«Je m’attendais à faire un <em>cool live</em>, mais jamais à ce que ce soit <em>big</em> comme ça!» admet Miro. «Disons que ça met un peu de pression...»
«Je m’attendais à faire un <em>cool live</em>, mais jamais à ce que ce soit <em>big</em> comme ça!» admet Miro. «Disons que ça met un peu de pression...»

Miro en spectacle sur le toit de la tour du stade olympique

Depuis sa construction, en 1976, aucun artiste ne s’est produit sur le toit de la tour du stade olympique. Le 4 août prochain, cette époque sera révolue puisque Miro y présentera un spectacle live inédit en compagnie de quelques invités.

L’idée, un peu folle, a été lancée comme ça, au tournant d’une conversation entre lui et son équipe, il y a à peine trois semaines. «Ça serait fou de faire un show sur le toit de la tour du stade olympique, que m’a dit mon gérant. Mais je n’aurais jamais pensé que ça pourrait être réalisable, sauf peut-être pour Céline Dion, genre», raconte le jeune auteur-compositeur-interprète de 27 ans, encore étonné par le projet.

Il l’est encore plus quand il parle de l’ampleur qu’a prise toute cette affaire. La prestation sera captée par Rosemarie Records et les pilotes de drones de LÉO Films, et elle sera retransmise en direct et gratuitement sur le web, sur plusieurs plates-formes simultanément, d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique.

«Je m’attendais à faire un cool live, mais jamais à ce que ce soit big comme ça!» admet le Granbyen d’origine. «Disons que ça met un peu de pression...»

Douce revanche...

Lorsqu’il s’est entretenu avec La Voix de l’Est, mardi, Miro venait tout juste de débarquer du traversier en provenance des Îles-de-la-Madeleine, où il avait passé des vacances en famille. C’est pendant ces quelques jours de congé qu’il a appris que la plus haute tour inclinée au monde l’attendait bel et bien à son retour pour un spectacle.

«Ça fait que je ne sais vraiment pas à quoi m’attendre. Je n’ai jamais mis les pieds là, je ne sais même pas si j’ai peur des hauteurs! lance-t-il en riant.

«Quoique, je ne pense pas, j’ai déjà fait du parachute et ça a bien été», enchaîne-t-il du même souffle.

Ce qu’il sait, par contre, c’est que dès qu’il met les pieds à Montréal, il devra pratiquer avec ses musiciens et ses trois invités — Claudia Bouvette, Sarahmée et Franky Fade (O.G.B). «Ça fait des mois que je n’ai pas fait de spectacle. Le dernier remonte au 14 février. J’ai hâte de retrouver mon monde, ça va être vraiment excitant de préparer ce spectacle-là tous ensemble. Ça va être une belle revanche sur ce que la pandémie nous a fait vivre.»

...sur la pandémie

Effectivement, la COVID-19 a été dure avec Miro, qui devait en principe ces derniers mois parcourir la province pour une première tournée solo suite à la sortie de son album En retard sur ma vie, à l’automne 2019. Mais la revanche sera douce, le 4 août prochain à 19h...

D’abord retransmise à partir de la page de Miro, la prestation — qui inclura les chansons de son album, des covers et quelques surprises — pourra également être vue au même moment sur les réseaux sociaux de plusieurs fiers partenaires.

Cette longue liste comprend le Festival de la chanson de Tadoussac, les Francos de Montréal, Coup de coeur francophone, le FME en Abitibi - Témiscamingue, le Festivoix de Trois-Rivières, le Festival international de la chanson de Granby, le Festival en chanson de Petite-Vallée, l’International de montgolfières de Saint-Jean-sur-le-Richelieu, Rosemarie Records, LÉO Films, Nightlife.ca, Le Canal Auditif, QUB Musique, Sors-tu.ca, Pan M 360, la Distillerie du Quai, ePasslive, en plus d’avoir des antennes en Europe via l’émission radio Tabarnak (Belgique) et le Festival Aurores Montréal (Paris).