Un peu plus de deux ans après la sortie express de son premier album éponyme, Ludovick Bourgeois propose 2, un second album à la pop assumée – qui devrait permettre au jeune chanteur de confirmer sa place dans le paysage musical québécois.

Ludovick Bourgeois: suivre sa voie

Un peu plus de deux ans après la sortie express de son premier album éponyme, Ludovick Bourgeois propose 2, un second album à la pop assumée – qui devrait permettre au jeune chanteur de confirmer sa place dans le paysage musical québécois.

« Je sais que c’est cliché de dire que c’est un album qui me ressemble beaucoup, mais c’est vrai, insiste Ludovick Bourgeois en entrevue téléphonique. Il est très collé à ma peau, surtout que j’ai écrit 9 des 11 chansons de l’album.»

Pour le musicien, un deuxième opus est toujours «attendu et va prouver si on a sa place ou non». À en juger par le succès du premier extrait sorti en septembre, qui caracole en tête des palmarès et qu’on peut entendre en boucle sur certaines radios, il a déjà sa place dans le cœur – et les oreilles – du public. «C’est un bonheur de sortir un album quand on a déjà une chanson qui est un succès. Et ça allège un peu le stress.»

D’ailleurs, si son premier simple est un succès, son travail avait également déjà été remarqué en 2018 puisque Ludovick Bourgeois était en lice pour le Félix du spectacle-interprète de l’année ainsi que finaliste dans les catégories interprète masculin, disque pop et révélation.

Road-trip musical

Ludovick Bourgeois a pris le temps nécessaire pour façonner 2 à son image. Il est d’ailleurs parti dans le désert de l’Ouest américain pour y puiser l’inspiration. Un voyage d’un mois et demi effectué avec le musicien Fred St-Gelais – qui avait déjà réalisé son premier album. Ce road-trip de 5 000 km, qui a mené les deux complices jusqu’à l’Utah et l’Arizona, les a guidés pour l’écriture des chansons.

«On a commencé l’écriture en voyage. Mais on a pris environ 7 ou 8 mois pour toutes les chansons. Et de prendre le temps, c’est quelque chose qui a été très favorable pour moi», estime l’auteur-compositeur-interprète de 27 ans.

Plus qu’un compagnon de voyage, Fred St-Gelais est aussi un mentor pour le jeune artiste avec qui il a développé une complicité fraternelle, et ce malgré la différence d’âge. «C’est un génie de la musique pop au Québec. C’est une aiguille à bonnes idées et il réussit à faire sortir le meilleur de moi-même», confie Ludovick Bourgeois.

Il en résulte un album pop accrocheur, pleinement assumé et qui s’inscrit parfaitement dans l’air du temps. «La pop, c’est le style de musique que j’écoute, que j’aime beaucoup. J’assume mes racines et mon univers musical», affirme celui qui se décrit comme un grand nostalgique des années 80-90. « Les chansons des années 80, c’est des refrains qu’on peut chanter ensemble. C’est ce qu’on essaye de reproduire», poursuit-il.

Le jeune homme tient, malgré son héritage et son succès, à garder la tête froide et à rester lui-même. Un conseil que son défunt père, Patrick Bourgeois – décédé en novembre 2017 d’un cancer colorectal à 55 ans – lui a donné lorsqu’il l’encourageait dans cette voie. «Je crois que le plus beau conseil que j’ai reçu, c’est de rester authentique. Parce que c’est ce qui va transparaître, et c’est ce qui fait la longévité», lance-t-il.

Bien qu’il ait fait ses preuves depuis sa victoire à La Voix en 2017, Ludovick Bourgeois souffre encore aujourd’hui du syndrome de l’imposteur.

«Avec mon nom de famille et ma participation à une émission de télé, il faut doublement que je me prouve, pour justifier que je suis là pour les bonnes raisons. Mais c’est sain d’avoir envie de se dépasser et de ne pas penser que tu es au-dessus de tes affaires», lâche en toute humilité Ludovick Bourgeois.

Tournée et hommage musical

Bien conscient de porter en lui l’héritage de son père Patrick Bourgeois, Ludovick lui rend hommage dans son deuxième album avec le titre Le saut de l’ange, écrit par Ingrid St-Pierre. Il reprend aussi quelques classiques des B.B. en spectacle.

«Ça fait du bien à tout le monde. Ça me fait du bien de passer le deuil à travers la musique, et je pense que ça fait du bien aux spectateurs, des fans des B.B.. C’est un beau mélange d’émotions qui est très lumineux», confie Ludovick Bourgeois.

L’artiste ne s’en cache pas, il adore les tournées et il veut que la prochaine «dure le plus longtemps possible». D’ailleurs, celle-ci s’amorcera le 3 avril et compte déjà une trentaine de dates, dont celle du 9 juin à la salle Odyssée.

«La musique du deuxième album est conçue sur mesure pour le spectacle. C’est la première chose que je me demande quand on finit une chanson : est-ce qu’elle va être bonne en show ?»