Mike Ward affirme que les Hells Angels l'ont déjà protégé lorsqu'il a reçu des menaces de morts suite à une blague sur Cédrika.

Mike Ward dit qu’il a été protégé par les Hells, après une blague sur Cédrika

MONTRÉAL - Mike Ward affirme que les Hells Angels sont de «très bons gars», qui l’ont d’ailleurs protégé lorsqu’il a été la cible de menaces de mort après une blague impliquant Cédrika Provencher.

Dans le plus récent épisode d’un populaire balado américain animé par la vedette des médias Joe Rogan, l’humoriste québécois raconte d’abord que les seuls «spectacles corporatifs» qu’il a jamais donnés étaient destinés à des militaires, des policiers et des Hells Angels.

Mike Ward a réalisé que les policiers ou les Hells Angels, «ce sont les mêmes gars; ils ont la même mentalité». L’animateur Rogan lui fait alors remarquer que les policiers, eux, vont venir à votre rescousse. C’est là que Mike Ward raconte qu’il a déjà bénéficié de la protection des motards criminels, sans toutefois l’avoir sollicitée, dit-il.

C’est qu’en 2008, lors d’un gala d’humour, il avait fait une blague sur Revenu Québec, qui venait de geler ses comptes bancaires. Soutenant que le fisc était prêt à kidnapper vos enfants pour une poignée de dollars, il lançait à la blague: «Ce sont eux qui détiennent Cédrika!»

La disparition de la fillette de neuf ans, l’été précédent à Trois-Rivières, avait ému tout le Québec.

Quelques semaines plus tard, raconte Mike Ward, son agent lui faisait part de menaces de mort. Un jour, l’humoriste a vu des gens faire le pied de grue sur sa rue. Il a appris deux ou trois ans plus tard que les Hells Angels avaient posté des fiers-à-bras aux extrémités de sa rue pour surveiller d’éventuels manifestants.

«Les Hells Angels m’ont protégé!», conclut l’humoriste, qui soutient que les motards criminels, «comme les gens de la mafia», sont «des bons gars - tant que vous ne leur devez pas d’argent».

Le balado, mis en ligne mercredi, avait été vu plus de 346 000 fois sur YouTube jeudi après-midi.