L’évènement Merveilles de sable sera dorénavant jumelé à l’évènement de compétitions de « boîtes à savon » Les Courses en folie.

Merveilles de sable déménage

Merveilles de sable (MDS) déménage cet été aux abords de la rue Main, dans le Vieux-Gatineau. L’événement, qui se déroulera du 6 au 8 juillet, fusionne avec un autre événement familial, Les Courses en folie, ressuscitant ainsi les compétitions de « boîtes à savon » qui animaient le quartier depuis les années 60, ainsi ressuscitées après une pause de trois ans.

C’est donc la cour de l’École de l’Odyssée qui accueillera cette année les sculptures de sable géantes de MDS, et non plus la plage du Lac Beauchamp — indisponible pour quelque temps, en raison des travaux d’aménagement entamés pour préserver sa « santé environnementale ».

Le site attend une quinzaine de sculptures de sables, dont celles qu’auront érigées les cinq sculpteurs professionnels attendus par l’organisation. Leurs œuvres seront marquées par le thème « BD ensablées ». Le grand public pourra participer au volet amateur du concours de sculptures.

Les Courses en folie retrouvent logiquement la côte de la rue Main. Inclinaison abrupte que les festivaliers auront aussi la chance de dévaler... en tubes, car une glissade d’eau de 600 pieds de long sera aménagée en parallèle à la piste prévue pour les bolides improvisés.

Les organisateurs n’ont pas voulu abandonner le volet aquatique de Merveilles de sable, qui faisait partie du charme de l’événement, a expliqué jeudi, en conférence de presse, la présidente de MDS, Pauline Bouchard.

Voilà qui justifie la présence de cette glissade installée par Slide King. MDS récidive d’ailleurs avec sa grande bataille générale de fusils à eau, activité prévue dimanche 8 juillet.

Un troisième événement s’est greffé aux deux premiers. Il s’agit de Recycl’Art, l’exposition d’œuvres conçues à partir de matériaux recyclés, et présentées en extérieur.

Recycl’Art mettra en scène une étrange ménagerie d’animaux imaginaires.

Sept compétitions
La compétition « automobile » (ou plutôt les compétitions, car les concurrents peuvent inscrire leur bolide dans l’une ou l’autre des sept catégories prévues) s’étalera sur deux jours. Les courses seront commentées — un peu comme à la grande époque des courses de boîtes à savon, laisse entendre Mme Bouchard — par des animateurs de la station de radio 104.7 Outaouais.

Une exposition de photos offrira une rétrospective des courses de boîtes à savon dans le Vieux-Gatineau. On pourra aussi y admirer des voitures anciennes.

Le site des courses sera fleuri de concessions alimentaires, de kiosques d’artisanat et de jeux gonflables, qui formeront une troisième « bande ». DJ Boom Boom et des amuseurs de rues animeront le site. Des activités de danse zumba, maquillage, cheerleeding, etc. sont prévues au programme.

Les deux événements se sont fusionnés sous une même thématique : « Bandes de comiques », allusion à la bande dessinée, mais aussi à la solidarité des deux « bandes d’amis » qui les organisent. Sans oublier la référence à l’esprit jovial de ces festivités.

Présente à cette conférence de presse, la mairesse suppléante de Gatineau, Louise Boudrias, s’est réjouie de ce que le festival ne soit « pas tombé à l’eau », malgré l’inaccessibilité du parc du Lac Beauchamp. Elle a félicité la « réactivité » des organisateurs de MDS qui ont su contourner le problème que posait le réaménagement du parc. La conseillère du district du Parc-de-la-Montagne-Saint-Raymond a aussi salué leur créativité, grâce à laquelle les festivaliers peuvent « vivre une expérience renouvelée chaque année ».

L’accès au site est gratuit, tout comme la plupart des attractions — mais pas les glissades en tube.

Bénévoles recherchés
Les organisateurs de l’événement ont souligné qu’ils ont besoin de quelque 150 bénévoles pour gérer les activités du site durant cette fin de semaine. Les candidatures spontanées peuvent être adressées via le site Internet www.merveillesdesable.com, ou à info@merveillesdesable.

Un service de navettes gratuites affrêté par la Société de transport de l’Outaouais (STO) sera disponible depuis l’arrêt Labrosse du Rapibus jusqu’au site du festival.

Le stationnement de la CSN sera réservé aux résidents du quartier, pour « se faire pardonner de les prendre un peu en otage pendant trois jours », a rappelé Jean-Cristophe Régnier, les coordonnateurs généraux de MDS.

Situation temporaire
MDS ne s’installe toutefois pas à l’École de l’Odyssée de façon permanente. Le festival espère pouvoir réintégrer à court terme le parc du Lac Beauchamp, a indiqué Mme Bouchard, en rappelant que le « MDS a pris le virage vert », que son « comportement exemplaire » en termes de préservation de l’environnement en fait un festival « vertuose », et qu’il était donc parfaitement à sa place au lac Beauchamp, cette zone considérée comme un « écoterritoire » par la Ville de Gatineau.