare Fender Mustang pour gauchers utilisée par Kurt Cobain durant la tournée «In Utero», qui pourrait atteindre jusqu’à 500.000 dollars.

La performance Unplugged, enregistrée par Nirvana pour la chaîne MTV en 1993, est d’autant plus mémorable qu’elle a été réalisée moins de six mois avant le suicide du chanteur, à l’âge de 27 ans, et que le disque n’a été mis en vente qu’après sa mort.

Écorché vif, en proie à la dépression et à la dépendance aux drogues, Kurt Cobain s’était ému auprès de l’animatrice Amy Finnerty des réactions du public, pensant que les spectateurs n’avaient pas apprécié cette session acoustique.

«Kurt, ils pensent que tu es Jésus Christ», l’avait-elle rassuré.

C’est la seconde fois que le gilet informe est mis en vente. Il avait été acheté 137.500 dollars en novembre 2015, déjà par l’entremise de Julien’s Auctions.

«Le rock’n’roll est le nouveau marché des beaux-arts», estime Darren Julien. «La génération Y commence à collectionner, et ils ne collectionnent pas Monet ou Picasso».

Les financiers de Wall Street sont selon lui les principaux acheteurs dans ce nouveau genre, et «même les fonds d’investissement commencent à acheter des objets ayant trait au rock pour diversifier le portefeuille de leurs clients».

Parmi les autres reliques proposées à la vente, cette semaine figurent une veste de velours noir portée par Micheal Jackson pour le 65e anniversaire d’Elizabeth Taylor, des guitares ayant appartenu à Elvis Presley, Paul McCartney et Madonna, et des paroles de chanson manuscrites, comme «Mr. Tambourine Man» de Bob Dylan.

Musique

Matt Lang honoré au Gala Country

Le chanteur country originaire de Maniwaki, Matt Lang, a reçu plusieurs honneurs samedi soir au Gala Country qui s’est déroulé à la salle André-Mathieu de Laval.

Matt Lang a été couronné comme meilleur interprète masculin.

Il a aussi remporté les prix de la découverte de l’année et du meilleur album anglophone.

C'est l'animatrice de l'émission Aller-retour country sur MaTV, Karo Laurendeau, qui a été sacré meilleure interprète féminine.

Arts

Quand revient le reste du monde...

C’est d’l’amour ou c’est comme (2012), le premier album que Luc de Larochellière et Andrea Lindsay ont réalisé en tandem, était celui d’un amour encore jeune, avec plusieurs chansons pleines de papillons. Alors en couple depuis trois ans, les deux artistes n’habitaient pas ensemble à l’époque.

Sept ans et un petit garçon plus tard, le duo vivant désormais sous le même toit revient avec un deuxième album conjoint portant davantage sur l’amour qui dure, avec ses hauts et ses bas et toutes les préoccupations extérieures qui s’invitent souvent (parfois trop) au sein du couple. Le titre de l’opus, S’il n’y avait que nous, et le premier extrait On fait la moue en donnent un bon aperçu... de même que la couverture de l’album, où monsieur et madame ont davantage un air excédé que passionné.

« Si on mettait un point d’interrogation au titre de notre premier disque, C’est d’l’amour ou c’est comme?, je dirais qu’après dix ans, on pourrait y répondre : oui, c’est de l’amour, illustre Luc de Larochellière. Au début d’un couple, c’est comme si on était seuls dans l’univers, mais plus les années passent, plus le reste du monde revient dans notre vie : nos familles, nos enfants, nos amis, la société dans laquelle on vit. Tout ça reprend sa place et il faut le gérer à deux. »

« On s’inspire simplement de nos vies et de ce qui nous entoure, poursuit Andrea Lindsay. Avant, on n’habitait pas dans la même maison, mais j’étais souvent chez Luc — il cuisine bien! ha! ha! On a déménagé ensemble, on a eu un fils, on a perdu quelques amis... La vie bouge! Aujourd’hui, c’est une autre sorte de romantisme, plus doux. Je trouve d’ailleurs qu’il y a quelque chose de très romantique dans les vieux couples qui s’aiment encore : on accepte la personne telle qu’elle est. Je pense que c’est un peu ça, la recette. On est moins dans le nuage rose. »

Effectivement, on note plusieurs montagnes russes, déchirements et ambivalences dans les textes du nouveau gravé, la solidité du couple permettant justement aux inquiétudes de chacun de s’exprimer librement. It’s a Hell of a Night parle de doutes, d’insécurité et d’idées noires. Au dos d’une baleine traduit un besoin d’évasion lorsque l’insomnie et l’obscurité finissent par être trop lourdes. Café et champagne aborde avec humour des excès aux allures bipolaires...

« Il y a maintenant du mouvement dans nos vies, admet Andrea. C’est la première fois que je deviens parent et je m’aperçois qu’on va souvent très haut et très bas. Ça reste un très beau voyage, mais davantage dans les extrêmes », commente-t-elle. 

La sixième plage, L.O.V.E. Love, est plantée au beau milieu du disque telle une réponse à tout ça, y compris l’époque « très instable et parfois très négative » que nous vivons, expliquent Luc et Andrea.

« On essaie de se protéger de tout ça, d’avoir un pare-chocs, de nous ressourcer avec des choses positives, de nous raccrocher à l’humanité envers soi et envers les autres. C’est presque une chanson de méditation, résume Andrea avec un léger rire. Ce serait trop facile, à certains moments, de se rouler en boule dans un coin. » 

« Ça peut faire quétaine de dire que l’amour est la réponse à tout ça, mais ce ne l’est pas, parce que c’est la vérité, ajoute Luc. L’amour reste le remède à la très grande majorité des maux de notre vie, même ceux auxquels on ne peut rien. Nous étions hier aux funérailles d’une amie. Notre impuissance est totale face à la mort, mais l’amour peut aider à guérir le deuil et la souffrance. Et on n’en parle pas assez. »

Musique

Les obsessions acoustiques de Tire le Coyote

Benoît Pinette, Alias Tire le Coyote, a fait paraître ce printemps Session Acoustique 1, un disque sur lequel il reprenait une dizaine de ses chansons resservies dans le plus grand dépouillement, délestées de leurs habillages instrumental.

Un disque qui aurait tout aussi bien pu s’appeler Désherbage si ce titre ne venait déjà coiffer son précédent opus, lauréat du Félix de l’album folk de l’année en 2018.

Musique

«Pour déjouer l'ennui» de Pierre Lapointe: un album qui fait du bien

Revenir aux origines de l’album «Pour déjouer l’ennui», que Pierre Lapointe lancera cette semaine, implique de remonter deux ans en arrière. Pour sortir d’une période rude, le prolifique auteur-compositeur-interprète se lançait dans trois projets d’enregistrements et un spectacle avec orgue, en espérant retrouver sa foi en l’art et en l’humanité.

L’orchestral La science du cœur, le décapant Les beaux sans cœur et Pour déjouer l’ennui ont été écrits et enregistrés presque en même temps, en l’espace de quelques mois. «J’ai eu l’impression que pour une première fois dans ma vie, je faisais tout ce que j’aimais en même temps, sans réfléchir. Je porte ces trois énergies-là de façon très naturelle à l’intérieur de moi», souligne Pierre Lapointe.