Michel Langevin prend la barre de l’émission du matin au 104,7.

Michel Langevin le matin au 104,7

Une décennie après son départ pour la métropole, Michel Langevin revient dans son patelin pour prendra la barre de l’émission du matin sur les ondes du 104,7 Outaouais.

L’annonce de la nomination de M. Langevin a été faite sur les ondes de la station, vendredi matin. Il succédera à Michel Lapointe, dont le départ « pour des raisons personnelles » avait été annoncé plus tôt cette semaine.

Michel Langevin possède un grand bagage radiophonique. Il anime présentement sur les ondes du 91,9 Sports, à Montréal. Il a longtemps œuvré à titre de journaliste, d’animateur et de descripteur des parties des Sénateurs d’Ottawa sur les ondes de CJRC 1150, station qui est devenue le 104,7 Outaouais lors de son passage sur la bande FM.

Il a par la suite pris le chemin de la métropole montréalaise, où il a travaillé à CKAC Sports, à TQS, à RDS et à TVA Sports.

Le principal intéressé, dont l’entrée en ondes se fera le 27 août prochain sur les ondes du 104,7 Outaouais, affirme quitter la région de Montréal « pour plusieurs raisons ».

« Ça faisait un bout de temps que je pensais à revenir à la maison, a-t-il indiqué au Droit. L’opportunité était là. »

Son retour en Outaouais lui permettra de se rapprocher de sa fille, qui étudie à l’Université d’Ottawa, et de veiller davantage sur la santé de ses parents.

Fort de l’expérience acquise au cours de la dernière décennie dans le marché montréalais, Michel Langevin admet tout de même que le retour vers une émission touchant toutes les sphères de l’actualité représente un défi pour lui en raison de la concentration sportive qu’il a donnée à sa carrière dans la métropole.

Même si les détails du ton qu’il souhaite donner à l’émission matinale ne sont pas encore déterminés, l’animateur dit vouloir « mettre un sourire dans la face des gens et les informer ». « Je veux varier un peu le contenu et mettre ma couleur, mon humeur là-dedans, a-t-il mentionné. Je veux que les auditeurs soient de bonne humeur. »

Chose certaine, il assure qu’il ne s’ennuiera pas de parler constamment « des défaites des Canadiens ».