Stefan Psenak sera le président d'honneur de la prochaine édition de l'Outaouais en fête, qui se tiendra du 10 au 24 juin au Parc des Cèdres.

L'OEF compte sur Stefan Psenak, Paul Daraîche et le soleil

L'Outaouais en Fête accueillera cet été Paul Daraîche, ont annoncé les organisateurs ce jeudi. Pour l'occasion, la coqueluche de la musique country sera entourée de quatre invités spéciaux, le 22 juin. Le festival d'Aylmer tiendra sa 38e édition du 10 au 24 juin, s'écoulant donc sur cinq jours plutôt que quatre, ont-ils indiqué.
Le président d'Outaouais en fête, Jean-Paul Perreault, n'a pas dévoilé le reste de sa programmation, mais il a annoncé du même coup la nomination de l'ex-conseiller municipal, l'auteur Stefan Psenak, à titre de président d'honneur de la prochaine édition. 
Depuis son arrivée en Outaouais, M. Psenak n'a «jamais raté une édition» du festival. «Je suis à chaque fois ébloui par la programmation incroyable qui, en plus, se tient sur un lieu pittoresque et enchanteur, le Parc des Cèdres. »
M. Psenak, qui a participé à quelques reprises à L'Outaouais en fête en tant que bénévole, s'est dit ravi de pouvoir contribuer à mousser cet événement qu'il connaît «de l'intérieur» et qu'il considère «comme [s]on petit frère». Il compte notamment mettre à profit sa bonne connaissance des médias sociaux. «C'est aussi une façon de continuer mon engagement dans mon district, qui a débuté avant  même que je fasse de la politique», estime-t-il.
Les deux hommes en ont profité d'une conférence de presse, tenue au nouveau restaurant Aylmerois L'Aubergiste, pour inciter la communauté à donner un coup de pouce financier à l'événement tout en «profitant de rabais substantiels».
Déficit accumulé
Afin de renflouer les coffres de l'organisme, qui souffre d'un déficit cumulé avoisinant les 50 000$ causé par quatre éditions consécutives minées par des pluies torrentielles, rappelle Jean-Paul Perreault, son équipe a mis sur pied une campagne de financement exceptionnelle.
Intitulée «Du jamais vu», cette campagne offre la possibilité d'acheter un «passeport» de 20 laissez-passer pour la somme de 100$, à quiconque offre un don de 25$ ou plus à l'organisme. L'achat de ce passeport représente une économie de 140$, souligne M. Perreault, et donne droit à un crédit d'impôts. Ces dons serviront directement à combler le déficit, évalué à 18 000 $ rien que pour l'édition 2013, précise le président-directeur général.
L'offre promotionnelle n'est valide que jusqu'au 14 février. Pour ceux qui hésiteraient à acheter le passeport avant de connaître l'ensemble de la programmation, qui ne sera connue qu'au printemps, M. Perreault promet que «les meilleurs artistes de la francophonie» attendront les festivaliers. Les détails de l'offre et le formulaire sont disponibles en ligne, au www.festivaloutaouaisenfete.com. 
«Ça va être, comme chaque année, unique et rassembleur. Je fais confiance à la force de ma programmation, mais, surtout, je fais confiance à ma région, à la communauté, à Dame Nature et aux probabilités. Statistiquement, on ne devrait pas avoir de pluie cette année.»
S'il reconnaît que les finances de L'Outaouais en fête sont à la limite du stress qu'elles peuvent supporter, il a tout de même tenu à ajouter une journée de festivités. « Je n'approche pas ça avec pessimisme.
 «Je ne crois pas qu'on améliore une activité en en réduisant la qualité, explique-t-il. Mais il faut que 2014 se révèle une édition exceptionnelle, en terme de participation et de soleil.»