«Antigone» de Sophie Deraspe figure parmi les dix meilleurs longs métrages canadiens.
«Antigone» de Sophie Deraspe figure parmi les dix meilleurs longs métrages canadiens.

Meilleurs films canadiens de l’année: des Québécois à l’honneur

La Presse Canadienne
TORONTO — Nouvel honneur pour le film «Antigone», de la réalisatrice Sophie Deraspe : il figure à la liste des dix meilleurs longs métrages canadiens de l’année établie par les dirigeants du Festival international du film de Toronto (TIFF). Guillaume Fournier, Samuel Matteau et Yannick Nolin, de Québec, récoltent le même honneur pour leur court métrage.

Antigone est le représentant du Canada dans la course à l’Oscar du meilleur film international, dont la courte liste des dix titres sélectionnés en vue de la mise en nomination sera connue la semaine prochaine, le 16 décembre. L’œuvre de la réalisatrice originaire de Rivière-du-Loup a raflé quatre prix Borsos au Festival de Whistler 2019 : ceux du meilleur film de fiction canadien, de la meilleure réalisation et du meilleur scénario, en plus du prix de la meilleure interprétation pour Nahéma Ricci.

La liste des dix meilleurs longs métrages canadiens de l’année du TIFF comprend aussi Matthias et Maxime, de Xavier Dolan, qui a été projeté en première en mai dernier au Festival de Cannes, de même que le film Il pleuvait des oiseaux, de Louise Archambault.

Les autres œuvres de la liste sont Anne at 13,000 feet de Kazik Radwanski; Black Conflux de Nicole Dorsey; The Body Remembers When the World Broke Open’ d’Elle-Maija Tailfeathers et Kathleen Hepburn; Murmur, de Heather Young; One Day in the Life of Noah Piugattuk de Zacharias Kunuk; The Twentieth Century, de Matthew Rankin et White Lie de Calvin Thomas et Yonah Lewis

Le TIFF a aussi dressé une liste des dix meilleurs courts métrages, sur laquelle apparaissent cinq films de réalisateurs québécois : Acadiana de Guillaume Fournier, Samuel Matteau et Yannick Nolin; Delphine de Chloé Robichaud, Jarvik d’Émilie Mannering, Physique de la tristesse de Theodore Ushev et Katatjatuuk Kangirsumi, d’Eva Kaukai et Manon Chamberland.

Cette année, dans la liste des meilleurs films canadiens, la moitié ont été réalisés ou codirigés par des femmes et plusieurs des réalisateurs sont des Autochtones.